Allez au contenu, Allez à la navigation

COMPTES RENDUS DE LA COMMISSION DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA DEFENSE ET DES FORCES ARMEES


Mercredi 1er février 2017

- Présidence de M. Jean-Pierre Raffarin, président -

La réunion est ouverte à 9 h 30

Cyberinterférences dans les processus électoraux - Audition de M. Guillaume Poupard, directeur général de l'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI)

La commission auditionne M. Guillaume Poupard, directeur général de l'agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI).

M. Jean-Pierre Raffarin, président. - Nous consacrons aujourd'hui notre réunion aux suites des cyberattaques qui ont marqué le déroulement de la campagne présidentielle américaine et essaierons avec Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI, auquel je souhaite la bienvenue, puis avec Bernard Bajolet, directeur général de la sécurité extérieure que nous recevrons tout à l'heure, d'en comprendre les ressorts et d'en tirer les conséquences, y compris pour notre propre pays.

L'ANSSI a été placée sur le devant de la scène dans un contexte de publicité croissante du risque cyber : le public, les Français, prennent la mesure de la menace face aux manipulations qui ont eu lieu lors des élections américaines, face aux attaques menées contre les partis et les institutions en Allemagne, face aux attaques qui ont ciblé la France - je pense bien sûr à TV5 Monde.

L'espace numérique, qu'on croyait si sympathique, transparent, pacifique, créateur de solidarités, apparaît en fait comme un espace dangereux et devient même un théâtre militaire à part entière. Force est de constater que cet espace donne la possibilité à des acteurs non-étatiques, manipulés ou non par des gouvernements, de peser sur la vie démocratique d'un État souverain ; qu'il peut mettre en péril le fonctionnement des institutions et des organismes vitaux des plus grandes puissances.

Les événements aux États-Unis ont été un choc pour nous. Pouvez-vous nous en dire plus sur les modes opératoires des cyber-attaquants ? Retrouvons-nous les mêmes modes opératoires dans les attaques en Europe ?

Dans ce contexte et en cette année électorale, sommes-nous capables de protéger nos institutions et nos processus démocratiques face à des acteurs qui ont un savoir-faire, des moyens et une bonne connaissance de nos faiblesses ?

Enfin, le ministre de la défense a présenté en décembre une communication sur la lutte informatique avec la mise en place d'un commandement cyber. Comment s'articuleront les missions de l'ANSSI et celles de ce commandement ?

M. Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI - L'organisation de la réponse à la menace d'origine informatique dans un pays ne va pas de soi. En témoigne la diversité des réponses présentées par nos alliés et voisins. L'organisation française se distingue par la séparation qu'elle opère entre protection (défense) et attaque et par la nature interministérielle du volet protection (défense). Dans les pays anglo-saxons, les deux volets sont du ressort des agences techniques de renseignement. En France, le volet protection (défense) revient à une agence (l'ANSSI) placée au sein des services du Premier ministre par son rattachement au secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale et le volet offensif est adossé aux armées et aux services de renseignement du ministère de la défense. Il n'y a pas de confusion des missions. En outre, l'interministérialité permet une coopération étroite avec l'ensemble des ministères. En Allemagne, la protection (défense) a été confiée à un département du ministère de l'Intérieur, c'est un choix plus limitatif.

Il n'y a pas de mauvaises relations, ni de concurrence avec les services relevant du ministère de la défense en charge du volet offensif, au contraire, ils sont d'une aide précieuse. Nous sommes leur client lorsqu'ils nous informent de la préparation de certaines attaques, ou détectent des attaques en cours et permettent de les attribuer. Sur le volet protection, le ministère de la défense est monté en puissance parallèlement à l'ANSSI sur son périmètre, avec la mise en place du Centre d'analyse en lutte informatique défensive (CALID) dont les locaux sont situés dans le même immeuble que l'ANSSI, ce n'est pas fortuit.

La menace est très diverse dans son intensité, cela va pour prendre une comparaison, de la gifle au meurtre avec préméditation, et ce ne sont pas les mêmes attaquants. Trois types de menaces peuvent être distingués.

En premier lieu, la cybercriminalité qui tire parti de la faiblesse des particuliers et des entreprises, pour mener des opérations d'escroquerie. Nous menons un travail avec le ministère de l'Intérieur, sur le volet répressif mais surtout préventif, car nos concitoyens et les petites et moyennes entreprises sont mal protégés.

Le deuxième type de menaces relève de l'espionnage économique. Il touche les grandes entreprises afin de dérober des informations stratégiques, techniques ou commerciales. La difficulté, pour les déjouer, est de les détecter suffisamment tôt, car elles utilisent des moyens d'intrusion très discrets, et la révélation de l'attaque survient souvent de façon très tardive. Cette menace vise également le Gouvernement, les ministères et plus largement les institutions publiques.

On peut, enfin, identifier un dernier type d'attaque, celui du sabotage des secteurs d'importance vitale : transports, énergie, eau, santé, alimentation, industrie, finance, télécoms... Ces secteurs sont couverts par les articles dédiés de la loi n° 2013-1168 du 18 décembre 2013 relative à la programmation militaire pour les années 2014 à 2019. À travers ces dispositions, la France a été le premier pays au monde à imposer des exigences de sécurité aux opérateurs de ces secteurs. Cela s'est bien sûr déroulé dans la bonne entente et la coopération, et s'est tellement bien passé que nos voisins prennent le même chemin : les Allemands, l'Union européenne également via la directive « Network information security » (NIS). La cybersécurité est un défi tellement grave que les gouvernements doivent faire preuve de volontarisme.

En ce qui concerne les attaques menées contre les États-Unis, les méthodes ne sont pas nouvelles mais les objectifs et les effets sont nouveaux. Il y a eu en fait 2 types d'attaques :

- une manipulation via les réseaux sociaux, abusant de la naïveté des utilisateurs (« fake news », théories du complot...). Ce n'est pas une attaque informatique à proprement parler mais cela cause de vrais dégâts à l'image de nos démocraties.

- et puis il y a les vraies attaques, en l'espèce des vols de courriels personnels distillés ensuite sur des sites d'information comme Wikileaks avec une volonté évidente de porter atteinte à l'image de la candidate démocrate. C'est une situation délicate à gérer car cette correspondance n'a, par définition, pas vocation à se retrouver sur internet. Et il y a aussi la question de la publication de 10 courriels authentiques pour 1 faux : comment se défendre contre ça ? Le timing électoral est extrêmement sensible, car dans ces périodes une fois que le mal est fait, il est très difficile de remonter. Dans le cas des États-Unis on ne saura jamais si le résultat a été modifié, mais il a très certainement été influencé.

La question de l'attribution des attaques est le grand problème du cyber. On a la plupart du temps une idée de qui est derrière, mais on ne peut pas prouver l'origine devant un juge par exemple. Voyez aux États-Unis, la parole présidentielle accuse les Russes mais n'a pas de preuves (ou ne peut les révéler) et on ne les aura sans doute jamais. Ce que peut dire l'ANSSI c'est que l'attaquant travaille sur le fuseau horaire de Moscou, laisse des commentaires en cyrillique dans les codes d'attaque... Mais tout cela peut aussi bien être une ruse pour orienter l'attribution de manière délibérée. Il n'y a pas de « smoking gun » dans une attaque cyber. L'attribution est in fine une décision politique de très haut niveau, orientée par un faisceau d'indices.

En ce qui concerne les élections en France, je crois que deux types de problèmes peuvent se poser :

- d'une part au niveau des administrations qui interviennent dans le décompte des voix, comme le Ministère de l'Intérieur. C'est, pour ainsi dire, le domaine de confort de l'ANSSI qui travaille avec ces acteurs au quotidien.

- il y a également le vote des français de l'étranger par internet. C'est plus complexe car on ne peut bien sûr pas sécuriser chaque ordinateur de chaque électeur. Nous n'avons pas l'assurance que tout va bien se passer. En 2012 tout s'est bien passé mais je peux vous dire que ça a été une journée difficile pour l'ANSSI.

Pour 2017, un gros travail d'anticipation a été effectué. Il me semble que le choix qui a été fait de limiter le vote par Internet aux élections législatives et de l'exclure pour l'élection présidentielle est un choix de sagesse, du fait de l'impact que pourrait avoir une éventuelle invalidation d'un nombre important de votes en cas de problème.

En dehors de la partie étatique, il y a un deuxième pan, dans le cas de l'élection américaine qui est celui de la sécurité des partis politiques mêmes. Les partis politiques ne font pas partie de notre domaine d'action. En tant que service de l'État et même si nous sommes « autorité nationale », nous ne serions pas légitimes à réaliser un audit des partis politiques. Il n'est peut-être pas exclu que nous soyons amenés à le pratiquer dans l'avenir mais aujourd'hui ce serait compliqué. Vous comprenez bien qu'il y a là une séparation qui doit être respectée. Nous nous sommes donc contentés d'inviter l'ensemble des partis politiques représentés au niveau national ou européen à un séminaire de sensibilisation. Nous leur avons expliqué par le détail tout ce qui s'était passé aux États-Unis. Bien sûr, ces informations étaient connues mais elles méritaient une lecture commentée. Puis nous leur avons donné des conseils en termes de sécurisation de leur système d'information. Ces conseils ne sont pas très originaux et ressemblent à ce que nous adressons aux PME. Sachant que si un très gros service d'un très gros Etat cherchait à s'attaquer à une PME, il y arriverait. Il y a là une disproportion des forces. Habituellement, les gros attaquants s'en prennent aux gros acteurs, et les petits attaquants aux petits acteurs. Dans le cas visé aux États-Unis, un gros s'en prend à un petit, c'est très compliqué. Nous ne sommes donc pas pleinement sereins dans ce domaine. Le fait de connaître le risque est déjà très important, il permet de savoir comment réagir dans une telle situation en l'anticipant. Si des courriels devaient être divulgués, il est important de savoir quelle stratégie de communication pourrait être mise en place pour faire face à la situation.

Enfin le dernier sujet qui n'est pas traité aujourd'hui est celui des réseaux sociaux. Nous nous rendons compte qu'il se passe des choses anormales, probablement comme aux États-Unis. Pour ne prendre qu'un exemple, lorsque vous regardez des vidéos sur les réseaux sociaux, ceux-ci vous proposent d'autres vidéos supposées correspondre à vos centres d'intérêt et qui ont été beaucoup regardées, c'est un des modes de fonctionnement de ces réseaux sociaux. On se rend compte que les vidéos suggérées ne devraient pas se trouver ainsi proposées, les critères qu'elles remplissent pour être soumises au choix de l'internaute sont suspects. Cela nous conforte dans l'idée qu'il y a probablement des personnes qui cherchent à mettre en avant certaines de ces vidéos en utilisant des procédés techniques. Elles jouent avec les règles, il n'y a pas à proprement parler de cyber attaque, mais il y a là une modification de l'influence qui est recherchée via ces réseaux sociaux. Cela ne fait pas partie de la mission de l'ANSSI de contrôler ce type d'action. On aborde ici le sujet du contrôle de l'information. Cela pose de vraies questions. Ces pratiques sont relativement déloyales. Il faudra sans doute mettre en place un dialogue avec les plateformes numériques pour limiter ces pratiques et réfléchir aux moyens de contrer ces manipulations d'influence.

M. Claude Malhuret. - Je souhaiterais vous poser quatre questions. Lors de votre nomination en 2014, le quotidien Les Échos, et sans doute d'autres journaux, écrivaient que votre première mission allait être d'obliger les opérateurs d'importance vitale, télécom, rail, grande distribution, à mieux se protéger contre les cyber attaques. Or certains traînent des pieds et considèrent qu'ils ont d'autres priorités. Vous nous avez parlé du travail qui a été fait notamment vis-à-vis des opérateurs, pouvez-vous nous dire ce qu'il en est des autres institutions citées dans ces articles ?

Ma deuxième question : le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian a déclaré en janvier 2017 que les services français avaient bloqué près de 24 000 attaques informatiques externes tout en refusant de nommer les agresseurs potentiels. David Martinon, chargé de la cyber diplomatie a déclaré que la France ne faisait pas d'attribution alors que d'autres pays, tels que les États-Unis ou l'Allemagne, font des choix différents. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi la France a une position différente dans ce domaine ?

Ceci m'amène à ma troisième question, vous avez parlé de la Russie, qui est au coeur de l'actualité. Pouvez-vous nous parler également de la Chine et peut-être de quelques autres États ?

Enfin ma dernière question porte sur la polémique qui dure déjà depuis quelques temps et qui porte sur le contrat entre le ministère de la défense et Microsoft. Les partisans du logiciel libre disent que ce contrat fait peser un danger sur la souveraineté de l'État compte tenu de la proximité de Microsoft avec la NSA et avec les services de sécurité américains. Pouvez-vous nous en dire plus ? Je crois que vous êtes au contraire partisan de ce contrat ?

M. Gilbert Roger. - Je représentais la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées au séminaire de sensibilisation destiné aux partis politiques que vous avez mentionné. Dans les temps qui courent, les partis démocratiques semblent capables de semer eux-mêmes la pagaille dans leurs rangs. Avez-vous senti une vraie préoccupation chez l'ensemble des formations politiques qui vont concourir aux prochaines élections ? Ma deuxième question porte sur la presse dite instantanée, c'est-à-dire ces télévisions diffusant des informations en continu qui parfois lancent des « informations » à partir d'informations postées sur les réseaux sociaux, c'est-à-dire pour moi, à partir de rumeurs. Menez-vous un travail particulier de sensibilisation auprès de ces médias, dits indépendants ?

M. Jean-Pierre Raffarin, président. - Il faudra sans doute que nous nous posions également un jour la question de la relation entre la presse et les opérateurs de télécoms. Car aujourd'hui un certain nombre de médias ont des opérateurs parmi leurs actionnaires. Il y a là un lien de puissance et d'accès à l'information. Nous sommes dans des systèmes de plus en plus concentrés.

M. Jean-Marie Bockel. - Nous avons la chance d'avoir avec l'ANSSI un service de l'État extrêmement respecté du monde économique et à l'international. Je voudrais revenir sur des sujets que vous avez abordés récemment. Dans le cadre du SGDSN, vous avez annoncé la tenue en avril 2017 d'une conférence à l'UNESCO sur le droit international dans le cyberespace, intitulé « construire la paix et la sécurité internationales de la société numérique : acteurs publics, acteurs privés, rôles et responsabilités ». Cette initiative me semble très intéressante. Cela m'amène à la question des règles du jeu. Il y a quelques années, un travail avait été fait au sein du Conseil de l'Europe, qui avait abouti à la convention de Budapest, à laquelle les principaux pays n'adhéraient pas. Il est vrai que l'édiction d'une règle internationale au niveau onusien n'est pas gage de son respect. Pourtant, le seul fait que cette règle existe permet de rendre répréhensible l'action menée. Alors que nous sommes dans des sociétés caractérisées par la circulation intense de l'information, ce genre de transgression finit par se savoir et cela n'est pas sans effet. Bien sûr nous ne sommes pas là dans les mesures offensives, mais la définition de normes internationales me semble avoir tout son sens. Quelle est votre position sur ce sujet ? Quelles sont vos intentions dans le cadre de cette conférence internationale ?

Ma deuxième question porte sur les opérateurs d'importance vitale, domaine dans lequel nous avons progressé au niveau européen et au niveau français. Nous avons désormais une liste et des règles. Le ministère de la défense a un outil de protection développée. Qu'en est-il dans le domaine des industries de défense ? Relèvent-elles de l'ANSSI ou du ministère ?

Sur la question sensible des coopérations européennes, il me semble que nous sommes plus volontiers dans la coopération bilatérale que dans une démarche plus large où existe toujours le risque des maillons faibles. Cela dit, année après année, il me semble que la coopération européenne progresse, ce dont nous devons nous réjouir.

M. Robert del Picchia. - Sur le vote des Français de l'étranger, je voudrais émettre quelques réserves sur le fait qu'il s'agisse d'un problème de sécurité nationale. Les enjeux de protection cyber sont avérés dans le domaine de l'intelligence économique et dans le domaine stratégique. Pour les partis politiques, c'est à eux de gérer et de se défendre. Pour ce qui est du vote électronique des Français de l'étranger, vous avez dit il y a quelques temps, que vous y étiez opposés. Je suis l'auteur de la loi permettant le vote par Internet des Français de l'étranger. Il n'y a jamais eu à ce jour de vrais problèmes dans ce domaine. Nous avons commencé par un test en 2003 aux États-Unis qui s'est plutôt bien passé. Puis nous avons continué avec les élections consulaires, les élections des assemblées des Français de l'étranger, etc. Au fur et à mesure de ces élections, nous nous sommes aperçus que les difficultés venaient des filtres et des barrages accumulés à chaque élection pour améliorer la sécurité, jusqu'à ce que l'on arrive à l'élection où il n'était plus possible de voter tant les mesures de sécurité devenaient nombreuses et bloquantes. Il n'était même plus possible de se connecter. On a encore renforcé les mesures de sécurité pour les élections législatives. Si je peux comprendre que l'on prenne de telles précautions pour les élections du Président de la République, je me demande si ce n'est pas disproportionné lorsque les élections sont un petit niveau avec peu de votants où une éventuelle manipulation informatique n'aurait que peu de conséquences. Le problème ne me semble pas aussi grave que ce que l'on pourrait penser. À force de mettre des conditions de sécurité de plus en plus difficiles à remplir, on risque de faire baisser le nombre de participants qui se découragent et ne parviennent pas à se connecter pour voter. Je me permets de rappeler que le vote par correspondance postale n'est pas gage de vertu, les enveloppes se vendant à des prix dérisoires sur certains marchés de Pondichéry.

M. Joël Guerriau. - Des élections législatives auront lieu en Allemagne et en France en 2017. En Allemagne, la chancelière Angela Merkel considère que les Russes sont auteurs de cyberattaques au quotidien, et craint leurs effets sur les élections allemandes. Peut-on craindre la même chose en France ? Comment se déclenche une cyberattaque lorsqu'il s'agit d'influencer la vie politique d'un pays ? Quels sont les effets possibles ?

Vous avez souligné la difficulté d'identifier l'origine des cyberattaques. N'y-a-t-il pas des hackers qui signent leur forfait ?

Mme Gisèle Jourda. - Une cinquantaine de communes utilisent encore des machines à voter. Un moratoire sur leur achat a été décidé. Ces machines sont-elles devenues obsolètes ? Faut-il les abandonner ? Le statu quo soulève des interrogations.

M. André Trillard. - Que représente, dans votre activité, la part des attaques réalisées par des Français ?

M. Jeanny Lorgeoux. - Peut-on imaginer, les attaques et défenses se multipliant, qu'une politique de dissuasion puisse être menée sur ce front très particulier des cyberattaques ?

M. Pascal Allizard. - Je travaille pour la commission des affaires européennes sur le « paquet connectivité », qui précise les ambitions et les moyens de réglementation de l'Europe sur les réseaux. La problématique des opérateurs tels que Google ou Facebook échappe quelque peu au spectre de cette future réglementation. Le Royaume-Uni et les États du nord de l'Europe s'y opposent. Votre service est-il associé à ces réflexions ? Y-a-t-il une coordination avec vos homologues européens ?

Mme Joëlle Garriaud-Maylam. - Je partage l'avis de Robert del Picchia sur la simplification des procédures de vote, qui est un enjeu important. En revanche, le vote par correspondance est très décrié, y compris par la Cour des comptes, alors que nous avons besoin d'encourager le vote des Français ne disposant pas d'accès à Internet, qui sont encore nombreux, en particulier parmi les double nationaux.

L'ANSSI a beaucoup contribué à aider la chaîne TV5 Monde à faire face à l'attaque qu'elle a subie. Quelles leçons en avez-vous tirées ? L'origine de cette cyberattaque a-t-elle été démontrée ? Comment éviter, à l'avenir, de tels événements, préjudiciables à l'information ?

Mme Marie-Françoise Perol-Dumont. - Vous avez évoqué les risques d'attaques contre des secteurs vitaux tels que les transports, l'énergie, les télécommunications ou l'industrie. La santé pourrait aussi être évoquée, via nos hôpitaux. Y-a-t-il des éléments de nature à rassurer nos concitoyens ? À quel niveau dominez-vous ces risques de sabotage ?

M. Alain Gournac. - Je partage l'inquiétude de mes collègues. On parle beaucoup d'attaques d'origine russe. C'est la piste privilégiée s'agissant de TV5 Monde. Mais on oublie les attaques de pays amis. Un certain nombre de cyberattaques d'origine américaine auraient visé nos institutions au plus haut niveau. Que pouvez-vous nous en dire ?

Mme Christiane Kammermann. - Beaucoup de Français ne peuvent ou ne savent pas voter par internet, en particulier en milieu rural. C'est pourquoi j'ai toujours souhaité la multiplication des bureaux de vote.

M. Daniel Reiner. - En dehors de la Russie, quels sont les autres agresseurs potentiels ? Quel est le niveau d'intérêt pour la sécurité informatique dans les entreprises ? Y-a-t-il une prise de conscience réelle, ou au contraire des réticences ?

M. Michel Boutant. - Disposez-vous de moyens financiers, humains et technologiques suffisants pour mener à bien vos missions qui se multiplient, à un moment où les profils que vous recherchez sont très demandés ?

M. Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI - Les opérateurs que je mentionnais sont les opérateurs d'importance vitale, auxquels s'applique la LPM de décembre 2013. Ces opérateurs sont au nombre d'environ 230, dans les grands secteurs évoqués, y compris la santé. Le niveau de maturité est très variable d'un secteur à l'autre. La prise de conscience est plus récente dans les secteurs où il y a peu d'informations stratégiques mais surtout des systèmes industriels. Or le risque n'est pas seulement l'espionnage mais aussi le sabotage. Une attaque peut avoir des conséquences très graves sur la sécurité des personnes et des biens dans ces secteurs. Ceux-ci progressent aujourd'hui rapidement car ils se rendent compte que leur existence même est en jeu, dans la mesure où la réaction politique et sociétale à une attaque serait très forte.

Les attaques sont très diverses, ce qui explique des comptabilisations hétérogènes. Nous traitons une vingtaine de cas graves, concernant de gros opérateurs, chaque année. L'absence d'attribution des attaques résulte d'un choix politique. De telles attributions sont en effet très difficiles. Dans certains cas, il est impossible d'identifier avec certitude l'auteur de l'attaque. Les ordinateurs identifiés comme étant à son origine peuvent se situer dans n'importe quel pays et être eux-mêmes des victimes. À l'avenir, toutefois, il pourrait se révéler utile de procéder à de telles attributions afin de porter des messages et d'éviter une forme d'impunité.

Parmi les attaquants sont souvent évoqués les Russes, les Chinois, et ceux que j'appellerais les « five eyes » (États-Unis, Canada, Nouvelle-Zélande, Australie et Royaume-Uni), qui coopèrent entre eux et sont susceptibles d'attaquer nos intérêts, comme l'a révélé Edward Snowden. Malheureusement, on n'a pas d'ami dans le cyberespace, ce qui ne signifie pas qu'on n'a pas d'allié. Une coopération étroite est possible, car nous avons aussi beaucoup d'ennemis communs. Ce jeu est complexe car les organisations sont différentes dans chaque pays, ce qui nécessite une synchronisation très étroite.

Sur la question de Microsoft, c'est un débat complexe et souvent caricaturé dans les medias. Je ne suis ni pour, ni contre, même si culturellement et parce que je suis informaticien, j'apprécie l'accès aux codes sources et la maîtrise de ce que je fais, ce qui est beaucoup moins vrai avec des logiciels propriétaires complétement fermés. Dans ma mission de défense, que dire à 90 % des victimes qui sont équipées par Microsoft ? On cherche à faire au mieux et on constate des améliorations vis-à-vis de beaucoup de menaces. On critique beaucoup la sécurité chez Microsoft, mais cela a énormément progressé ces dernières années. Mais il est vrai qu'avoir confiance en Microsoft, si on n'a pas confiance en la NSA, pose un problème en termes de protection.

Notre démarche est plutôt oecuménique : on travaille avec tout le monde, même si quand on le peut, on promeut le logiciel libre. Dans beaucoup de cas, c'est compliqué, notamment dans les administrations, car le logiciel libre implique d'avoir de vraies capacités d'informaticiens en interne, même si c'est beaucoup moins cher au départ. Le logiciel propriétaire est assez automatisé et nécessite moins de compétences. Chercher à déployer des logiciels libres dans des administrations où il n'y a plus d'informaticiens, c'est voué à l'échec. Dans le cas très particulier du ministère de la défense, c'est une logique comptable et budgétaire qui a prévalu : remplacer 3 000 contrats par un seul contrat, cela réduit considérablement la facture. On peut juste regretter qu'il n'y ait pas eu davantage d'approche stratégique de long terme. C'était peut-être le moment de remettre en cause la forte dépendance au logiciel propriétaire. Cela n'a pas été fait, mais la démarche était logique au niveau local.

Sur les médias d'information en continu, je sors de mon domaine de compétence. L'amplification des médias sociaux se fait aussi par ces chaînes d'information concurrentielles, qui ont un besoin constant de nouvelles informations. On n'a pas aujourd`hui de démarche de sensibilisation. La question de la maîtrise des médias est une question délicate car on risque d'être accusé de vouloir contrôler l'information. Il faut peut-être mettre tous les acteurs autour d'une table pour qu'ils adoptent une attitude plus responsable dans la diffusion de l'information. Cela existe déjà de manière embryonnaire : quand il y a une opération de police ou une opération antiterroriste en cours, les journalistes gardent l'information pendant quelques heures. Cela paraît être le minimum, mais il se peut qu'en termes d'éthique, l'on puisse faire davantage, mais je sortirais de mon rôle si je vous donnais un avis précis.

M. Bockel, vous avez parlé de la conférence internationale sur le droit international dans le cyberespace, qui se déroulera à l'UNESCO à Paris, les 6 et 7 avril prochains. Premier point : il y a déjà beaucoup de travaux sur l'application du droit de la guerre dans le cyberespace et moins sur l'application de la paix et de la stabilité dans le cyberespace, car ce sont les militaires qui se sont emparés du sujet. Il n'est pas souhaitable que seuls les militaires traitent ce sujet. Nous voulons donc une réflexion sur les règles qui devraient s'appliquer. Ce n'est pas parce que les règles sont difficiles à appliquer ou à contrôler, qu'il ne faut pas les définir. Aujourd'hui, il n'y a pas de règles acceptées communément et personne ne les transgresse d'une certaine manière. Alors que si demain, des règles sont clairement admises et inscrites dans les contrats mêmes - allez faire signer à un industriel qui vous équipe qu'il ne va pas vous espionner, vous allez voir qu'il aura plus de mal à travailler avec la NSA (National Security Agency) - on aura progressé.

Tout d'abord il faut fixer des règles et l'application suivra, en partie, de manière naturelle. Ensuite, il faudra réfléchir à d'éventuels mécanismes permettant de faire appliquer ces règles.

L'autre point, c'est qu'aujourd'hui, on l'a vu dans le cas des élections américaines, quand la tension monte dans le domaine cyber, on n'a pas de mécanisme de désescalade. Les discours deviennent de plus en plus agressifs et puis on s'arrête. C'était aussi le cas dans les attaques contre Sony où le président Obama avait déclaré qu'il s'agissait d'« un acte de guerre venant de la Corée du Nord », puis avait rétropédalé en parlant de sabotage ou autre, car le mot « guerre » est un terme codifié qui implique une riposte. Comment fait-on pour se parler quand on a affaire à des puissances comme la Russie, les Etats-Unis. Des mécanismes de désescalade existent dans d'autres domaines, comme dans celui de la dissuasion nucléaire, et il faut probablement faire la même chose dans le domaine cyber.

Pour répondre à votre question, les industries de défense font clairement parties de la liste des secteurs d'activité d'importance vitale et le traitement des industries de défense se fait par l'ANSSI en étroite coopération avec le ministère de la défense et avec les différents services associés, notamment la Direction générale de l'armement (DGA) qui a le contact quotidien avec les industries de défense. Intéressantes pour les attaquants, ce sont probablement les premières cibles en termes de volumes en France. L'ANSSI les connait bien par ailleurs, puisque beaucoup sont des producteurs de service et de produits de sécurité.

S'agissant de la coopération européenne, je pense que nous serons condamnés, pendant encore longtemps, pour les choses très sensibles à des relations bilatérales. On ne manipule pas des choses ultrasensibles à vingt-huit et demain à vingt-sept. En multilatéral, on parle de grands principes mais l'on ne peut pas rentrer dans le très sensible. Par ailleurs, il y a des questions que l'on ne souhaite pas voir traitées en multilatéral car la cybersécurité relève avant tout de la souveraineté nationale. Ce n'est pas contradictoire avec un traitement au niveau européen, car l'on a besoin des deux. Dans la directive NIS (Network and Information Security) sur la sécurité des réseaux, il y a l'idée que chaque pays doit faire de la cybersécurité et que les pays doivent fonctionner selon un réseau maillé. Il n'y aura pas d'agence européenne de la cybersécurité. Ce n'est d'ailleurs pas souhaitable, car il y a des sujets que l'on ne veut pas partager au niveau européen, ne serait-ce que ceux relatifs à l'industrie de défense. Il faut constamment garder l'équilibre entre la souveraineté nationale et l'intérêt à travailler ensemble, collectivement, au niveau européen. L'on va dans le bon sens avec la directive NIS et les différents règlements, notamment le règlement eIDAS en matière d'identification électronique. Aujourd'hui, on travaille ensemble à de la politique industrielle et il y a de la recherche et développement (R&D) au niveau européen, ce qui était jusqu'à présent totalement exclu. La France est très active dans ce domaine, de manière à flécher des fonds de R&D du programme Horizon 2020 (H 2020). La Commission européenne va mettre 450 millions d'euros sur les questions de recherche en matière de cybersécurité.

Sur la question du vote des Français de l'étranger, je me place en technicien qui regarde la sécurité des dispositifs mis en place. L'élévation du niveau de sécurité crée bien évidemment plus de contraintes. Mon devoir en tant que directeur de l'ANSSI est de dire : si un système est ciblé par des gros acteurs avec des moyens il y a des chances qu'il ne résiste pas. Même si on fait tout comme il faut, il y a un risque.

M. Robert del Picchia. - Oui mais on voit bien qu'avec plus de 4 millions de votants, les primaires de la droite se sont très bien passées...

M. Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI.- En effet le volcan n'a pas explosé pour cette fois.

Concernant l'attribution à la Russie, c'est une vraie difficulté, mais nous nous intéressons de près à leurs modes opératoires. Or les différentes attaques récentes (TV5 Monde, Allemagne, DNC...) portent des signatures similaires (codes, serveurs...). Cela ne veut pas dire que l'origine russe soit certaine mais ce faisceau d'indices pointe vers le groupe APT28. Je voudrais noter qu'il est rare que les attaquants signent, ou alors ils émettent de fausses signatures pour faire porter le chapeau à quelqu'un d'autre. Peut-être qu'à l'avenir nous aurons des revendications plus officielles.

Sur la question des machines à voter, je dois admettre que nous n'avons pas regardé la question de près. En 2007 nous nous y sommes intéressés mais il y a immédiatement eu un moratoire sur leur achat. Est-ce que ce type de machine est moins sûr ? On ne sait pas, mais le gros problème est que nous ne pouvons pas recompter les bulletins. Et puis nous sommes embêtés car c'est de la technologie qui date d'avant 2007 et si elles sont connectées à internet il y a toutes les chances qu'elles se fassent détruire. En plus il existe 3 modèles différents, tous construits à l'étranger par des industriels pas très coopératifs... Bref c'est une question délicate sur laquelle nous allons nous pencher.

En ce qui concerne les attaquants français, il y en a peu, et la moyenne d'âge de ceux qui se font attraper est de 14 ans si vous voyez ce que je veux dire. Mais attention certains véhiculent des messages pro-djihadistes et il faut prendre cette question au sérieux. Cependant on voit que les pics d'attaques d'origine française ont lieu durant les weekends prolongés et ciblent les collèges et les lycées...

Sur la dissuasion : c'est un vrai sujet, mais délicat à cause du problème de l'attribution. Mais on voit que les anglo-saxons font déjà un début de dissuasion. Par exemple, 3 jours avant les élections américaines on a vu dans les médias, « de source sûre », la menace que si les élections étaient perturbées, il y aurait des pannes électriques à Saint-Pétersbourg. Je pense que ce n'est pas du bluff et que cela va ressembler de plus en plus à de la dissuasion de grand acteur à grand acteur. Cependant, contre des groupes terroristes, c'est comme menacer d'utiliser la bombe contre eux, cela semble difficile et ne fonctionnerait pas.

Au niveau européen nous suivons de près la question du chiffrement, qui est pour nous très importante. On surveille ce qui va se passer au niveau règlementaire et on pousse nos idées. Par exemple l'interdiction serait absurde car on pénaliserait d'autant ceux que nous voulons protéger. Il faut trouver des moyens plus adaptés de traiter la question.

Sur TV5 Monde : c'est une affaire très importante car c'est le premier acte de sabotage cyber en France. On ne saura jamais avec certitude qui en était l'auteur mais nous avons une vision très claire de ce qui s'est passé : l'assaillant est entré 2 mois avant, avec des méthodes de très haut niveau et il a bien pris soin de tout détruire. TV5 Monde a beaucoup aidé en matière de sensibilisation : les OIV ont pris conscience de leur vulnérabilité. Il faut noter que l'attaquant a essayé de nous orienter sur une fausse piste d'attribution au profit d'un groupe djihadiste, ce qui s'est révélé faux. Je ne crois pas à une menace forte de l'arme informatique de la part de Daech, mais ils peuvent très bien faire appel à des mercenaires de haut niveau qu'ils ne verront jamais, situés à l'autre bout du monde, contactés via le darknet.

Sur la santé : elle fait bien sûr partie des secteurs d'importance vitale. Au niveau industriel d'abord : c'est le premier décret sectoriel à être sorti. Mais il y a également une inquiétude sur les hôpitaux, car ce sont des structures ouvertes, où l'urgence est reine et où, donc, les règles classiques de sécurité ne peuvent pas s'appliquer. Ce sont des cibles qui sont souvent attaquées et rançonnées car ils ont de l'argent et ne peuvent se permettre de dysfonctionner. C'est compliqué d'y faire de la sécurité de haut niveau pour les raisons que j'ai évoquées, car ils ne peuvent pas toucher à leurs matériels (scanners, etc...) : nous avons une tâche immense dans ce domaine.

Je ne suis pas rassurant, mais c'est l'aveu qu'il y a beaucoup à faire. Je le répète nous n'avons pas d'amis dans ce domaine, nous en avons pris « la main dans le sac ». Un bon signe est la prise de conscience des industriels : s'ils ont encore du mal à admettre la gravité de la menace du vol de renseignements économiques (qui a pour moi des vraies conséquences sur la croissance), quand on parle de la sécurité humaine ou des biens c'est différent et on rencontre une vraie adhésion.

Concernant les moyens de l'ANSSI, il faut être reconnaissant : nous avons été gâtés et très favorisés depuis 2009. Cependant nous n'avons pas assez d'experts dans le domaine cyber. D'où nos efforts pour créer des formations, des labels reconnus. C'est un sujet où la vraie richesse est humaine et nous nous battons pour attirer et conserver les talents. Il y a également le sujet de l'évaluation de notre modèle : j'espère que nous aurons une croissance permettant de traiter la diversité des menaces qui vont se poser à l'avenir.

Désignation de rapporteurs

La commission nomme rapporteurs :

M. Jacques Legendre et Mme Hélène Conway-Mouret sur le contrat d'objectif et de moyens 2017-2019 de l'Institut français, en application de l'article 1er de la loi n° 2010-873 du 27 juillet 2010 relative à l'action extérieure de l'Etat.

Questions diverses

M. Jean-Pierre Raffarin, président. - Mes chers collègues, comme vous le savez, chacun est invité à faire part de son intérêt à participer aux auditions des différents groupes de travail ; Pascal Allizard m'a fait savoir qu'il souhaiterait suivre le groupe « modernisation de la dissuasion » ; je demande donc aux rapporteurs de l'associer à leurs travaux sur le territoire national. Merci.

- Présidence de M. Jean-Pierre Raffarin, président puis de M. Alain Gournac, vice-président -

Cyberinterférences dans les processus électoraux - Audition de M. Bernard Bajolet, directeur général de la sécurité extérieure (DGSE)

Cette audition n'a pas donné lieu à un compte rendu.

La réunion est close à 11 h 40.

- Présidence de M. Jean-Pierre Raffarin, président -

La réunion est ouverte à 16 h 30.

Audition de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense

M. Jean-Pierre Raffarin, président de la commission des affaires étrangères et de la défense. - En ces journées paisibles, nous sommes heureux d'accueillir le ministre le plus paisible de ce gouvernement, celui qui, du matin au soir, défend la paix.

Je lui souhaite la bienvenue, sachant que c'est peut-être la dernière fois de ce quinquennat que notre commission le reçoit, à moins que des événements ne nous conduisent à nous revoir.

Cette réunion est donc importante, car elle est aussi l'occasion pour nous de remercier le ministre de sa disponibilité vis-à-vis de notre commission, de son écoute, de sa capacité à travailler avec nous. Je tiens à lui dire toute notre gratitude pour les relations de travail qu'il a su créer avec notamment nos différents rapporteurs.

Je salue en particulier Daniel Reiner, ainsi que notre ancien collègue Jacques Gautier, désormais conseiller du président du Sénat, qui nous fait l'honneur de sa présence. Je pense également à Xavier Pintat, à Yves Pozzo di Borgo à d'autres, qui ont également eu l'occasion de travailler avec le ministre.

Cette audition doit être l'occasion de faire un point sur la situation, monsieur le ministre. En particulier, j'aimerais vous entendre sur trois sujets : évidemment, l'efficacité de notre stratégie au Levant, où les Américains et les Russes nous ont conduits à devoir faire face un certain nombre de situations ; la réforme de la cyber, dont vous avez annoncé ce matin un renforcement des moyens, à la suite du discours fondateur que vous avez prononcé à Bruz : quelle a vision a le ministère pour l'intégration de ce combat dans l'appareil de défense ; et puis, sujet plus périphérique, mais néanmoins important, quand on voit que se multiplient notamment dans la presse les fuites au sujet d'un certain nombre d'opérations clandestines et spéciales, ce qui ne facilite peut-être pas le travail de notre appareil de défense, nous voudrions savoir quel peut être l'avenir du secret défense.

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la défense. - J'ai pris beaucoup de plaisir durant ce quinquennat à venir devant la commission des affaires étrangères du Sénat. J'y ai trouvé l'écoute, la compétence - je ne veux pas dire par là qu'il n'y en a pas à l'Assemblée nationale ! - et un souci très ferme des enjeux de sécurité de notre pays. Je salue votre état d'esprit très fort, dans les moments très difficiles que nous avons vécus.

Je vous remercie également de votre soutien, car à plusieurs reprises, dans des situations complexes sur le plan budgétaire, votre détermination a été essentielle et nous a permis d'aboutir à des résultats qui, sans être exceptionnels, contribuent à maintenir une capacité de défense significative et à mener les combats que nous avons à mener, pour l'intérêt de la France et pour notre souveraineté.

Je veux évoquer d'abord les enjeux de la lutte contre le terrorisme. Ce qui me frappe le plus depuis cinq ans, c'est que nos forces armées sont amenées - et c'est une première dans notre histoire militaire - à se mobiliser en grande partie, contre le terrorisme dans ses différentes formes. Et elles devront s'habituer à ces combats d'un genre nouveau que nous n'avions jamais connus, à combattre dans le cadre d'actions asymétriques, à se déployer sur des territoires très vastes, à travailler en coordination avec les forces étrangères au sol, y compris en milieu urbain.

Nos forces armées se sont donc adaptées à cette nouvelle situation avec beaucoup d'efficacité, sans oublier la place et l'évolution du renseignement face aux différentes menaces nouvelles auxquelles nous faisons face, singulièrement depuis le début de l'année 2013.

Dans cette perspective, il y a deux enjeux : d'abord, aller frapper les terroristes dans leurs repaires ; ensuite, assurer sur le territoire national la protection de nos concitoyens en appui des forces de police et de gendarmerie.

Il y a pratiquement un an, le 20 janvier 2016, je réunissais à Paris les principaux ministres de la défense des pays de la coalition contre Daech pour demander un renforcement des interventions communes sur l'Irak, singulièrement en direction de Mossoul et de Raqqah. Nous nous étions mis d'accord sur la nécessité de mener une action beaucoup plus forte, c'est ce qui a été fait depuis un an. Ainsi, Daech a perdu des milliers de combattants en Irak, plus de la moitié des territoires qu'il avait conquis en Irak et la plupart de ses villes majeures dans ce pays.

Ses ressources, notamment ses installations pétrolières, ont été détruites, le flux de combattants étrangers qui rejoignent ses rangs a été considérablement réduit, et ce sont désormais les forces irakiennes et kurdes qui ont repris l'ascendant sur l'ensemble du territoire.

Au moment où je vous parle, la première phase de la bataille de Mossoul s'est achevée avec la reprise de la moitié est de la ville par les forces irakiennes, soutenues par les Peshmergas. Une phase de pause va durer entre trois et quatre semaines, avant que soient engagés les combats sur la partie ouest.

Pour moi, très clairement, nous gagnerons dans l'année la bataille de Mossoul. Cette seconde partie de la bataille sera très compliquée, car si l'est de la ville est un territoire bien quadrillé, la partie ouest, plus ancienne, est plus difficile d'accès, mais la fin de l'histoire ne fait pas de doute.

J'ajoute que la planification de l'ensemble de la bataille contre Daech initiée par les autorités militaires irakiennes, avec l'appui de la coalition, se déroule normalement, même si on doit déplorer un peu de retard. Toutefois, lorsque la bataille de Mossoul a été déclenchée, j'ai prévenu qu'elle prendrait non pas des semaines, mais des mois.

Nous accompagnons l'action des forces irakiennes par des frappes aériennes, à partir de la base H5, que certains d'entre vous connaissent, située à la frontière entre la Jordanie et l'Irak, et à partir de notre base située aux Émirats arabes unis. Sur le territoire irakien des batteries Caesar sont engagées efficacement en soutien.

Nous sommes l'un des principaux contributeurs, derrière les Américains et avec les Britanniques, dans ces frappes, et depuis septembre 2014, nous avons ainsi procédé à plus de 1 100 frappes aériennes sur l'Irak et la Syrie, pour un total de plus de 2 300 munitions tirées. Nous comptons là-bas 14 Rafale et 1 500 hommes dans le cadre de l'opération Chammal.

C'est le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi, que j'ai rencontré encore récemment, qui dirige les opérations. Il me paraît maîtriser la situation. La planification des combats est extrêmement subtile. Elle précise où doivent s'arrêter les Peshmergas ou les milices populaires, quel modèle de gouvernance sera mis en place lorsque Mossoul tombera, etc. M. Barzani le dit et le répète : « On ne garde pas ce que l'on prend ! ». Cela signifie qu'il faut chercher à retrouver dans chacune des villes reprises la composition ethnique initiale pour que la sérénité l'emporte.

En Syrie, la situation est plus compliquée, puisque les actions menées par les forces gouvernementales soutenues par les Russes et les Iraniens ont été dirigées contre les insurgés, dans ce qu'on appelle la partie utile du pays. Et malgré des déclarations d'intention faites à plusieurs reprises, les forces russes en particulier n'ont pas beaucoup frappé Daech en Syrie, l'essentiel des frappes ayant pris pour cible les groupes insurgés. Depuis lors, un cessez-le-feu a été proclamé et une rencontre a eu lieu à Astana. De fait, Daech se montre assez résilient sur le territoire syrien, en particulier à Deir ez-Zor, où ses troupes sont plutôt à l'offensive, et également à Palmyre, qu'elles ont reprise aux forces armées syriennes.

À Raqqah, la situation est assez particulière. Nous avons obtenu un principe fondamental de la part de la coalition, qu'il faut bien retenir pour l'avenir : la bataille de Raqqah sera concomitante de celle de Mossoul. Nous y sommes très vigilants puisque c'est de Raqqah que sont venus les ordres de commettre les attentats qui nous ont frappés et que c'est depuis cette ville que sont émis les messages sur les réseaux sociaux à ce sujet. C'est aussi de Raqqah que proviennent les indices que nous avons recueillis au sujet d'autres tentatives d'attentats au cours de l'année 2016. Nous avons donc fait valoir auprès de nos alliés de la nécessité d'agir sans attendre sur Raqqah.

La bataille de Raqqah a été engagée d'abord par l'isolement progressif de la ville, et aujourd'hui les Forces démocratiques syriennes, dirigées par le général kurde Mazloum et composées de combattants à la fois kurdes et arabes - avec une proportion de plus en plus importante, nous l'espérons, de combattants arabes -, appuyés par la coalition, singulièrement par les Américains, sont aujourd'hui sur une ligne de front au niveau du barrage de Tabqa. Mais, à l'heure actuelle, on ne compte pas suffisamment d'effectifs et de moyens matériels pour envisager la prise de cette ville, qui est beaucoup moins importante que Mossoul - 200 000 habitants -, mais extrêmement bien défendue par les combattants de Daech. Nous ne sommes donc pas encore en situation d'agir sur Raqqah, même si on peut l'isoler.

Un élément nouveau est intervenu ce matin : pour la première fois, les Américains ont décidé d'aider les FDS en leur fournissant des blindés. Cela devra être confirmé. Cette décision avait été prise par l'ancien président Barak Obama. C'est un acte important : comment réagiront les Turcs ? L'avantage, c'est que personne ne peut plus passer : ni entrer ni sortir. Lorsque le mouvement va se faire de Mossoul vers Raqqah et Deir ez-Zor, les combattants étrangers ne pourront plus fuir vers la Turquie. L'inconvénient, c'est que la situation créée est explosive, dans un espace très réduit de quelques centaines de kilomètres carrés.

J'en viens à la situation en Libye. Nous n'intervenons pas directement dans ce conflit ; notre engagement militaire en Libye se fait à travers l'opération navale Sophia - nous avons un navire de guerre présent sur place -, menée par l'Union européenne et validée par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.

Cette opération a trois objectifs : premièrement, bloquer les passeurs ; deuxièmement, former les garde-côtes libyens ; troisièmement, faire respecter l'embargo sur les armes. Ces objectifs ont été validés par la communauté internationale.

Les résultats de l'opération ne me paraissent pas aujourd'hui satisfaisants. Au mois de mai, il sera procédé à une révision des objectifs de Sophia. Nous menons notre action hors des eaux territoriales libyennes. Petite difficulté, qui n'est pas un détail : pour nous, les eaux territoriales vont jusqu'à 12 miles nautiques de la côte, tandis que les Libyens considèrent que le golfe de Syrte est un lac intérieur. Il y a en ce moment un fort trafic entre Benghazi et Misrata, et aucune interception n'est possible du fait de cette position des Libyens. Le droit international maritime nous autoriserait pourtant à mener ces opérations, mais les conséquences politico-militaires seraient complexes. Le renforcement de l'opération Sophia sera donc l'un des sujets que nous aborderons au mois de mai.

Depuis notre dernière rencontre, nous avons enregistré en Libye des avancées très positives. Ainsi, la ville de Syrte, qui était occupée par Daech, ne l'est plus grâce à l'action combinée de la chasse américaine et des tribus situées autour de Misrata. Les groupes liés à Daech se sont éparpillés, ce qui a conduit les États-Unis à effectuer de nouvelles frappes le 18 janvier au sud de Syrte sur ces éléments.

La Libye appelle toute notre vigilance, à proximité des côtes italiennes. Nous considérons qu'il faut y mener un processus politique inclusif, en sachant que le général Haftar, qui a mené des offensives à la fois à Benghazi contre Daech, mais aussi vers le sud pour reprendre une partie du territoire, est devenu incontournable. Il faudrait qu'un accord intervienne autour des trois personnalités que sont le général Haftar, Fayez el-Sarraj et M. Saleh.

L'Union africaine, de son côté, à la suite de son assemblée plénière qui s'est tenue ce week-end à Addis-Abeba, a mandaté le président Sassou Nguesso pour trouver une solution à la question de la gouvernance de la Libye. Cela permettra peut-être de trouver une solution politique. Pour l'instant, nous n'y sommes pas, et les accords de Skhirat, qui ont été validés par la communauté internationale, n'ont pas fait l'objet d'une mise en oeuvre très concrète.

Quant à la situation dans la bande sahélo-saharienne, les cinq pays sur le territoire desquels se déploie l'opération Barkhane, dont l'état-major est basé à N'Djamena, forment un ensemble plus grand que l'Europe. Nous avons sur place 4 000 militaires, engagés dans des actions de contre-terrorisme sur l'ensemble de la zone. Un élément positif : la bonne articulation entre les forces armées des cinq pays concernés et la force Barkhane, ce qu'on appelle le G5 - Mauritanie, Burkina Faso, Niger, Tchad et Mali. Tous ces pays commencent à travailler ensemble et nous sommes extrêmement présents. Nous menons des actions d'accompagnement auprès des forces armées de ces pays pour la sécurisation de leurs propres frontières.

Certains éléments sont très préoccupants. Ainsi, les risques liés à la présence des groupes armés terroristes (essentiellement Al-Mourabitoune - fondé par  Mokhtar Belmokhtar -, Ansar Dine - Iyad Ag Ghali -, Aqmi - Yahya Abu Hammam-, qui mènent des actions terroristes au nord du Mali et maintenant au centre) perdurent, même si la force Barkhane leur porte régulièrement des coups importants. Récemment, le 24 décembre, une de nos compatriotes, Sophie Pétronin, engagée dans l'action humanitaire, a été enlevée. Ces groupes posent régulièrement des engins explosifs improvisés, meurtriers, sur les axes qu'empruntent nos forces - quatre de nos soldats ont été tués en 2016. Ils essayent aussi d'étendre leur action au Niger et au Burkina Faso. C'est dans cet esprit que nous sommes amenés à renforcer nos relations avec ces deux pays pour développer des actions communes. En outre, récemment, a été constituée une force commune entre le Niger le Mali et le Burkina Faso de 2 000 hommes pour assurer la sécurité dans la zone du Liptako Gourma.

Deuxième source de préoccupation : les groupes armés signataires de l'accord d'Alger sont composés de deux ensembles : la plate-forme et la coordination. Les accords d'Alger prévoyaient l'engagement d'un processus militaire de désarmement et d'intégration de ces éléments armés dans l'armée malienne et un processus politique, aux termes desquels les autorités maliennes s'engageaient dans une démarche de décentralisation et à faire en sorte que le nord du Mali devienne une priorité.

Les trois composantes, à savoir l'armée malienne, la coordination et la plate-forme, devaient pouvoir mener des patrouilles communes. Nous étions près d'aboutir voilà quelques jours, avant que ne survienne l'attentat de Gao, qui a fait plus de 60 morts dans les trois groupes. Cet attentat a eu lieu sur la place d'armes où se réunissait l'ensemble de ses forces, avant de mener des patrouilles communes, premier acte de l'application des accords d'Alger.

Les autorités algériennes, théoriquement garantes de la pérennité de l'accord, ont décidé de provoquer une réunion de réflexion nouvelle sur ces accords d'Alger, le 10 février, juste après le sommet franco-africain de Bamako. Évidemment, sans mise en oeuvre du processus, qui suppose une intégration militaire des groupes armés signataires et des initiatives politiques de la part du président Ibrahim Boubacar Keïta, on aura beaucoup de mal à continuer. Il faut donc que la communauté internationale fasse pression.

J'ajoute que la Minusma n'a pas aujourd'hui suffisamment les moyens d'assurer sa logistique.. Mais les Européens - peut-être demain les Canadiens -, parmi lesquels les Allemands - c'est une grande nouveauté - ont mis à disposition six hélicoptères de combat dans le cadre de la Minusma. Cet engagement des Allemands, qui paraît modeste, est en fait extrêmement important, sur le fond quand on connaît la culture militaire allemande. La Minusma doit être renforcée, alors qu'elle doit assurer des missions importantes.

Parallèlement, la mission de formation de l'Union européenne au Mali, EUTM Mali, continue à former l'armée malienne, qui s'aguerrit, qui devient plus vigoureuse et plus réactive. Depuis le début de cette opération, nous avons formé 8 000 militaires de la nouvelle armée malienne.

Je me rendrai de nouveau dans quelques jours dans cette zone Mali-Burkina Faso-Niger pour aider au renforcement de l'articulation du G5 et essayer de contribuer à ce que des initiatives politiques indispensables soient prises au Mali. Ce n'est pas faute de le répéter, mais cela tarde à se mettre en oeuvre.

Cela étant, quand on compare la situation actuelle par rapport à celle de 2013, nous ne sommes plus dans le même monde. En 2013, Gao et Tombouctou étaient occupées par les djihadistes, Mopti allait être prise, et c'est à ce moment-là que nous sommes intervenus. Sans cela, Bamako serait tombée.

À présent, le combat n'est pas fini. Ces groupes sont liés à Al Qaïda. Au Levant, c'est Daech qui domine. Ce n'est pas parce que Daech tombera que le terrorisme sera éradiqué, car Al Qaïda est plus décentralisée.

Contre Boko Haram, nous ne sommes pas directement engagés, mais nous sommes directement concernés. Depuis notre dernière réunion, le mouvement s'est scindé en deux : une branche en quelque sorte historique, de. Shekau, et un groupe dirigé par Al Barnaoui et rallié à Daech. Le premier subit d'importants revers, grâce à la bonne organisation de la force multinationale mixte (FMM), qui rassemble des éléments du Nigéria, du Tchad, du Niger, du Cameroun et du Bénin et bénéficie de notre soutien - ainsi que de celui des Britanniques et des Américains - en matière de renseignement. Résultat : moins d'attentats et une diminution des combats. La prise récente du « camp zéro », qui était le repaire de Shekau, au coeur de la forêt de Sambisa, a porté un coup significatif à cette secte terroriste. Mais les attaques kamikazes se poursuivent et le groupe lié à Daech existe toujours.

J'ai procédé en novembre à la fermeture de l'opération Sangaris, après trois ans de présence très utile. Nous avons évité les massacres de masse et permis la tenue d'élections. Le président Touadéra est en fonction, un Parlement a été élu, devant lequel je me suis exprimé. Beaucoup reste à faire, mais la présence de la Minusca, à laquelle nous participons en déployant des drones, et la mission de formation de l'armée par l'Union européenne sont de bon augure.

Pour protéger le territoire national, l'opération Sentinelle se poursuit. Son organisation a progressé et elle rassemble 7 000 hommes, chiffre pouvant être porté à 10 000 en cas d'urgence. Son caractère mobile, sa planification, ses moyens de transmission, de transport, et d'hébergement ont été améliorés. Il en va de même de l'accroissement des effectifs de la Force Opérationnelle Terrestre, passés de 66 000 à 77 000 hommes. L'année 2017 sera donc plus sereine. La garde nationale a été mise en oeuvre. Je souhaitais depuis longtemps valoriser les réserves. La LPM actualisée prévoyait que le nombre de réservistes passe de 27 000 à 40 000 et leur taux d'activité, de 23 à 37 jours. Nous en prenons le chemin, avec déjà 33 000 personnes. Le dispositif d'incitation à l'égard de jeunes amplifiera le mouvement. Et nous avons abondé significativement le budget de la réserve.

Depuis l'élection de M. Trump, des déclarations variées ont été faites sur l'avenir de l'Otan, au moment même où nous observons un regain de puissance de certaines grandes nations. Aux risques de la faiblesse s'ajoutent donc les menaces de la force, par exemple en mer de Chine ou dans l'Atlantique Nord, où croisent de nouveau des sous-marins russes, ce qu'on n'avait pas vu depuis longtemps - et jusque devant les côtes bretonnes ! Après le sommet de Varsovie, nous avons décidé de participer à la présence renforcée et rehaussée : à partir du mois d'avril, nous enverrons en Estonie, sous encadrement britannique, 300 soldats et quelques blindés pour dissuader toute tentative de déstabilisation. En 2018, ce sera en Lettonie, sous encadrement allemand. Sur l'Otan, le général Mattis m'a tenu il y a quelques jours des propos de continuité. Le souhait de voir les membres de l'Otan contribuer davantage aux dépenses n'est pas nouveau, non plus que l'appel à améliorer l'efficacité de la technostructure de l'Alliance, que nous pouvons d'ailleurs reprendre à notre compte car celle-ci est un peu lourde. Dans dix jours, les ministres de la défense de l'Otan se réuniront. Nous y verrons plus clair, ainsi que sur la lutte contre le terrorisme.

M. Christian Cambon. - Je souhaite, au nom du groupe Les Républicains, m'associer à l'hommage que vous a rendu le président de notre commission. Les circonstances ne vous ont pas ménagé, et je souligne la qualité du dialogue régulier - parfois quasi-hebdomadaire - que vous avez entretenu avec notre commission. Le président Raffarin a évoqué nos inquiétudes sur la Tunisie, qui ne dispose que d'une armée très faible. La situation en Libye est fluctuante et nous craignons que des djihadistes ne passent en Tunisie. Que fait la France pour aider le Gouvernement et les forces militaires tunisiennes ?

Le déploiement opérationnel de nos forces est très lourd : plus de 33 000 personnes en tout, auxquelles nous rendons hommage. La fatigue des hommes et des matériels se manifeste partout. En Nouvelle-Calédonie, nous avons été impressionnés par le dévouement de nos troupes, qui assurent la présence française jusqu'en mer de Chine, parfois avec des matériels de cinquante ans d'âge. Conseilleriez-vous à votre successeur de maintenir un tel niveau de déploiement dans l'attente des 2 % qui ne seront atteints qu'en 2025 ?

Enfin, je trouve inquiétante la multiplication des vols de matériels dans certaines casernes. À Istres, un porte-char a été subtilisé ! C'est la deuxième fois sur cette base. Je sais que vous avez demandé une enquête militaire. Mais après Nice, cela soulève la question de la sécurité de nos bases en France.

M. Daniel Reiner. - Au nom du groupe socialiste, je remercie le ministre d'avoir régulièrement fait le point avec nous et entretenu une relation spéciale avec notre commission. Bel exemple de travail au service de la France ! Sa personnalité a rendu ces échanges agréables, alors même que les sujets n'inspirent pas la sérénité...

Aux États-Unis, nous nous sommes renseignés sur le général Mattis, qui a été à l'Otan le prédécesseur du général Abrial. Il souhaite clairement une politique de continuité. Pour autant, l'occasion est bonne de plaider pour une organisation européenne des questions de sécurité et de défense, comme la France le fait depuis des années. Nous avions presque cessé d'y croire... La déclaration franco-allemande des ministres en août a fait école. Où en sont, sur ces questions, Mme Mogherini, M. Junker, la Commission européenne ?

M. Cédric Perrin. - Je m'associe aux hommages, mais ma question n'est pas consensuelle. Plusieurs pays développent, ou achètent, des drones armés. Ce n'est pas le cas de la France. L'Allemagne a décidé d'exiger des drones câblés ou armables - évolution notable. Quelle est votre position ? Les Reapers commandés doivent être livrés décâblés. Pourquoi ? Les recâbler coûtera cher. Chaque arme doit-elle avoir son drone, ou faut-il mutualiser ? La sécurité civile en utilisera aussi. Ne faut-il pas créer une autorité régulatrice ?

M. Jeanny Lorgeoux. - Nous sommes fiers de votre action. Il est bon de le dire !

M. Jean-Pierre Raffarin, président. - C'est rare !

M. Jeanny Lorgeoux. - Pensez-vous qu'on puisse faire bouger les lignes à l'ONU pour que les missions présentes en Afrique ou ailleurs puissent enfin devenir opérationnelles ? À terme, cela allégerait l'effort considérable de la France.

M. Michel Boutant. - Bravo pour la pédagogie dont vous avez fait preuve pendant cinq ans. Le général Mattis a pris le contre-pied des déclarations de M. Trump. Celles-ci offraient à l'Europe l'occasion de se ressaisir. Comment vos homologues européens les ont-ils interprétées ? La Turquie, membre de l'Otan, est-elle toujours un partenaire solide ? Elle se rapproche beaucoup de la Russie.

Mme Hélène Conway-Mouret. - Je m'associe aux compliments de mes collègues. Au Burkina Faso, les parlementaires m'ont exprimé leur inquiétude sur la situation du Nord du pays. Comme au Mali, l'absence de l'État rend ce territoire vulnérable, et il est facile d'y recruter des jeunes. Depuis l'attentant de janvier 2016, la situation est stable. Mais les troupes ne pourront peut-être pas faire face à de nouveaux attentats. Il y a un besoin de formation. Y a-t-il des programmes en la matière ? Vous avez aussi parlé d'initiatives politiques. Qu'entendez-vous par là ?

M. Alain Gournac. - Nous avons été très heureux de travailler avec vous, et avec vos équipes, diligentes et efficaces. Je me suis rendu au Nord du Mali, et nous avons discuté avec le président Keïta. Nous lui recommandons de construire des écoles, de déployer l'État dans cette zone. Il approuve, mais ne fait rien. Or la déstabilisation de la zone menacerait la région tout entière.

M. Alain Néri. - Nous sommes tous d'accord pour rêver de votre maintien en fonctions, monsieur le ministre ! En Afrique, en Europe et ailleurs, des confrontations pourraient conduire à un cataclysme mondial. La France a fait son travail, et même au-delà, engageant ses hommes, ses matériels et ses finances. À l'heure où les Américains semblent vouloir se désengager, l'Europe va-t-elle enfin se mobiliser ? Je pense notamment, en bon Auvergnat, à l'aspect financier.

M. Bernard Cazeau. - Qui sait, monsieur le ministre, si l'on ne vous retrouvera pas lors du prochain quinquennat ? N'aurait-il pas été souhaitable que la France participe à la conférence d'Astana, organisée sous l'égide de la Russie ?

M. Jean-Yves Le Drian, ministre. - Sur les opérations « homo », qui suscitent des articles mal informés ou mal inspirés, je souhaite être très clair. Sur des terrains de guerre, le droit international des conflits s'impose. Même s'ils sont Français, les ennemis sont donc avant tout des ennemis. Les frappes ciblées, sur de tels théâtres, n'ont rien d'exceptionnel. Et quand on est chef, il faut s'attendre à être frappé davantage. Opérations homo ? J'appelle cela des opérations de combat. Elles n'ont rien de contraire au droit international, et ne nous exposent nullement à être déférés devant la Cour pénale internationale.

Il y a cinq ans, les cyberattaques n'avaient pas l'importance que nous leur connaissons. Sur ce sujet devenu central, j'ai fixé des moyens et une doctrine. Deux milliards d'euros y seront affectés, et un commandement cyber sera nommé prochainement. Rattaché au Cema, il commandera les unités cyber de nos armées, et me conseillera sur ces opérations. La doctrine est de développer le renseignement et la défense, tout en préparant des actions offensives. Une attaque cyber est un acte de guerre, dont la réponse n'est pas forcément cyber... Le nombre de nos combattants cyber va atteindre 2 600. S'y ajoutent les 600 experts de la DGA, et la réserve citoyenne, très spécialisée sur ce point. La France est au niveau, et doit le rester.

Pour la Tunisie, nous avons prévu 20 millions d'euros d'aide sur deux ans : matériels, équipements, appui au renseignement, formation des forces spéciales, aide à la lutte contre les IED... Le dispositif est en place et fonctionne.. Les Américains et les Britanniques apportent aussi leur soutien. Beaucoup de combattant étrangers risquent de revenir par le Sud de la Tunisie.

Oui, le déploiement opérationnel a généré de la fatigue et des difficultés. En 2016, en plein été, j'ai rappelé des militaires de permission. Actuellement, les effectifs formés de l'armée de terre augmentent, on passe dans chaque unité de quatre à cinq compagnies, ce qui améliore la situation. Mais les équipements sont mis à rude épreuve. La France est assez largement autonome, et c'est sa force : dissuasion, capacité de projection, réseau de renseignement, bon niveau cyber... Nous devons le rester. Pour cela, nous devons atteindre les 2 %. Nous sommes au creux du cycle nucléaire, mais les dépenses en ce domaine vont bientôt passer de 3,6 milliards d'euros à plus de 6 milliards d'euros. Si nous voulons garder nos capacités, il faut passer à 2 %.

Il y a un problème à Istres. Des complicités internes sont très probables. Cela m'ennuie, car c'est une base nucléaire - bien protégée, heureusement. Et même, cela me met en colère.

Je ne crois pas à une remise en cause de l'alliance atlantique par les États-Unis. D'ailleurs, M. Trump a tenu à M. Hollande les mêmes propos que son ministre avec moi. C'est l'Allemagne qui aurait le plus à en pâtir - ainsi que la Pologne et les pays baltes. Pour autant, l'Europe doit avoir une autonomie stratégique, pour être complémentaire de l'Otan. L'initiative franco-allemande l'été dernier comporte une feuille de route validée par le Conseil européen de décembre. Nous devons la mettre en oeuvre dans l'année. La volonté est là en Allemagne et en France. Les Britanniques ont également voté l'ensemble du projet, qui comporte aussi une aide financière aux pays dans lesquels l'Union européenne intervient.

Sur les drones, je suis à l'aise : quand je suis arrivé, il n'y en avait pas. J'ai décidé d'acheter des drones américains : heureusement, car ils nous ont bien servi au Mali. Puis j'ai engagé avec les Allemands et les Espagnols la construction du drone d'observation futur. Ce successeur du Reaper pourra être armé, ce qui a failli coûter son poste à M. de Maizière, car l'armement des drones a suscité un débat considérable en Allemagne il y a trois ans. Je n'y suis pas opposé pour ma part, sous réserve qu'un débat soit organisé au Parlement. J'ai enfin décidé de préparer avec les Britanniques le drone de combat futur, le FCAS.

M. Cédric Perrin. - Pourquoi avez-vous demandé des drones décâblés ?

M. Jean-Yves Le Drian, ministre. - Nous pourrons les recâbler après le débat au Parlement. Dans l'immédiat, et c'était urgent, nous avons commandé et acquis des drones d'observation.

M. Cédric Perrin. - Cela coûtera cher.

M. Jean-Yves Le Drian, ministre. - Non, je ne crois pas.

.Je partage vos interrogations sur la Turquie. Ce pays est membre de l'Otan, mais quand j'ai vu mon homologue turc à Bruxelles, nous avons établi nos points d'accord et de désaccord et décidé de poursuivre le dialogue. Tout va se cristalliser à Al-Bab. Les cadres de l'armée turque ont été décimés, et elle ne parvient pas à prendre cette ville depuis un mois. Et nous avons besoin, pour entrer à Raqqa, d'un minimum de présence kurde - même si les Kurdes ne demandent nullement à y rester ensuite. La situation est donc complexe. L'alliance des Turcs avec la Russie est réelle et pourrait bien être bientôt formalisée - les Russes bombardent déjà Al-Bab.

Je m'inquiète aussi pour le Nord du Mali. Nous avons besoin de la détermination politique des autorités maliennes et de la pression des autorités algériennes pour amener les groupes armés signataires de l'accord d'Alger à se fondre dans l'armée. Mais la lenteur de la progression des troupes provoque un regain préoccupant des groupes terroristes, d'autant que les efforts de développement par les autorités maliennes sont insuffisants.

La mise en oeuvre des missions de maintien de la paix doit susciter une véritable mobilisation des acteurs.. Chaque État doit en prendre conscience, et y participer.

Un de nos ambassadeurs était à Astana comme observateur. La conférence n'a pas débouché sur une solution politique. La suite se passera à Genève.

M. Jean-Pierre Raffarin, président. - Merci.

(Les sénateurs applaudissent unanimement le ministre).

La réunion est close à 18 h 10.