Allez au contenu, Allez à la navigation

Compte rendu analytique officiel du 30 janvier 2009

SÉANCE

du vendredi 30 janvier 2009

61e séance de la session ordinaire 2008-2009

présidence de M. Roland du Luart,vice-président

Secrétaires : M. Philippe Nachbar, M. Daniel Raoul.

La séance est ouverte à 9 h 50.

Le procès-verbal de la précédente séance, constitué par le compte rendu analytique, est adopté sous les réserves d'usage.

Grenelle de l'environnement (Suite)

M. le président. - L'ordre du jour appelle la suite de la discussion du projet de loi, adopté par l'Assemblée nationale, de programme relatif à la mise en oeuvre du Grenelle de l'environnement.

Discussion des articles (Suite)

M. le président. - Dans la discussion des articles, nous en sommes parvenus à l'article 11.

Article 11

I. - L'objectif pour les transports de voyageurs est de diminuer l'utilisation des hydrocarbures, de réduire les émissions de gaz à effet de serre, les pollutions atmosphériques et autres nuisances et d'accroître l'efficacité énergétique, en organisant un système de transports intégré et multimodal privilégiant les transports ferroviaires, maritimes et fluviaux dans leur domaine de pertinence.

Le développement de l'usage des transports collectifs de personnes revêt un caractère prioritaire. A cet effet, il sera accordé, en matière d'infrastructures, la priorité aux transports en commun dans les zones urbaines et périurbaines et pour les déplacements interurbains, et aux investissements ferroviaires, maritimes et fluviaux par rapport au développement de projets routiers ou aéroportuaires.

L'État prendra des mesures d'adaptation de la loi n°82-1153 du 30 décembre 1982 d'orientation des transports intérieurs pour tenir compte de la situation particulière de chacune des régions d'outre-mer.

II. - L'État veillera à ce que les voyageurs disposent pour leurs déplacements en France et en Europe et pour la desserte des plates-formes de correspondance aérienne d'offres ferroviaires plus performantes constituant des alternatives au transport aérien. A cette fin, la connexion des grandes plates-formes aéroportuaires avec le réseau ferroviaire à grande vitesse sera améliorée.

La création de nouveaux aéroports sera limitée aux cas de déplacement de trafic pour des raisons environnementales. La desserte des aéroports par les transports collectifs sera encouragée.

Afin de lutter contre les nuisances sonores autour des aéroports, l'État continuera à soutenir la maîtrise de l'urbanisation aux abords de ces équipements et veillera au financement nécessaire de l'aide à l'insonorisation des constructions des riverains qui repose sur le principe du pollueur-payeur. Il assurera la transparence de l'information relative aux nuisances engendrées par le transport aérien. Des dispositifs de sanction renforcés seront institués afin de faire respecter la réglementation environnementale par les compagnies aériennes.

En matière de navigation aérienne, l'objectif est, d'une part, de faire baisser le bruit au voisinage des aéroports par optimisation des procédures d'approche et de décollage des avions et, d'autre part, d'abaisser la consommation de carburant et les émissions de dioxyde de carbone dans un objectif de moindre impact environnemental en réduisant les distances parcourues par les avions et en réduisant les temps d'attente et de roulage. A cet effet, la France contribuera à la mise en place du ciel unique européen en soutenant la création d'un bloc d'espace aérien fonctionnel commun avec les États voisins de la Communauté européenne et en participant, pour un montant pouvant s'élever à 200 millions d'euros sur sept ans, au développement du futur système européen de navigation aérienne, notamment au programme de recherche dénommé Sesar.

En coordination avec les entreprises du secteur aérien, l'État intensifiera l'effort de recherche dans le domaine de l'aéronautique civile. A l'horizon 2020, les objectifs retenus sont une réduction par passager-kilomètre de 50 % de la consommation de carburant et des émissions de dioxyde de carbone des avions, une réduction de 80 % des émissions d'oxydes d'azote et une réduction de 50 % du bruit perçu.

La France soutiendra l'objectif d'inclusion des émissions de gaz à effet de serre du transport aérien dans le système de marchés de quotas d'émissions, dans le respect des réglementations et conventions internationales.

III. - La poursuite du développement du réseau de lignes ferrées à grande vitesse aura pour objectifs d'améliorer les liaisons des capitales régionales avec la région parisienne, de permettre des liaisons rapides entre elles grâce à des lignes transversales et des lignes d'interconnexion en Ile-de-France et de favoriser l'intégration de la France dans l'espace européen grâce à la connexion du réseau de lignes à grande vitesse français avec les réseaux des pays limitrophes.

Le transport ferroviaire régional, élément structurant pour les déplacements interrégionaux, interurbains et périurbains, contribuera à diffuser l'effet de la grande vitesse au profit de l'ensemble du territoire.

Parallèlement, la qualité de la desserte des agglomérations qui resteraient à l'écart du réseau à grande vitesse sera améliorée en termes de vitesse, de fiabilité et de confort. A cette fin, pourront notamment être prévus des aménagements portant sur les infrastructures existantes, ainsi que la construction de compléments d'infrastructures nouvelles, en particulier, à la traversée des aires urbaines saturées. La desserte de la Normandie sera améliorée dans ce cadre. Le cas échéant, il pourra être recouru à des contrats de service public financés par un système de péréquation.

L'État contribuera, à hauteur de 16 milliards d'euros, au financement d'un programme d'investissements permettant de lancer la réalisation de 2 000 kilomètres de lignes ferroviaires nouvelles à grande vitesse d'ici à 2020.

Ce programme de lignes à grande vitesse pourra porter sur :

- la ligne Sud-Europe-Atlantique constituée d'un tronçon central Tours-Bordeaux et des trois branches Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Hendaye et Poitiers-Limoges,

- la ligne Bretagne-Pays-de-la-Loire,

- l'arc méditerranéen avec le contournement de Nîmes et de Montpellier, la ligne Montpellier-Perpignan et la ligne Provence-Alpes-Côte d'Azur,

- la desserte de l'est de la France, avec l'achèvement de la ligne Paris-Strasbourg et des trois branches de la ligne Rhin-Rhône,

- l'interconnexion sud des lignes à grande vitesse en Ile-de-France,

- les accès français au tunnel international de la liaison ferroviaire Lyon-Turin, qui fait l'objet d'un traité franco-italien.

Il fera l'objet d'une concertation avec les collectivités territoriales, en particulier les régions, à engager avant fin 2009. Cette concertation portera sur les priorités, les alternatives à grande vitesse, les tracés et les clefs de financement des projets. Elle tiendra notamment compte de leurs impacts sur l'environnement, en particulier sur la biodiversité, et des priorités établies au niveau européen dans le cadre des réseaux transeuropéens.

Un programme supplémentaire de 2 500 kilomètres sera en outre défini, incluant la ligne Paris-Clermont-Ferrand-Lyon, dont les études sont déjà engagées en vue d'un débat public. Dans ce cadre, seront mises à l'étude la ligne Paris-Amiens-Calais et la ligne Toulouse-Narbonne, reliant les réseaux LGV Sud-Est et Sud-Ouest, ainsi qu'un barreau est-ouest.

Le transport ferroviaire régional constitue un élément structurant pour les déplacements d'échelle interrégionale, interurbaine ou périurbaine. Il contribue notamment à diffuser l'effet de la grande vitesse au profit de l'ensemble du territoire.

M. le président. - Amendement n°116 rectifié, présenté par MM. César, Bizet, Doublet, Laurent, Pointereau, Cornu, Bailly, Vasselle, Grignon et Lefèvre, Mme Procaccia et M. Gilles.

Compléter le premier alinéa du I de cet article par les mots :

, tout en limitant la consommation des espaces agricoles et naturels

M. Rémy Pointereau. - Le transport de voyageurs doit être conditionné à une consommation économe et rationnelle des espaces agricoles et naturels. Tous les dix ans, ce sont des milliers d'hectares de surface agricole qui disparaissent !

L'amendement identique n°617 n'est pas défendu.

M. Bruno Sido, rapporteur de la commission des affaires économiques. - Favorable à cette utile précision.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État chargée de l'écologie. - Même avis.

Mme Marie-Christine Blandin. - Nos amendements sur le volet urbanisme qui visaient également la protection des espaces agricoles et naturels n'ont pas eu l'heur d'être retenus... Celui-ci est fort sympathique, mais je m'interroge sur ses conséquences : on ne va pas faire passer un train dans les airs au-dessus des champs, ou prévoir des canaux souterrains ! Ma perplexité est grande : je m'abstiendrai.

L'amendement n°116 rectifié est adopté.

M. le président. - Amendement n°46, présenté par M. Sido, au nom de la commission.

I. - Rédiger comme suit la seconde phrase du deuxième alinéa du I de cet article :

A cet effet, pour les déplacements interurbains, il sera accordé, en matière d'infrastructures, la priorité aux investissements ferroviaires, maritimes et fluviaux par rapport au développement de projets routiers ou aéroportuaires.

II. - Supprimer le dernier alinéa du III de cet article.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Amendement rédactionnel.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Je propose de supprimer les mots « maritimes et fluviaux ».

M. Bruno Sido, rapporteur. - D'accord.

M. Jacques Muller. - Il faudrait préciser qu'il s'agit également de transports périurbains afin de prendre en compte les formes nouvelles de transport pendulaire comme le tram-train.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Pas d'objection.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - D'accord.

M. Daniel Raoul. - Pourquoi supprimer la référence aux transports fluviaux ? Il y a bien la navette de Bercy... (Sourires)

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - L'article porte sur les déplacements interurbains.

L'amendement n°46 rectifié bis est adopté.

M. le président. - Amendement n°144 rectifié bis, présenté par M. Revet, Mme Morin-Desailly, MM. Laurent, Pointereau, Bécot et Bizet, Mme Procaccia et MM. Pierre, Juilhard et Detcheverry.

Après le deuxième alinéa du I de cet article, insérer un alinéa ainsi rédigé :

L'amélioration de la desserte entre la Haute et la Basse-Normandie et l'Ile-de-France fera l'objet d'un schéma à court, moyen et long termes, en liaison avec le Réseau Ferré de France. Ce schéma sera phasable, afin de produire des premiers effets d'amélioration de la capacité en ligne dès 2015.

M. Rémy Pointereau. - Il est défendu.

M. Bruno Sido, rapporteur. - La vétusté des voies sur les lignes Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Caen-Cherbourg, ou encore Paris-Troyes est source de nombreux ralentissements. Cela dit, RFF s'est récemment attaché à améliorer le fonctionnement de ces lignes. Par conséquent, avis défavorable.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Même avis.

L'amendement n°144 rectifié bis est retiré.

M. le président. - Amendement n°288, présenté par M. Teston et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Après le deuxième alinéa du I de cet article, insérer un alinéa ainsi rédigé :

Afin de rendre plus attractif le transport ferroviaire pour les voyageurs, l'État encouragera le ferroutage et promouvra notamment le développement du service auto-train.

M. Michel Teston. - Il ne faut négliger aucune piste pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le service auto-train réduit la masse de CO2 émise par voyageur sans le priver de sa voiture, qui reste le moyen de déplacement le plus commode pour les petits trajets.

Ce mode de transport a aussi des retombées économiques car il est très prisé par nos voisins européens. La clientèle internationale représente 70 % de ses usagers ; il s'agit notamment de Suédois, Norvégiens ou Allemands qui viennent faire du tourisme dans le sud de notre pays. Le service auto-train est à l'origine de nombreux emplois liés au chargement, au déchargement, au lavage des véhicules et aux nombreux services proposés à bord. Ce mode de transport est soutenu par les associations de consommateurs. Il convient de le promouvoir.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Le ferroutage concerne le transport des marchandises et non celui des voyageurs auquel est consacré cet article 11. La commission émettrait un avis favorable si on supprimait la mention du ferroutage.

M. Michel Teston. - S'il s'agit non pas de rayer d'un trait de plume le développement du ferroutage, mais seulement de ne pas le mentionner ici, nous y sommes favorables.

M. le président. - Ce sera donc l'amendement n°288 rectifié :

Après le deuxième alinéa du I de cet article, insérer un alinéa ainsi rédigé :

Afin de rendre plus attractif le transport ferroviaire pour les voyageurs, l'État encouragera le développement du service auto-train.

L'amendement n°288 rectifié, accepté par le Gouvernement, est adopté.

M. le président. - Amendement n°341 rectifié, présenté par M. Antoinette et les membres du groupe socialiste, apparentés et rattachés.

Compléter le dernier alinéa du I de cet article par une phrase ainsi rédigée :

En Guyane, la possibilité de mise en oeuvre d'une ligne ferroviaire desservant les communes du littoral sera étudiée dans une perspective à la fois de désenclavement et de développement durable.

M. Jean-Etienne Antoinette. - Compte tenu de l'augmentation exponentielle de la population guyanaise et de la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de préserver les espaces naturels, je souhaite qu'on examine sérieusement la possibilité de créer une ligne ferroviaire en Guyane. Par rapport à celui de la métropole, le réseau routier est modeste. Sur 1 300 kilomètres de routes officielles, 397 sont des routes nationales, essentiellement situées sur la bande littorale. La région et l'État ont souhaité améliorer le réseau de l'île de Cayenne et la RN1 littorale qui dessert Sinnamary, Iracoubo et Saint-Laurent du Maroni. Une nouvelle route (RN2), aussi nommée Transamazonienne est-ouest ou Transguyanaise, inclut un tronçon guyanais de 100 km environ qui relie Cayenne à Saint-Georges via Régina, et le Venezuela au Brésil. Les travaux ont commencé en 1995. Même si elles sont moins fréquentées qu'en France métropolitaine ou au Brésil voisin, et que le phénomène de roadkill y est réduit, ces routes sont d'importants facteurs de fragmentation écologique et elles rendent la forêt plus vulnérable à une exploitation et à une chasse anarchique. Hormis sur la récente RN2, peu de compensations écologiques existent, et quand elles existent, ce sont les écoducs -lieux de passage presque obligé de nombreuses espèces animales au-dessus de la tranchée routière- qui sont détournés par des chasseurs qui en ont fait des pièges mortels. Ces écoducs constituent aussi des lieux d'embuscade idéaux pour les braquages effectués par les clandestins. Leur efficacité est aussi critiquée : l'exploitation forestière commence à 50 mètres et elle en fait plutôt des îlots de forêt accolée à la route plutôt que des zones de passage maintenant l'unité de la forêt. Avec les permanentes chutes d'arbres et de branches, ils constituent aussi un danger pour les voitures.

Fin 1999, on comptait 35 000 véhicules/jour sur les quatre voies de l'axe Balata-Maringoin de l'île de Cayenne où circulent 90 % des flux entre le nord de l'île et le reste de la région. Le parc automobile a fortement augmenté depuis et les embouteillages sont maintenant quotidiens avec 50 000 véhicules/ jour sur les routes de l'agglomération.

Les transports en commun restent quasi inexistants. Dans l'intérieur, le transport par pirogue ou par avion est très coûteux pour des populations au faible pouvoir d'achat. Le carburant est hors de prix pour des salariés qui font des trajets quotidiens de 120 kilomètres aller-retour -Cayenne-Kourou- et parfois plus.

Enfin, en Guyane, la route est accidentogène. Des discussions perdurent depuis plusieurs décennies sur les coûts, inconvénients et avantages d'un désenclavement routier des communes du fleuve Maroni entre Saint-Laurent et Maripasoula, certains craignant un développement de divers trafics : on a vu dans les pays voisins qu'ils étaient facilités par la création de routes, alors que la circulation traditionnelle sur le fleuve les limitait jusqu'ici. En outre, les routes, construites sur un sol fragile, sont malmenées par les pluies, ce qui oblige à un entretien coûteux et parfois dangereux.

Comment résoudre au mieux, pour la population; comme pour l'environnement, le problème du désenclavement et du maillage du territoire en Guyane ? Une ligne ferroviaire coûterait cher, très cher vu la nature des sols mais il n'y a pas de risque sismique en Guyane, et à long terme cela serait sans doute finalement avantageux. La question mérite d'être posée.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Compte tenu de la spécificité ultramarine du problème, je m'en remets à l'avis du Gouvernement.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - L'article 49 prévoit déjà que le Gouvernement lancera une étude sur le maillage de ce territoire par les transports en site propre, étude dont les résultats seront connus en 2011.

M. Jean-Etienne Antoinette. - On renvoie toujours nos amendements à plus tard ! Je maintiens celui-ci. Hier le rapporteur dénonçait un réseau à deux vitesses. En réalité il existe une troisième vitesse pour l'outre-mer... L'amendement vise la possibilité d'une étude. Ce n'est pas la lune !

M. Bruno Sido, rapporteur. - Avis favorable.

L'amendement n°341 rectifié est adopté.

M. le président. - Amendement n°200, présenté par Mme Didier et les membres du groupe CRC-SPG.

Compléter le troisième alinéa du II de cet article par une phrase ainsi rédigée :

Toute exonération de charges, de taxes aéroportuaires, toute défiscalisation ou aide diverse par les collectivités ou les établissements gestionnaires aux compagnies aériennes à bas coûts, est interdite.

Mme Mireille Schurch. - L'utilisation de l'avion est trop énergivore pour qu'on le fasse bénéficier, en plus, d'aides et de subventions. Le groupe 1 du Grenelle a proposé que l'on ne favorise pas les lignes aériennes parallèles à des lignes TGV, ce qui devrait conduire à supprimer les aides publiques et les exonérations des compagnies à bas coût qui pourraient opérer sur de telles lignes. Ces subventions conduisent à mettre en concurrence les territoires, ce qui n'empêche pourtant pas la suppression des lignes dès lors que la rentabilité de la compagnie paraît insuffisante. En ne subventionnant plus de telles compagnies, on aide à établir le vrai coût du transport aérien et on favorise les énergies non polluantes. Le Grenelle a fait de la route et de l'avion des solutions de dernier recours. Nous proposons de supprimer toute aide ou subvention aux compagnies à bas prix.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Cet amendement va bien au-delà des conclusions du Grenelle. Il ne faut pas stigmatiser ni discriminer les compagnies aériennes à bas coûts car elles assurent des liaisons à longue distance en Europe et dans le monde entier tout en stimulant le développement économique des territoires dans lesquels elles sont implantées. Avis défavorable.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Avis défavorable pour des raisons tant sociales que d'aménagement du territoire.

M. Jean-Paul Emorine, président de la commission des affaires économiques. - Je demande un scrutin public. (Protestations à gauche)

M. Daniel Raoul. - On peut sortir si vous n'êtes pas assez nombreux !

A la demande de la commission, l'amendement n°200 est mis aux voix par scrutin public.

M. le président. - Voici les résultats du scrutin :

Nombre de votants 323
Nombre de suffrages exprimés 213
Majorité absolue des suffrages exprimés 107
Pour l'adoption 29
Contre 184

Le Sénat n'a pas adopté.

M. le président. - Amendement n°202, présenté par Mme Didier et les membres du groupe CRC-SPG.

Compléter le II de cet article par un alinéa ainsi rédigé :

La France, dans le cadre de sa politique multimodale intégrée des transports, étudiera la faisabilité de la mise en place d'une taxe sur le kérosène applicable sur les lignes aériennes dont l'itinéraire dispose d'une desserte de train à grande vitesse à qualité de prestation comparable. Le produit de cette taxe serait affecté au financement des infrastructures nécessaires à la mise en oeuvre de la politique durable des transports définie au présent chapitre.

Mme Mireille Schurch. - Les émissions de gaz à effet de serre vont croissant avec l'altitude ; c'est dire que l'impact du transport aérien est important. Selon la logique du Grenelle, les transports routier et aérien doivent devenir les modes de dernier recours. Une taxe sur le kérosène dans les conditions que nous souhaitons rétablirait une certaine équité, les poids lourds étant déjà assujettis à une taxe sur le carburant, et un certain équilibre concurrentiel. Le produit de la taxe serait affecté au financement des infrastructures nécessaires à la politique intermodale des transports. Cet amendement est en cohérence avec l'engagement 36 du Grenelle.

M. le président. - Amendement n°289, présenté par M. Teston et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter le II de cet article par un alinéa ainsi rédigé :

Une étude sera lancée sur la mise en place d'une taxe pour les avions sur les lignes intérieures lorsqu'existe une alternative ferroviaire de même qualité.

M. Michel Teston. - Le texte est une bonne base de travail, qui nous permet d'exercer notre créativité, comme l'ont fait les députés socialistes dont une centaine d'amendements ont été adoptés. Le Gouvernement propose des études pour faire bouger les choses, nous faisons de même. Ce que nous suggérons figure à l'engagement 36 du Grenelle, qui précise que la taxe pourra porter sur les rotations, les passagers ou le kérosène.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Je rappelle que le transport aérien est intégré au système européen d'échanges de quotas d'émissions. Quel est l'avis du Gouvernement sur ces deux amendements ?

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Avec la multiplication des lignes TGV, la part du transport aérien domestique a baissé depuis 2000 de 15 %. Le paquet européen « climat énergie » prévoit l'intégration de ce mode de transport dans le système d'échanges de quotas ; l'étude sur la contribution « climat énergie » tiendra compte de cette problématique. Il faut une vision globale. Avis défavorable.

M. Michel Teston. - Nous avons laissé toutes les options ouvertes : nous aussi proposons une vision globale.

Mme Mireille Schurch. - Nous demandons une étude ; notre amendement répond au voeu du Gouvernement.

L'amendement n°202 n'est pas adopté.

A la demande de la commission, l'amendement n°289 est mis aux voix par scrutin public.

M. le président. - Voici les résultats du scrutin :

Nombre de votants 340
Nombre de suffrages exprimés 340
Majorité absolue des suffrages exprimés 171
Pour l'adoption 156
Contre 184

Le Sénat n'a pas adopté.

M. le président. - Amendement n°498, présenté par M. Dubois et les membres du groupe UC.

Dans la deuxième phrase du troisième alinéa du III de cet article, après les mots :

infrastructures existantes,

insérer les mots :

comme l'électrification de la ligne « Paris-Amiens-Boulogne »,

M. Daniel Soulage. - Cet amendement est présenté par M. Dubois. En partenariat avec les régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie, l'électrification de la totalité de la ligne Paris-Amiens-Boulogne permettrait une desserte rapide de territoires tels que la côte picarde et la côte d'Opale, qui plus est par un mode de transport respectueux de l'environnement ; aujourd'hui, un changement de locomotive est nécessaire à Amiens, ce qui entraîne une attente de douze minutes.

Ce projet est soutenu par tous les conseillers généraux.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Vous êtes satisfait par l'amendement n°31 rectifié que nous avons adopté hier. Retrait ?

L'amendement n°498 est retiré.

M. le président. - Amendement n°127 rectifié, présenté par MM. Pointereau, Pillet, Mayet, Doligé et Pinton, Mme Rozier et MM. Dériot et Juilhard.

Compléter le cinquième alinéa du III de cet article par les mots :

les projets suivants dans la mesure de leur état d'avancement

M. Rémy Pointereau. - Cet amendement de précision et de bon sens vise à substituer aux projets de la première liste, retardés en raison d'aléas techniques, environnementaux ou encore financiers, le démarrage de projets de la seconde liste, jugés plus lointains mais dont la réalisation pourrait être assurée avant 2020. Soyons pragmatiques : certains dossiers sont bloqués durant des années en raison de la présence de scarabées, écrevisses à patte blanche et autres chauve-souris, ce qui retarde le démarrage d'autres projets bien avancés.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Je pensais à un certain pique-lune... (Sourires) Outre que la première liste de 2 000 km de LGV à réaliser d'ici 2020 est purement indicative, il existe une réelle fongibilité entre les deux listes. Néanmoins, afin que le Gouvernement puisse rassurer l'auteur de l'amendement, la commission s'en remet à l'avis du Gouvernement.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Avis favorable à cet amendement de bon sens et pragmatique.

L'amendement n°127 rectifié est adopté.

M. le président. - Amendement n°287, présenté par Mmes Durrieu et Jarraud-Vergnolle et MM. Fortassin, Cazalet et Borotra.

Compléter le sixième alinéa du III de cet article par les mots :

ainsi que d'un barreau améliorant la desserte du Béarn et de la Bigorre

C'est le tour de France des voies ferrées !

M. François Fortassin. - Il est nécessaire d'inscrire le barreau Dax-Pau-Lourdes-Tarbes dans le tracé de la ligne Bordeaux-Hendaye, dont l'État s'est désengagé financièrement, quand la communauté d'agglomération de Pau, les Hautes-Pyrénées et le Grand Tarbes financent la ligne. Celle-ci devra relier le Béarn et la Bigorre à Paris, non en quatre heures comme cela est prévu dans le projet actuel, mais en moins de trois heures ; durée à partir de laquelle une LGV contribue à l'aménagement du territoire. Afin de désenclaver ces territoires et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, ce bassin de vie de 400 000 habitants, qui accueille cinq à six millions de touristes et de pèlerins, ne doit pas être laissé à l'écart du maillage LGV. Les élus de ma région, toutes tendances confondues, sont particulièrement attachés à ce projet.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Lorsque nous avons commencé l'examen de l'article 11, j'ai rappelé qu'il fallait éviter de tomber dans la « LGV-mania ». Parfois, des trains corail sur des lignes régénérées, qui évitent la consommation de nouvelles terres agricoles, suffisent largement à répondre aux besoins. Quel est l'avis du Gouvernement ?

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Une étude pour assurer les meilleures conditions de desserte du Béarn et de la Bigorre est en cours. Néanmoins, le Gouvernement pourrait accepter l'amendement si vous acceptiez de l'insérer à l'avant-dernier alinéa du III.

M. François Fortassin. - L'essentiel est que le projet figure dans la loi !

L'amendement n°287 rectifié est adopté.

M. le président. - Amendement n°293, présenté par M. Teston et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Après le dixième alinéa du III de cet article, insérer un alinéa ainsi rédigé :

- L'interconnexion des lignes nord, sud et est dans l'agglomération lyonnaise par le traitement du noeud ferroviaire lyonnais et la réalisation du contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise,

M. Michel Teston. - La gare de la Part-Dieu sera bientôt un noeud pour les LGV Rhin-Rhône et Lyon-Turin tandis que le fret sur l'axe nord-sud ne cesse d'augmenter et que l'installation de zones de logistique et d'activités à l'est de l'agglomération génère un nouveau trafic routier. Faire sauter le bouchon lyonnais et assurer le contournement de l'agglomération par la réalisation d'une branche sud est une priorité pour l'aménagement du territoire, bien au-delà de la région.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Réseau Ferré de France s'étant engagé à faire sauter ce bouchon lyonnais, entre guillemets, faut-il alourdir la loi ? Quel est l'avis du Gouvernement ?

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Le Gouvernement est très favorable à ce projet sur lequel la concertation a commencé. En revanche, il s'agit de fret. L'amendement n'a donc pas sa place dans cet article consacré aux LGV... Retrait ?

M. Michel Teston. - Cet amendement traite, certes, du contournement ferroviaire de l'agglomération pour le fret, mais aussi de l'interconnexion des LGV. Pour nous, il importe de faire figurer ces deux projets dans l'article.

Par parenthèse, monsieur Sido, si vous mettez le terme de bouchon lyonnais entre guillemets, il renvoie à une autre réalité... (Sourires)

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire. - Ce projet est une absolue priorité : nous avons entamé les négociations sur les droits de passage. La concertation ayant commencé, il serait maladroit d'inscrire dans la loi ses conclusions... En revanche, nous pourrions trouver un accord sur ce point au cours de la navette. Retrait ?

M. Michel Teston. - Si le ministre s'engage formellement à étudier le problème pendant la navette, je retire l'amendement.

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État. - C'est une priorité absolue.

M. Michel Teston. - Dont acte.

L'amendement n°293 est retiré.

M. le président. - Amendement n°117 rectifié, présenté par MM. César, Bizet, Doublet, Laurent, Pointereau, Cornu, Bailly, Vasselle, Grignon, Lefèvre et Gilles.

Dans la dernière phrase de l'antépénultième alinéa du III de cet article, après le mot :

biodiversité

insérer les mots :

et sur les espaces agricoles et naturels

M. Rémy Pointereau. - L'amendement n°116 rectifié ayant été adopté, je n'insiste pas.

L'amendement n°117 rectifié est retiré.

M. le président. - Amendement identique n°483, présenté par M. Soulage et les membres du groupe UC.

M. Daniel Soulage. - Il faut tenir compte de l'impact des projets de LGV sur la biodiversité, mais aussi sur les espaces agricoles et naturels. Au-delà de la consommation des terrains, il faut veiller à ce que l'installation de tels ouvrages sur des zones à fort potentiel agronomique ou au parcellaire restructuré, ne remette pas en question la viabilité des exploitations.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Avis favorable.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Avis favorable.

M. Jacques Muller. - Cet amendement introduit une notion qui manquait. Monsieur Soulage, la tortue des Maures vous remercie ! Elle et ses congénères seront prises en compte lorsqu'il s'agira de réaliser la ligne LGV en Provence. S'agissant des terres agricoles, prenons l'exemple de la ligne TGV est, dont je suis un usager fidèle. L'achèvement de la ligne permettrait de gagner vingt minutes sur deux heures et demie de trajet.

Est-il bien raisonnable, pour un gain de vingt minutes, d'engloutir 4 milliards et de sacrifier des terres agricoles ? Je soutiens sans réserve l'amendement de M. Soulage.

M. le président. - Si je n'étais tenu à la réserve, je m'associerais volontiers à ces propos : le problème est le même pour la LGV ouest.

L'amendement identique n°483 est adopté.

M. le président. - Amendement n°291 rectifié, présenté par Mme Bonnefoy et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter l'antépénultième alinéa du III de cet article par une phrase ainsi rédigée :

Elle portera également sur la compensation des préjudices socio-économiques et fiscaux que l'implantation des lignes à grande vitesse engendre pour les communes qu'elles traversent par l'assujettissement des concessionnaires d'infrastructures ferroviaires au versement de la taxe professionnelle au profit des communes traversés, au prorata des emprises de ces infrastructures sur leur territoire, à l'image de la législation en vigueur pour les infrastructures autoroutières.

M. Michel Teston. - Notre groupe s'associe au souhait de MM. Bonnefoy et Boutant de voir élargi le champ de la concertation sur le programme de lignes à grande vitesse. Nous proposons qu'elle porte sur la compensation des préjudices socio-économiques et fiscaux par le biais d'un assujettissement des concessionnaires d'infrastructures ferroviaires au versement de la taxe professionnelle au profit des communes traversées au prorata de leur emprise, comme la législation l'impose aux concessionnaires d'infrastructures autoroutières. Cette mesure, réclamée par l'ensemble des maires des communes traversées par les lignes à grande vitesse, serait la seule à même de compenser les pertes de taxe d'habitation et de foncier bâti et non bâti, et de taxe professionnelle dues en particulier au déplacement d'activités économiques et au ralentissement d'activités liées au tourisme.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Les lignes à grande vitesse entraînent certes des préjudices socio-économiques, mais je m'interroge sur la pertinence de la création d'une nouvelle taxe alors que l'on souhaite relancer l'activité ferroviaire. Quel est l'avis du Gouvernement ?

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Mener une concertation sur chaque projet aurait un effet de ralentissement notable. Nous préférons une solution nationale, que M. Woerth a mise à l'étude. Retrait ?

M. Michel Teston. - Si vous pouvez me confirmer que les résultats de cette étude ne se feront pas attendre, nous pourrions retirer l'amendement.

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État. - Sur ce sujet complexe, apparu dans le cadre du Grenelle, nous avons en effet voulu retenir une approche globale. S'il faut conduire une discussion commune par commune, on ne s'en sortira pas et c'est pourquoi nous avons demandé que cette réflexion soit menée. Il ne s'agit pas d'une étude dilatoire. Nous souhaitons une clarification avant l'été et je vous promets de vous donner une date précise lors de la discussion du Grenelle II.

M. Michel Teston. - Nous attendons cette information avec impatience.

L'amendement n°291 rectifié est retiré.

M. le président. - Plusieurs propositions de loi sur ce sujet ont été déposées sur le bureau de notre assemblée.

M. le président. - Amendement n°128 rectifié, présenté par MM. Pointereau, Pillet, Mayet, Doligé et Pinton, Mme Rozier et MM. Dériot et Juilhard.

Dans la première phrase de l'avant-dernier alinéa du III de cet article, remplacer les mots :

Paris-Clermont-Ferrand-Lyon

par les mots :

Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon

M. Rémy Pointereau. - Cet amendement vise à ajouter la capitale de la région centre dans la liste des capitales régionales desservies par la ligne Paris-Clermont-Ferrand-Lyon. L'une des mesures phares du Grenelle de l'environnement tient à la poursuite du maillage du territoire par le développement de lignes ferrées à grande vitesse, avec l'objectif de relier les capitales régionales à la région parisienne, de permettre des liaisons rapides entre elles et d'assurer la connexion du réseau français au réseau européen.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Le tracé Paris-Clermont-Ferrand-Lyon n'est pas arrêté. Il serait donc prématuré d'imposer le passage par Orléans. D'autant que la ligne pourrait aussi passer par Chaumont ou Dijon. La commission sollicite l'avis du Gouvernement sur cette question épineuse.

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État. - Pas d'inquiétude : le contournement sera évité. Reste la question du point focal communal, qui mérite une étude précise. Votre collègue, député-maire d'Orléans, qui avait déposé le même amendement à l'Assemblée nationale, a accepté de le retirer. Je vous fais la même demande.

M. Rémy Pointereau. - Je le maintiens. On peut aussi faire une ligne Paris-Lyon à côté de la ligne existante et sacrifier le développement économique de zones entières. Relier les capitales régionales à Paris fait pourtant bien partie des objectifs fixés par le Grenelle.

Mme Mireille Schurch. - Je suis M. Pointereau. Il serait regrettable de voir apparaître une ligne parallèle... Si la ligne passe par Orléans, elle ouvre un arc à l'ouest en même temps qu'elle alimente le nord du Massif central.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Il est vrai qu'où passe le TGV, le développement économique suit en principe ! Mais il est vrai aussi, monsieur Pointereau,, que rien ne peut suivre là où il ne passe pas. C'est pourquoi j'en appelle à la sagesse du Sénat sur un amendement qui n'a pas sa place dans ce Grenelle I.

L'amendement n°128 rectifié est adopté.

M. le président. - Amendement n°258, présenté par Mme Didier et les membres du groupe CRC-SPG.

Dans la seconde phrase de l'avant-dernier alinéa du III de cet article, remplacer les mots :

ainsi qu'un barreau est-ouest

par les mots :

ainsi qu'une branche vers l'Atlantique se greffant sur la ligne Paris-Clermont-Ferrand-Lyon dans l'Allier pour constituer un barreau est-ouest mixte, intégrant Poitiers-Limoges et formant un pont ferroviaire entre la péninsule ibérique occidentale et l'Italie

Mme Mireille Schurch. - Je remercie l'assemblée de ce vote, qui m'évitera de mettre deux heures pour faire 200 kilomètres.

Cet amendement introduit une précision sur le barreau est-ouest. Le Massif central, qui représente un territoire aussi vaste que le Portugal, reste à l'écart du plan 2015-2020. Je me réjouis que la mobilisation des élus députés et celle des citoyens, qui a permis de réunir 88 000 signatures, ait permis d'introduire en première lecture, à l'Assemblée nationale, le principe d'une mise à l'étude de ce barreau. Mais cela ne suffit pas. Le Massif central relie des bassins de vie proches à la fois de l'axe Atlantique et du bassin Rhône-Alpes. Il faut désenclaver cette zone blanche en assurant une triple transversalité Rennes-Lyon, Rennes-Bordeaux et Bordeaux-Lyon.

Le barreau est-ouest contribuera grandement à un aménagement équilibré du territoire. La dimension européenne a son importance, pour le financement. Ce projet complète parfaitement les lignes futures Poitiers-Limoges et Lyon-Tours. Il accéléra les liaisons entre l'Auvergne et Paris ; et les réseaux interrégionaux seront organisés autour d'une plate-forme de dimension européenne.

M. Bruno Sido, rapporteur. - L'idée est séduisante, mais elle n'a pas été expertisée. Mieux vaudrait y réfléchir dans le cadre du schéma national des infrastructures de transport. Quel est l'avis du Gouvernement ?

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Le barreau est-ouest est inscrit dans la loi. Mais nous ne pouvons préjuger du tracé.

Mme Mireille Schurch. - Mais notre suggestion retient l'intérêt du Gouvernement ?

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Oui !

L'amendement n°258 est retiré.

M. le président. - Amendement n°129 rectifié, présenté par MM. Pointereau, Pillet, Mayet, Doligé et Pinton, Mme Rozier et MM. Dériot et Juilhard.

Avant le dernier alinéa du III de cet article, insérer un alinéa ainsi rédigé :

Si certains projets figurant dans la liste des premiers 2 000 kilomètres prennent du retard par rapport à l'échéance de 2020, et dès lors qu'un projet figurant dans la liste des 2 500 kilomètres supplémentaires est prêt, ce dernier pourra être avancé à l'horizon 2020 et les travaux correspondants engagés.

M. Rémy Pointereau. - Pour favoriser la relance économique, il a été décidé de lancer en même temps la construction des quatre lignes TGV prioritaires. Je m'en réjouis, mais propose une fongibilité afin qu'en cas de retards, d'autres projets puissent être accélérés.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Vous avez satisfaction, votre amendement n°127 rectifié a été adopté. Retrait.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Même avis.

M. Rémy Pointereau. - Le n°129 rectifié prolonge et précise le n°127 rectifié. Je le maintiens.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Sagesse.

L'amendement n°129 rectifié est adopté.

M. le président. - Amendement n°292, présenté par Mme M. André et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter le III de cet article par un alinéa ainsi rédigé :

L'effort et la participation financière complémentaire à celle de l'État des collectivités locales au programme d'investissement et de création de lignes à grande vitesse seront modulés en fonction des capacités financières de ces dernières, et ce, au titre des objectifs de solidarité et de cohésion nationale. Un indice de fragilité des territoires sera élaboré en concertation avec les collectivités locales pour déterminer la meilleure clé de répartition des financements entre État et collectivités locales.

M. Michel Teston. - Il importe de respecter les capacités financières respectives des différentes collectivités, d'autant que les investissements en infrastructures ferroviaires sont de la compétence de l'État.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Je partage votre souci. A la condition que vous acceptiez de substituer « territoriales » à « locales », la commission vous donnera un avis de sagesse.

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État. - La méthode pose problème, car il n'existe pas de clé de répartition imposée aux collectivités. Du reste, le principe de libre administration l'interdirait !

Les discussions sur la répartition du financement se passent plutôt entre collectivités qu'avec l'État. L'intérêt, pour telle ou telle collectivité, peut être crucial. Pourquoi privilégier cet indice sur d'autres critères comme le désenclavement ? J'ajoute qu'une commune riche peut ne pas vouloir financer un projet, il n'y a pas lieu de faire pression sur elle.

M. Michel Teston. - Je ne remets pas en cause la libre administration des collectivités. Mais ne demandons pas des sommes importantes aux collectivités qui ont peu de moyens.

Je rectifie l'amendement dans le sens suggéré par la commission.

M. Bruno Sido, rapporteur. - A titre personnel, les explications du ministre m'ont convaincu. Et j'ajoute que deux LGV ont été construites sans participation des collectivités : ne gravons pas dans le marbre leur contribution au financement de telles infrastructures.

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État. - On ne pourra plus construire d'infrastructures avant d'avoir élaboré avec les collectivités un indice de fragilité : cela est bien dangereux... Je vous propose de trouver une formulation adéquate durant la navette pour prendre en considération la fragilité de certains territoires.

M. Michel Teston. - Paris-sud-est et la ligne Atlantique ont été construites sans contribution des collectivités. Mais ne faisons pas l'autruche : ces dernières seront désormais toujours sollicitées. Nous souhaitons une juste répartition des efforts financiers. Je remercie le ministre pour sa proposition.

L'amendement n°292 est retiré.

M. le président. - Amendement n°290, présenté par M. Teston et les membres du groupe Socialiste et apparentés.

Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

... - D'ici 2015, les points noirs de bruit les plus dangereux pour la santé liés à des infrastructures routières, autoroutières ou ferroviaires seront supprimés.

M. Michel Teston. - Supprimer les nuisances sonores les plus dangereuses pour la santé correspond à une demande sociale forte. Pas moins de 400 000 logements sont concernés. La France est en retard dans le respect des impératifs communautaires. En particulier, sa réglementation prend en considération le bruit moyen sur 24 heures...

M. Bruno Sido, rapporteur. - M. Teston a lu le projet de loi, il a donc vu que l'article 36 lui donnait entière satisfaction ; il peut donc retirer cet amendement.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Même avis.

M. Michel Teston. - Dans l'article 36, il est question d'inventorier, pas de supprimer.

M. Jean-Paul Emorine, président de la commission - Mais si ! Je lis : « Les plus préoccupants pour la santé feront l'objet d?une résorption dans un délai maximal de sept ans ». Vous êtes entièrement satisfait, soyez rassuré.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Et l'article 40 en prévoit le financement.

M. Michel Teston. - Si le président de la commission m'en donne l'assurance... Rendez-vous dans sept ans, pour ceux d'entre nous qui seront encore là !

L'amendement n°290 est retiré.

L'article 11, modifié, est adopté.

Article 12

I. - Dans les zones urbaines et périurbaines, la politique durable des transports vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre, les pollutions et les nuisances. A cet effet, l'État encouragera, dans le cadre des plans de déplacements urbains, la mise en place de plans de déplacement d'entreprises, d'administrations, d'écoles ou de zones d'activité, ainsi que le développement du covoiturage, de l'auto-partage et du télétravail, de la marche et du vélo, notamment par l'adoption d'une charte des usages de la rue. L'État encouragera également le transport par câble. Les compétences nécessaires à la définition d'une politique globale de mobilité durable seront attribuées aux autorités organisatrices des transports urbains à l'issue d'une concertation avec les collectivités territoriales concernées.

L'État se fixe comme objectif de ramener les émissions moyennes de dioxyde de carbone de l'ensemble du parc des véhicules particuliers en circulation de 176 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre à 130 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre en 2020 avec notamment la mise en place d'éco-pastilles. Des objectifs similaires en proportion devront être atteints pour les véhicules utilitaires et les cyclomoteurs.

La France s'engage à défendre l'objectif communautaire de 120 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre d'ici à 2012 pour les véhicules particuliers neufs.

Les véhicules de collection ou de compétition dans le cadre d'une compétition ne sont pas concernés par cette obligation de respect d'un seuil d'émissions de dioxyde de carbone, ni par l'éco-pastille. La perte de recettes pour l'État est compensée à due concurrence par la création d'une taxe additionnelle aux droits visés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.

L'État soutient et promeut les innovations technologiques réduisant la pollution et la consommation des véhicules, en veillant à ce que ces innovations concourent également à la réduction des polluants locaux, comme les particules ou les oxydes d'azote. Il mettra en oeuvre un programme de recherche en faveur du développement industriel des véhicules propres et économes. Il favorisera les recherches sur des véhicules utilisant des matériaux plus sûrs et plus légers. Il incitera les collectivités territoriales, les établissements publics et les entreprises disposant d'un parc automobile à usage professionnel important à procéder à des achats groupés de tels véhicules.

En lien avec les professionnels de l'automobile et les associations d'usagers de la route, l'État mettra en place un programme national d'incitation à la conduite respectueuse de l'environnement, notamment dans le cadre de la formation des nouveaux conducteurs.

II. - Les collectivités territoriales ont souhaité développer les transports collectifs en site propre afin de les porter en quinze ans de 329 à 1 800 kilomètres et contribuer, avec l'État, au désenclavement des quartiers sensibles. Le coût de l'accélération de ce programme est estimé par les collectivités concernées à 18 milliards d'euros d'investissements hors Ile-de-France.

L'État apportera, à concurrence de 2,5 milliards d'euros d'ici à 2020, des concours aux projets nouveaux au terme d'appels à projets obéissant à des critères de qualité au regard des objectifs de la présente loi, pour des investissements destinés en priorité au désenclavement des quartiers sensibles et à l'extension des réseaux existants. Il pourra aussi apporter une aide sous forme de prêts bonifiés.

Les projets portés par les autorités organisatrices des transports devront également s'insérer dans une stratégie urbaine et intégrer les enjeux environnementaux tant globaux que locaux touchant à l'air, la biodiversité, le cadre de vie et le paysage, et la limitation de l'étalement urbain. Ils comprendront des objectifs de cohésion sociale, de gestion coordonnée de l'espace urbain et de développement économique.

Pour favoriser une gouvernance renforcée en matière de coopération transport à l'échelle des aires métropolitaines, et la meilleure cohérence possible du système de transports collectifs urbains et périurbains sur les grands bassins de vie, des expérimentations pourront être mises en place permettant aux autorités organisatrices des transports concernées de confier à un syndicat mixte, autorité métropolitaine de mobilité durable, des compétences élargies en termes d'organisation et de coordination des transports collectifs sur un territoire.

Un programme de transports en commun en site propre sera défini et mis en oeuvre outre-mer avec le soutien de l'État et en partenariat avec les collectivités territoriales.

M. Michel Teston. - Là encore, il est possible de souscrire aux objectifs affichés. Qui, en effet, pourrait être opposé à la réduction des émissions de gaz à effet de serre ou, de manière plus générale, à la diminution de la pollution ? Il s'agit ici d'encourager et de soutenir les plans de déplacements, le covoiturage et l'auto-partage. L'État se veut volontariste en « encourageant » et en « soutenant ». Je donne acte au Gouvernement de l'inscription dans la loi d'objectifs chiffrés en matière d'émission de dioxyde de carbone. L'État s'engage à hauteur de 2,5 milliards d'ici 2020 pour soutenir la création de transports en commun en site propre.

Les objectifs de cet article sont louables mais, encore une fois, la rédaction laisse perplexe. L'État s'engage, certes, mais à soutenir et encourager. Soit, mais selon quelles modalités ? Peut-on espérer un engagement financier de l'État ? Le prochain budget de la recherche traduira-t-il ce soutien ?

Au-delà de la rédaction incantatoire du texte, l'engagement financier de l'État en matière de transports collectifs n'est à la hauteur ni des besoins, ni des ambitions du Grenelle. Le Gouvernement annonce un financement à hauteur de 2,5 milliards pour les transports en commun en site propre alors que les besoins sont estimés à plus de 18 milliards hors Ile-de-France et autant pour celle-ci. On peut donc être sceptique quant à la réalisation effective de tous ces projets.

Compte tenu de ces incertitudes, nous vous proposerons un amendement ayant pour objectif d'inscrire dans la loi que les autorités organisatrices de transport qui se verront attribuer des compétences devront aussi se voir attribuer les moyens nécessaires à leur exercice.

Nous souhaitons aussi que soit mis à l'étude un plan de développement du covoiturage qui constitue la meilleure réponse dans les zones mal couvertes par les transports publics.

Nous proposerons également un prêt à taux zéro écologique pour l'achat d'un véhicule peu polluant ou encore la modulation des péages autoroutiers en fonction de la pollution des véhicules.

Vous l'aurez compris, nous vous proposerons des mesures concrètes, et pas seulement de belles intentions.

L'amendement n°758 n'est pas soutenu.

M. le président. - Amendement n°297, présenté par M. Teston et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Dans la deuxième phrase du premier alinéa du I de cet article, remplacer les mots :

d'une charte des usages

par les mots :

d'un code

M. Daniel Raoul. - La notion de « code de la rue », largement portée par les collectivités locales et les associations, est beaucoup plus ambitieuse que celle de « charte ».

M. le président. - Amendement n°298, présenté par M. Teston et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Dans la dernière phrase du premier alinéa du I de cet article, remplacer les mots :

nécessaires à la définition d'une politique globale de mobilité durable seront attribuées

par les mots :

et les moyens nécessaires à la définition d'une politique globale de mobilité durable seront attribués

M. Daniel Raoul. - Cet article annonce une réforme des compétences des autorités organisatrices de transport urbain pour en faire des autorités organisatrices de la mobilité. Nous voulons bien vous donner, une fois encore, acte, mais à condition que les solutions qui recueillent depuis des années le consensus des techniciens soient mises en oeuvre rapidement.

Nous savons tous qu'il suffirait de rapprocher le statut des communautés d'agglomération de celui des communautés urbaines, plus intégrées dans les compétences stratégiques, pour atteindre un minimum de cohérence sur les politiques liées à la mobilité. Qu'en est-il réellement dans ce texte ? Et dans le Grenelle II ?

Nous savons tous aussi que la réforme attendue concernant la décentralisation et la dépénalisation du stationnement payant sur voirie est prête : nous la voyons arriver dans le Grenelle II. C'est pourquoi nous vous proposons d'ajouter qu'il faudra accompagner cette réforme des compétences par de nouveaux moyens, notamment financiers.

M. le président. - Amendement n°301 rectifié, présenté par M. Repentin et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter le premier alinéa du I de cet article par une phrase ainsi rédigée :

L'État étudiera la possibilité que les collectivités locales et les autorités organisatrices de transports urbains instituent une taxe sur la valorisation des terrains nus et des immeubles bâtis résultant d'un projet de réalisation d'infrastructures de transports collectifs.

M. Roland Courteau. - Cet amendement vous propose d'étendre la réflexion sur le financement des transports urbains à une dimension que nous connaissons bien au Sénat : la valorisation de la plus-value immobilière.

L'article 1529 du code général des impôts prévoit que les communes peuvent, sur délibération du conseil municipal, instituer une taxe forfaitaire sur la cession à titre onéreux de terrains nus qui ont été rendus constructibles du fait de leur classement par un plan local d'urbanisme ou par un document d'urbanisme en tenant lieu dans une zone urbaine ou dans une zone à urbaniser ouverte à l'urbanisation ou par une carte communale dans une zone constructible. Nous souhaitons que soit mise à l'étude la faculté, pour les groupements responsables en matière de transport, d'instituer une telle taxe pour profiter de la valorisation des terrains aux abords des lignes de transport en commun en site propre.

Cette idée doit pouvoir séduire certains de nos collègues de la majorité : l'an passé, M. Revet a proposé, dans l'article 5 de sa proposition de loi relative à l'urbanisme, au logement locatif social et à l'accession à la propriété, de rendre automatique cette taxe forfaitaire, sauf délibération contraire de la commune. J'imagine qu'aujourd'hui, il ne verrait pas d'inconvénient à ce que, d'ici le Grenelle II, soient réalisées des simulations supplémentaires pour nous éclairer sur les modalités d'une telle extension.

II se trouve en effet que les études manquent quelque peu. Seuls de rares agences d'urbanisme et regroupements de notaires disposent de données sur le renchérissement du foncier et de l'immobilier lié à l'arrivée d'un tramway par exemple. En adoptant cet amendement, nous pourrions mobiliser les services de la direction générale des impôts pour construire un dispositif qui mettrait enfin la rente foncière au service de l'intérêt général.

M. Bruno Sido, rapporteur. - « Code » serait beaucoup plus normatif que « charte » mais j'en ignore la portée et le contenu exacts. Qu'en pense le Gouvernement ?

L'amendement n°298 est en partie satisfait par l'amendement n°50 de la commission mais il est plus précis et s'inscrit dans la philosophie générale de l'Acte II de la décentralisation. Nous y sommes donc favorables.

La commission s'est toujours prononcée dans le même sens que l'amendement n°301 rectifié : en 1998, par Gérard Larcher, en 2004 par M. Repentin, en 2008 par M. Grignon.

Cette mission d'information est allée plus loin en proposant de réformer la taxe forfaitaire pour financer a posteriori les infrastructures de transport. La commission est donc favorable à cet amendement -le Gouvernement a déjà engagé la réflexion-, mais souhaiterait qu'on parle de collectivités « territoriales » et non « locales ».

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État. - Le terme de charte renvoie plus à une négociation, il est plus positif qu'une codification normative : le Gouvernement est réservé sur l'amendement n°297. Il n'y a pas de transfert de l'État vers les collectivités mais entre les collectivités, d'où la réserve du Gouvernement sur le 298. L'amendement n°301 rectifié est plus complexe. On sait bien que des infrastructures importantes peuvent modifier la valeur d'un territoire, aussi le Premier ministre a-t-il demandé à Gilles Carrez d'y réfléchir avant le prochain budget. Il rendra donc avant la fin de l'année son rapport sur ce sujet qui concerne les finances locales. Attendons-le et évitons le télescopage que provoquerait la demande d'études surabondantes. A priori favorable, le Gouvernement exprime donc sans drame un avis défavorable.

M. Daniel Raoul. - La notion de code de la rue a été introduite par votre prédécesseur en 2006 : nous ne faisons -une fois n'est pas coutume- qu'accompagner une demande gouvernementale. Confrontés à des conflits d'usage, par exemple lorsqu'ils ouvrent des pistes cyclables à contresens, les maires aimeraient pouvoir appuyer leurs arrêtés sur un code comme cela se fait en Belgique, où cela marche très bien. Je maintiens l'amendement n°297 mais retire le 298.

L'amendement n°298 est retiré.

M. Roland Courteau. - Nous maintenons l'amendement n°301 rectifié mais en le corrigeant pour écrire collectivités « territoriales », comme le demande le rapporteur.

L'amendement n°297 n'est pas adopté.

L'amendement n°301 rectifié bis est adopté.

M. le président. - Amendement n°299, présenté par M. Teston et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Après le premier alinéa du I de cet article, insérer un alinéa ainsi rédigé :

Un plan de développement du covoiturage sera étudié. Il visera notamment à apporter la sécurité juridique nécessaire au développement de cette activité. Il étudiera également la possibilité de mettre en place des dispositifs visant à l'encourager.

M. Didier Guillaume. - Les jeunes qui viennent de quitter notre tribune sont les premiers utilisateurs du covoiturage. Celui-ci se pratique en ville comme à la campagne, des entreprises l'intègrent dans leur plan de déplacement et des collectivités le subventionnent fortement. Cependant, même si la Loti le mentionne et que la loi Badinter lui est applicable, il ne pourra pas se développer autant qu'on l'espère si un cadre juridique ne définit pas le régime de responsabilité du conducteur et des passagers, non plus que le statut du tiers organisateur. Des entreprises hésitent à demander une habilitation comme entreprises de transport et, dans nos départements, les stations de France Bleu jouent un rôle de coordination. Cet amendement a donc pour but d'apporter la sécurité juridique indispensable pour tirer parti des marges de progression du covoiturage.

M. Bruno Sido, rapporteur. - La commission avait donné un avis favorable sous réserve d'une rectification et de ne conserver que la deuxième phrase, qui a trait à la sécurité juridique.

M. Didier Guillaume. - Accepté.

M. le président. - Ce sera donc l'amendement n°299 rectifié :

Après le premier alinéa du I de cet article, insérer un alinéa ainsi rédigé :

L'Etat apportera la sécurité juridique nécessaire au développement du covoiturage.

L'amendement n°299 rectifié, accepté par le Gouvernement, est adopté.

M. le président. - Amendement n°295 rectifié bis, présenté par Mme Laborde et MM. Collin, Barbier, Baylet, Fortassin, Mézard, Milhau et Plancade.

Dans la première phrase du deuxième alinéa du I de cet article, remplacer les mots :

130 grammes

par les mots :

120 grammes

M. François Fortassin. - Je me fonde sur une déclaration du ministre d'État fixant cet objectif pour 2012 : nous sommes déjà en 2009....

M. Bruno Sido, rapporteur. - Avis extrêmement favorable à cet amendement, bien inséré dans l'article 12 et qui réduira la pollution automobile. Le système du bonus-malus permettra-t-il d'atteindre cette ambition ?

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Le bonus-malus a permis de réduire très sensiblement les émissions par les véhicules neufs mais le taux de renouvellement du parc est assez faible et c'est pourquoi nous avions repris le chiffre proposé par le groupe de travail. Sagesse.

M. Roland Courteau. - Nous avions déjà adopté une telle proposition en 2005 dans la loi d'orientation sur l'énergie.

Mme Marie-Christine Blandin. - Cela va dans le bon sens pour la planète mais aussi pour la compétitivité de l'industrie automobile à laquelle cet effort ouvrira des marchés.

M. Christian Cointat. - Je suis tout à fait d'accord pour qu'on affirme ainsi la référence et l'objectif.

L'amendement n°295 rectifié bis est adopté.

M. le président. - Amendement n°302, présenté par M. Bourquin et les membres du groupe socialiste, apparentés et rattachés.

I. - Compléter le troisième alinéa du I de cet article par une phrase ainsi rédigée :

L'État instaurera pour cela un prêt à taux zéro écologique pour l'achat d'un véhicule de catégorie A ou B, faiblement consommateur de carburant et émetteur de dioxyde de carbone, sous conditions de ressources.

II. - Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

... - La perte de recettes résultant pour l'État de l'instauration d'un prêt à taux zéro pour l'achat d'un véhicule propre est compensée à due concurrence par la création d'une taxe additionnelle aux droits prévus aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.

M. Daniel Raoul. - Il s'agit de généraliser la prime à la casse et d'instaurer un prêt à taux zéro pour les véhicules propres.

L'amendement n°729 n'est pas soutenu.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Le système de bonus-malus existant rencontre un franc succès. En outre, un prêt à taux zéro pour les véhicules propres pèserait sur les finances de l'État : l'article 40 pourrait s'appliquer... (M. Daniel Raoul le conteste) Avis défavorable.

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État. - La question d'un prêt à taux zéro n'a pas été débattue avec les financeurs. Le bonus -jusqu'à 5 000 euros- et la prime à la casse sont déjà de puissants accélérateurs. Le principal problème aujourd'hui, c'est plutôt le credit crunch ! Il est difficile de cumuler les dispositifs. Nous allons étudier ces sujets mais en l'état, avis défavorable.

M. Daniel Raoul. - Je comprends le raisonnement du ministre. Notre objectif était aussi de soutenir l'industrie automobile, aujourd'hui sinistrée. Je suis conscient du danger qu'il y aurait à passer en deçà de 120 grammes. Je retire l'amendement mais il faudra résoudre ce problème.

L'amendement n°302 est retiré.

M. le président. - Amendement n°47, présenté par M. Sido, au nom de la commission.

A la fin de la seconde phrase du deuxième alinéa du I de cet article, remplacer le mot :

cyclomoteurs

par le mot :

motocycles

M. Bruno Sido, rapporteur. - Il s'agit d'imposer des objectifs en matière d'émission de CO2 à tous les motocycles, terme générique qui englobe les cyclomoteurs.

L'amendement n°47, accepté par le Gouvernement, est adopté.

M. le président. - Amendement n°303, présenté par M. Guillaume et les membres du groupe socialiste et apparentés.

I - Compléter le troisième alinéa du I de cet article par une phrase ainsi rédigée :

Dans l'objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre, la modulation du tarif des péages autoroutiers en fonction de plages horaires, du taux d'occupation du véhicule, mais aussi du niveau d'efficacité énergétique des véhicules sera mise en place.

II - Compléter la première phrase du quatrième alinéa du même article par les mots :

, ni par la modulation du tarif des péages autoroutiers

Amendement n°304, présenté par M. Guillaume et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter le troisième alinéa du I de cet article par une phrase ainsi rédigée :

Dans l'objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre, l'État étudiera la mise en place de la modulation du tarif des péages autoroutiers en fonction de plages horaires, du taux d'occupation du véhicule mais aussi du niveau d'efficacité énergétique des véhicules.

M. Didier Guillaume. - A l'instar de ce qui a été décidé hier pour l'éco-redevance, nous proposons d'étudier une modulation des péages afin de favoriser le report sur les axes routiers, notamment les jours où les autoroutes sont surchargées. Il faudra se résoudre au doublement de l'A7 si l'on ne réduit pas le nombre de véhicules : les touristes hollandais en partance pour l'Espagne ou les camions qui vont au Luxembourg n'ont rien à faire dans la vallée du Rhône ! La construction d'un barreau Pézenas sur l'A75 ainsi qu'une meilleure utilisation de l'A51 permettraient un report du trafic. Quand il y a trois centimètres de neige au sud de Lyon, tout est bloqué !

M. Bruno Sido, rapporteur. - La commission est favorable à l'amendement n°304 sous réserve d'une rectification rédactionnelle. Je vous propose de retirer l'amendement n°303.

M. Didier Guillaume. - D'accord.

M. le président. - Amendement n°304 rectifié, présenté par M. Guillaume et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter le troisième alinéa du I de cet article par une phrase ainsi rédigée :

L'État étudiera la mise en place de la modulation du tarif des péages autoroutiers en fonction de plages horaires, du taux d'occupation des véhicules et de leur niveau d'efficacité énergétique.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - C'est très difficile mais nous sommes prêts à faire une étude sur le sujet.

L'amendement n°303 est retiré.

L'amendement n°304 rectifié est adopté.

M. le président. - Amendement n°48, présenté par M. Sido, au nom de la commission.

Supprimer le quatrième alinéa du I de cet article.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Cette disposition, introduite par les députés, dispense les véhicules de collection ou de compétition du respect d'un seuil d'émissions de CO2 et de l'éco-pastille. De faible portée, elle réduit la lisibilité de la loi. En outre, sa rédaction n'est pas claire : l'obligation de respect d'un seuil d'émissions renvoie-t-elle aux discussions communautaires en cours ou à l'objectif que se fixe la France ? Les véhicules de collection ne sont concernés ni par les négociations communautaires ni par l'éco-pastille. Quant aux véhicules de compétition, notion qui n'existe pas dans le code de la route, ils payent l'éco-pastille dès lors qu'ils sont immatriculés.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Favorable.

Mme Marie-Christine Blandin. - C'est une excellente idée.

M. Daniel Raoul. - Les véhicules de compétition ne sont guère écologiques, certes, mais je suis réticent en ce qui concerne les voitures de collection... Pourquoi les tableaux de collection seraient-ils avantagés fiscalement et pas les voitures de collection ? (M. le rapporteur s'exclame) C'est une discrimination. Ne pourrait-on laisser les voitures de collection dans le texte ?

M. le président. - Pertinente suggestion.

M. Bruno Sido, rapporteur. - L'exonération des oeuvres d'art en 1983 a été assez critiquée ! Reste qu'il est mauvais de faire des exceptions. C'est normatif, cela n'a rien à faire dans ce texte.

M. Daniel Raoul. - Argument tiré par les cheveux !

M. le président. - Vous risquez de faire partir de France toutes les voitures de collection.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Pas du Mans !

Après une épreuve à main levée déclarée douteuse, l'amendement n°48, mis aux voix par assis et levé, est adopté.

M. le président. - La navette y mettra bon ordre.

M. Daniel Raoul. - Je l'espère bien !

M. le président. - Amendement n°508, présenté par Mme Payet et les membres du groupe UC.

I. - Après la deuxième phrase du cinquième alinéa du I de cet article, insérer une phrase ainsi rédigée :

L'État mettra en place une politique incitative à l'acquisition de véhicules écologiques, notamment pour les catégories sociales les moins aisées.

II. - Pour compenser la perte de recettes pour l'État résultant du I ci-dessus, compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

... - La perte de recettes résultant pour l'État de la mise en place d'une politique incitative à l'acquisition de véhicules écologiques est compensée par la création d'une taxe additionnelle aux droits visés aux articles 575 et 575 A du code général des impôts.

Mme Anne-Marie Payet. - Ce sont les moins aisés qui possèdent les voitures les plus anciennes et les plus polluantes, dont la consommation d'essence grève leur pouvoir d'achat. Il faut un dispositif spécifique, sous condition de ressources, pour aider le plus grand nombre à acquérir un véhicule plus propre.

L'amendement n°364 n'est pas soutenu.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Quelle serait la nature de cette politique incitative ? S'il s'agit du prêt à taux zéro, il est déjà voté. Avis défavorable.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Défavorable.

L'amendement n°508 est retiré.

M. le président. - Amendement n°504, présenté par M. Biwer et les membres du groupe UC.

Compléter le cinquième alinéa du I de cet article par une phrase ainsi rédigée :

Une politique d'incitation à l'éco-entretien des véhicules automobiles nécessaire pour maintenir les véhicules à leur niveau nominal d'émissions polluantes, sera mise en oeuvre par l'État en coordination avec les professionnels de l'automobile.

M. Daniel Soulage. - Au fur et à mesure de leur utilisation, nombre de véhicules dérivent de leurs caractéristiques nominales d'émissions de CO2 et de consommation sans que le propriétaire en ait conscience. La prime à la casse permettra de dégager les véhicules les plus anciens, à condition que les automobilistes aient la volonté et les moyens de s'en séparer.

Nous proposons des mesures favorisant l'entretien du parc automobile en circulation afin de réduire significativement la consommation et donc les émissions de CO2.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Cet amendement a le même objet que le n°49 de la commission, mais comme il est appelé avant, je retire le mien.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Avis favorable. Il faut encourager l'éco-entretien pour réduire la pollution.

L'amendement n°504 est adopté.

L'amendement n°49 est retiré.

M. le président. - Amendement n°731, présenté par M. Nègre.

Après l'avant-dernier alinéa du I de cet article, insérer un alinéa ainsi rédigé :

Les collectivités territoriales favoriseront la mise en place du disque vert en stationnement payant.

Il n'est pas défendu.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Je le reprends. La ville de Bordeaux teste depuis le 1er octobre un nouveau dispositif, le disque vert, qui favorise les utilisateurs de véhicules propres en leur accordant une heure et demie de stationnement gratuit. Les véhicules concernés sont ceux qui utilisent le gaz naturel ou le gaz de pétrole liquéfié ou l'énergie électrique, ainsi que les voitures hybrides ou encore les véhicules auto-partage à la condition d'être identifiables.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Dès lors que c'est expérimental, avis favorable.

L'amendement n°731 rectifié est adopté.

M. Daniel Raoul. - Comment la commission peut-elle reprendre un amendement dont le signataire est absent ?

M. le président. - La commission est souveraine dans un débat et son droit de déposer des amendements n'est pas limité dans le temps.

M. Daniel Raoul. - Je comprends qu'elle puisse reprendre un amendement retiré mais pas un amendement non défendu.

M. le président. - C'est comme si elle déposait un nouvel amendement.

L'amendement n°733 n'est pas défendu.

M. le président. - Amendement n°305, présenté par M. Ries et les membres du groupe socialiste et apparentés.

I. - Remplacer les deux premiers alinéas du II de cet article par un alinéa ainsi rédigé :

Hors Ile-de-France, l'État apportera des aides d'un montant de 2,5 milliards d'euros pour la création de 1 500 kilomètres de lignes nouvelles de transports collectifs en sites propres d'ici 2020 pour un investissement total de 18 milliards d'euros. L'État pourra apporter une aide complémentaire sous forme de prêts bonifiés.

II. - Remplacer les deux derniers alinéas du même II par un alinéa ainsi rédigé :

Ils devront améliorer de façon substantielle la desserte des quartiers sensibles et comprendront des objectifs de cohésion sociale, de gestion coordonnée de l'espace urbain et de développement économique.

M. Daniel Raoul. - La mise en place de 1 500 kilomètres de lignes nouvelles de transports en commun en sites propres émane d'une volonté collective des différentes parties prenantes au Grenelle de l'environnement. Il n'est donc pas adéquat d'indiquer que ce programme relève de la seule volonté des collectivités. En outre, l'amendement précise les chiffres annoncés et offre plus de garanties sur l'échéance de mise en oeuvre.

M. le président. - Amendement n°50, présenté par M. Sido, au nom de la commission.

A. - Rédiger comme suit le premier alinéa du II de cet article :

Le développement des transports collectifs revêt un caractère prioritaire dans les zones périurbaines et urbaines. Il contribue au désenclavement des quartiers sensibles dans le cadre du plan Espoir-banlieue.

B. - Au début du deuxième alinéa du même II, ajouter la mention :

III. -

C. - Remplacer le deuxième alinéa du même II par deux alinéas ainsi rédigés :

Hors Ile-de-France, il est prévu de développer les transports collectifs en site propre afin de les porter en quinze ans de 329 à 1 800 kilomètres. Le coût de ce programme est estimé par les collectivités concernées à 18 milliards d'euros d'investissements.

Dans un premier temps, l'État apportera, à concurrence de 2,5 milliards d'euros d'ici à 2020, des concours aux projets nouveaux au terme d'appels à projets obéissant à des critères de qualité au regard des objectifs de la présente loi, pour des investissements destinés en priorité au désenclavement des quartiers sensibles et à l'extension des réseaux existants. Privilégiant les projets économes en deniers publics, il pourra également apporter une aide sous forme de prêts bonifiés et s'engage à accompagner les collectivités dans la mise en place de dispositifs de financement adaptés.

M. Bruno Sido, rapporteur. - D'abord, la décision de créer 1 500 km supplémentaires de TCSP n'a pas été prise uniquement par les collectivités territoriales mais repose sur un consensus entre les cinq collèges du Grenelle. Ensuite, l'État doit encourager les collectivités territoriales à sélectionner des projets sobres et économes. Bien entendu, le développement des transports en commun en site propre est une bonne chose. Mais certains projets semblent trop dispendieux et pèsent sur les finances locales. L'État récompenserait ainsi les collectivités locales qui choisissent des projets peu luxueux par des prêts bonifiés, ce qui apparaîtrait comme un double dividende pour ces collectivités. Enfin, l'État doit s'engager fermement à explorer diverses pistes de financement complémentaires. Le Comop 7, consacré aux transports urbains et périurbains, a notamment émis les propositions suivantes : versement de transport au profit des communes touristiques ; majoration des taux de versement transport dans les communes de 100 000 habitants réalisant un transport en commun en site propre ; réflexion sur l'instauration de péages urbains dans les villes volontaires.

M. le président. - Sous-amendement n°787 à l'amendement n°50 rectifié de M. Sido, au nom de la commission, présenté par M. Repentin et les membres du groupe socialiste.

I. - Rédiger comme suit la seconde phrase du second alinéa du A de l'amendement n°50 :

Ils devront améliorer de façon substantielle la desserte des quartiers sensibles et comprendront des objectifs de cohésion sociale, de gestion coordonnée de l'espace urbain et de développement économique.

II. - Après le mot :

propre

rédiger comme suit la fin de la première phrase du deuxième alinéa du C du même amendement :

à hauteur de 1 500 kilomètres

M. Daniel Raoul. - Déjà défendu.

M. le président. - Sous-amendement n°789 à l'amendement n°50 rectifié de M. Sido, au nom de la commission, présenté par M. Muller.

A la fin de la première phrase du dernier alinéa du C de l'amendement n°50, après les mots :

l'extension

insérer les mots :

et à la modernisation

M. Jacques Muller. - La modernisation -notamment l'électrification- de lignes ferroviaires déjà existantes est susceptible d'en développer efficacement l'attractivité. En témoigne ainsi le succès des tram-trains chez nos voisins européens, qui drainent de nombreux usagers pour leurs déplacements périurbains. En outre on privilégierait ainsi des projets économes des deniers publics puisque les voies sont déjà existantes. Le ministre Jean-Marie Bockel, maire de Mulhouse, a mis un oeuvre un tel projet mais, faute de crédits, celui-ci a été arrêté à mi-parcours, délaissant ainsi une vallée vosgienne dont la conurbation imposerait pourtant qu'on le termine.

L'amendement n°727 n'est pas défendu.

M. le président. - Amendement n°300, présenté par M. Repentin et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter le troisième alinéa du II de cet article par une phrase ainsi rédigée :

L'État autorisera la mise en place d'une expérimentation de péage urbain dans les agglomérations où il n'existe pas de contournement routier et de plus de 100 000 habitants et au bénéfice des autorités organisatrices de transports urbains qui conduisent des projets de transports en commun en site propre conformément aux dispositions de l'article 72 de la Constitution.

M. Daniel Raoul. - Des expérimentations de péage urbain pourraient être autorisées là où n'existe pas de contournement autoroutier.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Le n°305 ne reprend qu'une partie seulement de l'amendement n°50 de la commission. Il ne fait pas référence au fait que l'État doit privilégier les projets économes des deniers publics, ni qu'il s'engage à accompagner les collectivités dans la mise en place de dispositifs de financement adaptés. Retrait ou rejet.

Avis défavorable au sous-amendement n°787 qui ne mentionne pas de durée, ainsi qu'au sous-amendement n°789 qui ne mentionne pas d'ancienneté.

La réflexion sur l'opportunité de créer des péages urbains n'est toujours pas terminée mais je pense qu'il s'agit d'une idée judicieuse. Quelques modifications rédactionnelles pourraient être apportées au n°300 sur lequel je demande l'avis du Gouvernement.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Retrait du n°305 qui est redondant et ne reprend qu'une partie du n°50.

Avis favorable au n°50 mais on pourrait préciser par sous-amendement que le désenclavement des quartiers sensibles passe « notamment » par le développement de ces transports. (Marque d'assentiment du rapporteur)

Avis défavorable au sous-amendement n°787, redondant et qui ne va pas aussi loin que l'amendement de la commission, ainsi qu'au sous-amendement n°789 parce que notre priorité est bien de créer des lignes nouvelles.

Le Gouvernement est favorable au principe défendu par l'amendement n°300 mais défavorable à sa rédaction. La mise en place de péages doit se faire en concertation avec les communes périphériques ; l'expérience de Stockholm a réussi pour cette raison, le résultat de celle de Londres est plus ambigu.

M. Daniel Raoul. - Je retire le sous-amendement n°787 au profit de l'amendement de la commission.

Le sous-amendement n°787 est retiré.

M. Didier Guillaume. - Il faut expérimenter les péages urbains. Que le Gouvernement nous propose une rédaction différente...

M. Jean-Paul Émorine, président de la commission. - Il y aura une deuxième lecture...

M. Jacques Muller. - Je maintiens mon sous-amendement n°789. L'amendement n°50 privilégie les projets économes en deniers publics ; or construire une nouvelle ligne coûte à l'évidence plus cher que moderniser une ligne existante.

M. Daniel Raoul. - Nous devrions réserver le vote de l'amendement n°300 jusqu'à ce qu'une rédaction plus satisfaisante soit élaborée... (M. le rapporteur et Mme la ministre donnent leur accord)

Le vote sur l'amendement n°300 est réservé.

L'amendement n°305 est retiré.

Le sous-amendement n°789 n'est pas adopté.

L'amendement n°50 rectifié est adopté.

M. le président. - Amendement n°306, présenté par M. Ries et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

... - De nouveaux outils de financement seront mis à disposition des collectivités.

M. Daniel Raoul. - Texte même.

L'amendement n°734 n'est pas soutenu.

M. Bruno Sido, rapporteur. - L'amendement est satisfait par celui de la commission.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Même avis.

L'amendement n°306 est retiré.

M. le président. - Amendement n°307, présenté par M. Ries et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

... - Des communes seront intégrées dans le champ du versement transport en fonction de leur population de saison touristique.

Mme Odette Herviaux. - Les communes touristiques font face à des besoins accrus en matière de transport pendant les périodes de forte fréquentation, qu'il s'agisse des déplacements des touristes ou de ceux des saisonniers. Les modalités d'intégration des communes pourront être définies lors du Grenelle II. Un très grand nombre de sites sont potentiellement concernés ; il y a urgence.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Quel est l'avis du Gouvernement ?

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Dans le contexte actuel, le Gouvernement ne souhaite pas alourdir les charges des entreprises. Avis défavorable.

L'amendement n°307 n'est pas adopté.

M. le président. - Amendement n°308, présenté par M. Ries et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

... - Des majorations spécifiques du taux plafond du versement transport seront également rendues possibles pour les agglomérations de moins de 100 000 habitants réalisant un transport collectif en site propre.

M. Daniel Raoul. - Nous déclinons la même idée : les collectivités ont besoin de moyens supplémentaires.

M. Bruno Sido, rapporteur. - La commission suivra l'avis du Gouvernement.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Même avis qu'à l'amendement précédent.

M. Didier Guillaume. - Quand la population d'une commune passe de 10 000 à 150 000 habitants, les difficultés de transport augmentent. J'entends bien l'argument du Gouvernement mais je ne crois pas que le relèvement du taux du versement transport pendant deux mois pose de gros problèmes aux entreprises. C'est avant tout affaire de volonté politique.

M. Bruno Sido, rapporteur. - La commune tire plus d'avantages que d'inconvénients de son caractère touristique...

L'amendement n°308 n'est pas adopté.

M. le président. - Amendement n°309, présenté par M. Ries et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

... - Les régions pourront mettre en place un versement transport en dehors des périmètres de transport urbains pour financer le développement des services régionaux de transport collectif.

M. Daniel Raoul. - Toujours la question du financement des transports urbains et interurbains ; nous pensons particulièrement au développement des TER et à la réaffectation de certaines lignes.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Avis défavorable.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Même avis.

M. Didier Guillaume. - In fine, les collectivités territoriales seront davantage taxées et on leur en demandera plus. Beaucoup ont déjà du mal à boucler leur budget. Nous souhaitons que le financement des transports collectifs soit partagé avec les entreprises.

L'amendement n°309 n'est pas adopté.

M. le président. - Amendement n°310, présenté par M. Ries et les membres du groupe socialiste et apparentés.

Compléter cet article par un paragraphe ainsi rédigé :

... - Dans les communes membres d'une autorité organisatrice de transports urbains, la participation pour voirie et réseaux pourra être étendue au financement de ces modes de transports.

M. Roland Courteau. - Cette disposition a été adoptée à l'Assemblée nationale afin de faire participer les propriétaires au financement des systèmes de transport desservant les zones les moins denses du territoire. Il est rare que les parlementaires se préoccupent du transport en milieu diffus ou en zone de montagne, où seuls les services à la demande apportent une réponse adaptée. Les députés socialistes s'étaient inquiétés de savoir si la ressource irait aux autorités organisatrices ou à la commune ; nous répondons à cette inquiétude.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Il s'agit de la reprise du dispositif de l'article 8 bis, que le Sénat a supprimé à l'initiative de la commission. Outre que le périmètre de la PVR n'est pas pertinent pour le financement des infrastructures de transport, son extension pourrait dissuader ceux qui voudraient s'installer à proximité de ces dernières. Avis défavorable.

L'amendement n°310, repoussé par le Gouvernement, n'est pas adopté.

M. le président. - Le vote sur l'article 12 est réservé jusqu'après celui de l'amendement n°300.

L'amendement n°735 n'est pas soutenu.

M. le président. - Je salue la présence dans nos tribunes de jeunes gens intéressés par l'environnement qui viennent des Yvelines et de la Sarthe.

Article 13

En Ile-de-France, un programme renforcé de transports collectifs visera à accroître la fluidité des déplacements, en particulier de banlieue à banlieue. A cet effet, un projet de rocade structurante par métro automatique sera lancé après concertation avec l'autorité organisatrice. La procédure du débat public aura lieu en 2009 sur le projet de rocade dans sa totalité. En outre, il conviendra de supprimer l'interdiction de trafic local, en particulier sur le territoire du pôle de Roissy-Charles de Gaulle.

Au nombre des actions prioritaires définies dans le cadre de concertations périodiques entre l'État, la région et les établissements publics compétents pourront figurer le prolongement de la ligne Eole vers Mantes pour assurer la liaison avec l'axe de la Seine et la Normandie et des solutions à l'engorgement de la ligne 13 du métro parisien.

M. le président. - Amendement n°170, présenté par M. Caffet et les membres du groupe socialiste, apparentés et rattachés.

Rédiger comme suit cet article :

En Ile-de-France, un programme renforcé d'équipement en transports collectifs visera à accroître la fluidité des déplacements, de banlieue à banlieue et de banlieue vers Paris. A cet effet, un projet de rocade structurante par métro automatique, élément majeur du programme, sera lancé et conduit par le Syndicat des transports d'Ile-de-France, autorité organisatrice des transports.

Au nombre des actions prioritaires définies dans le cadre de concertations périodiques entre l'État, la région, les collectivités territoriales d'Ile-de-France et les établissements publics compétents figureront, outre le projet de rocade structurante, le prolongement de la ligne Eole vers Mantes pour assurer la liaison avec l'axe de la Seine et la Normandie et des solutions à l'engorgement de la ligne 13 du métro parisien. Les procédures de concertation préalable ou de débat public relatives à ces trois projets auront lieu en 2009.

L'État s'engage à développer des dispositifs de financement spécifiques pour la région francilienne.

M. Jean-Pierre Caffet. - La situation des transports collectifs en Ile-de-France est particulièrement préoccupante. Je ne m'attarderai pas sur la vétusté du matériel roulant ni sur la saturation de lignes telles la ligne 13 du métro ou le RER A. Je ne considère pas pour autant que les acteurs publics soient inactifs.

L'État apporte des financements complémentaires, par à-coups malheureusement, notamment pour le RER A, et les acteurs locaux ont mis au point l'ambitieux volet transport du contrat de projet État-région. Reste que l'Ile-de-France souffre d'un manque de liaisons de banlieue à banlieue alors que la majorité des déplacements se font justement de banlieue à banlieue. Nous nous réjouissons donc que le projet de « rocade structurante par métro automatique » soit élevé au rang de chantier prioritaire et le débat public lancé en 2009 par l'article 13 mais nous aimerions qu'il en soit de même pour les projets de décongestionnement de la ligne 13 et de prolongation de la ligne de RER Eole vers l'ouest, notamment la Défense. Ces projets, qui ont fait l'objet d'études approfondies, ont accumulé beaucoup de retard, non depuis cinq ans mais vingt ans, c'est dire que je ne pointe ici la responsabilité de personne... Enfin, des négociations étant en cours entre l'État et la région, nous nous contentons d'indiquer que l'État trouvera des financements spécifiques, conformément à la formulation retenue par la commission à l'amendement n°50. Il n'est ici question ni du versement transport ni de la taxation des plus-values foncières sur les terrains valorisés par la présence de nouvelles infrastructures.

Cet amendement, par la modestie de sa formulation, peut recevoir un avis favorable du Gouvernement.

M. le président. - Amendement n°350 rectifié ter, présenté par M. Jacques Gautier, Mme Procaccia, M. Houel, Mme Bernadette Dupont, M. Béteille et Mme Debré.

Compléter la deuxième phrase du premier alinéa de cet article par les mots :

, en complémentarité avec les autres projets d'infrastructures de transport déjà engagés dans le cadre du contrat de projets Etat-région

Mme Bernadette Dupont. - Les déplacements de banlieue à banlieue posent problème, M. Caffet l'a rappelé, les projets en cours doivent donc aboutir.

M. le président. - Amendement n°51, présenté par M. Sido, au nom de la commission.

Supprimer la dernière phrase du premier alinéa de cet article.

M. Bruno Sido, rapporteur. - La commission propose de rétablir l'interdiction de trafic local, autorisant le Stif à interdire à un exploitant de transport interurbain de transporter des voyageurs dans le périmètre des transports urbains, qui avait été supprimée par les députés. Tout d'abord, la suppression de l'ITL sur la plate-forme aéroportuaire de Roissy-Charles de Gaulle, qui avait motivé le dépôt de l'amendement à l'Assemblée nationale, a été fixée à avril 2009 après une concertation entre le Stif, Aéroport de Paris, la RATP, Veolia et Keolis. En outre, cette mesure, qui ralentirait exagérément le trajet de certains usagers, serait coûteuse pour le Stif qui devrait financer le nouvel exploitant et indemniser les exploitants en place pour cause de perte de trafic. Mieux vaut attendre la remise à plat du système de transports en commun en Ile-de-France rendue nécessaire par le règlement européen relatif aux services de transport de voyageurs de 2007.

M. le président. - Amendement n°702, présenté par M. About et les membres du groupe UC.

Compléter le premier alinéa de cet article par deux phrases ainsi rédigées :

Enfin, il conviendra de rénover le réseau RATP et SNCF francilien, de moderniser le matériel roulant, d'améliorer la ponctualité des trains et les conditions de transport des voyageurs. Il faudra permettre une information en temps réel, facilement accessible, sur les conditions de trafic sur l'ensemble du réseau, les retards et les suppressions de trains.

M. Yves Pozzo di Borgo. - Il s'agit d'un amendement de bon sens. Si l'on veut réellement promouvoir une politique de transports ambitieuse et « se déplacer en Ile-de-France en respectant l'environnement », pour reprendre le message d'accueil de la RATP sur son site, il faut s'en donner les moyens. A cause des problèmes à répétition sur les lignes A et B du RER, des millions de franciliens vivent une véritable galère quotidienne. A cause d'un rail cassé à la station Auber, le trafic sur la ligne A du RER à Paris a été totalement interrompu mercredi matin pendant près de trois heures sans que les usagers soient correctement informés. De même, le 13 janvier dernier, après un mois de perturbations quotidiennes sur le réseau SNCF et une partie du réseau RATP, la gare Saint-Lazare a été totalement fermée au public, paralysant la circulation des trains de banlieue et du RER A. Quelque 75 grévistes ont bloqué 450 000 personnes. Je recommande, au reste, à tous les sénateurs de province qui se déplacent souvent en train ou en taxi, de prendre le RER et le métro entre 6 et 9 heures du matin.

Mme Marie-Christine Blandin. - Je prends le RER tous les matins !

M. Yves Pozzo di Borgo. - Les voitures sont bondées, les retards nombreux... D'après une enquête, de nombreux franciliens préfèrent prendre leur voiture pour aller travailler, écouter la radio tranquillement dans les embouteillages plutôt que d'étouffer dans les transports en commun. Et puis, comment se justifier auprès de son employeur lorsque l'on arrive plusieurs fois par semaine en retard à cause de défaillance du système de transport ? Le nombre de voyageurs sur le réseau francilien dépasse le nombre des usagers des TGV sur l'ensemble du territoire. Entre 1999 et 2007, le trafic a augmenté de plus de 23 % sans que les moyens suivent : l'âge des trains serait de 23 ans, la vitesse des TER a diminué de 10 % par manque d'entretien du réseau. Conséquence, les retards se multiplient : le taux de ponctualité des transiliens est passé de 90,5 à 88 % entre 2007 et 2008 à en croire la RATP et la SNCF qui ne tiennent pas compte des trains annulés dans ces statistiques. Les usagers vivent d'autant plus mal ces difficiles conditions de transport que l'abonnement mensuel augmentera en juillet prochain. D'où l'urgence de doter l'Ile-de-France d'un réseau de qualité.

M. le président. - Amendement n°203, présenté par Mme Didier et les membres du groupe CRC-SPG.

Rédiger comme suit le deuxième alinéa de cet article :

A ce titre, l'État s'engage à accompagner le syndicat des transports d'Ile-de-France, autorité organisatrice des transports en Ile-de-France, par la mise en place de dispositifs de financement adaptés, notamment par une évolution de la réglementation applicable au versement transport, à de nouvelles ressources fiscales, tout particulièrement la taxation de la valorisation des terrains découlant de projets d'infrastructures nouvelles et la taxation des bureaux.

Mme Évelyne Didier. - Nous voulons maintenir la compétence du Stif pour la définition des opérations et trouver de nouvelles sources de financement pour les transports. L'État refuse d'honorer ses engagements financiers : 100 millions pour les voies de bus d'Ile-de-France sur la période 2000-2006, plus de 300 millions au titre des nouvelles infrastructures depuis près de dix ans, 250 millions sur les travaux de tramway en Ile-de-France. Outre l'évolution du versement transport, nous reprenons une proposition du rapport d'information portant sur le fonctionnement et le financement des infrastructures terrestres de février 2008, celle de taxer la valorisation des terrains découlant des projets d'infrastructures nouvelles. Ce système, pratiqué dans d'autres pays, a été récemment introduit par la loi portant engagement national pour le logement sur les terrains rendus constructibles afin de financer l'aménagement des zones à urbaniser.

Il n'est pas anormal de ponctionner une partie de la rente foncière que se constitue ainsi le privé, pour financer des projets d'infrastructure importants.

M. le président. - Amendement n°52, présenté par M. Sido, au nom de la commission.

Compléter cet article par un alinéa ainsi rédigé :

L'État s'engage à développer des dispositifs de financement spécifiques pour la région francilienne.

M. Bruno Sido, rapporteur. - Ces financements spécifiques pourraient prendre la forme d'une taxation de la valorisation des terrains, d'une mise à jour du zonage et des taux des taxes sur l'immobilier, d'une contribution des aménageurs et des collectivités à l'équipement des secteurs bénéficiant de nouvelles infrastructures.

L'amendement n°170 envisage le lancement de la concertation préalable ou du débat public sur le projet de rocade, le prolongement de la ligne Éole et l'aménagement de la ligne 13 dès 2009. Est-ce réaliste ? Quel est l'avis du Gouvernement ?

Les trois mesures phare ne rentrent en effet pas dans le cadre des autres chantiers prévus par le contrat de plan État-région : favorable à l'amendement n°350 rectifié ter. Favorable également au n°702 : les événements récents de la gare Saint-Lazare montrent assez qu'il convient de disposer d'un système fiable d'information en temps réel sur les conditions du trafic.

L'amendement n°203 est satisfait par l'amendement n°52 de la commission, qui propose une rédaction plus générale et plus simple. Retrait ou rejet.

Mme Chantal Jouanno, secrétaire d'État. - Défavorable à l'amendement n°170 : une concertation est en cours entre le Stif et le secrétaire d'État au développement de la région capitale. Ne préemptons pas ses conclusions.

Favorable aux amendements n°350 rectifié ter, n°51 et n°702. L'amendement n°203 est satisfait par l'amendement n°52 de la commission. Retrait ou rejet.

M. Jean-Pierre Caffet. - Je comprends mal l'argumentation du Gouvernement contre notre amendement n°170. Nous avons un contrat de plan État-région où figure le désengorgement de la ligne 13. J'avais donc la naïveté de penser que mon amendement ne posait aucun problème. Mais vous nous parlez maintenant d'une concertation. Est-ce à dire que l'État, par la voix de Christian Blanc, se dédit de ses engagements ? Je maintiens l'amendement.

L'amendement n°170 n'est pas adopté.

L'amendement n°350 rectifié ter est adopté, ainsi que les amendements nos51 et 702.

Après une épreuve à main levée déclarée douteuse, l'amendement n°203, mis aux voix par assis et levé, n'est pas adopté.

L'amendement n°52 est adopté.

M. Jean-Pierre Fourcade - J'ai bien peur que ceux qui souscrivent à l'inscription du métro périphérique parmi les grandes priorités ne soient les victimes d'un marché de dupes. Je suis de ceux qui ont voté l'amendement de Mme Dupont. Il ne faudrait pas que, sous prétexte de se lancer dans une grande opération circulaire, on abandonne ce qui est en cours. Je souhaiterais, monsieur le ministre, avoir une garantie.

M. Jean-Louis Borloo, ministre d'État. - Vous l'avez.

M. Jean-Pierre Caffet. - Compte tenu du défaut de réponse du Gouvernement sur la question des transports en commun en Ile-de-France, nous ne voterons pas cet article.

L'article 13, modifié, est adopté.

La séance est suspendue à midi cinquante-cinq.

présidence de M. Roland du Luart,vice-président

La séance reprend à 15 heures.

Organisme extraparlementaire (Candidature)

M. le président. - M. le Premier ministre a demandé au Sénat de procéder à la désignation du sénateur appelé à siéger au sein de la Commission centrale de classement des débits de tabac. La commission des finances propose la candidature de M. Auguste Cazalet.

Cette candidature a été affichée et sera ratifiée, conformément à l'article 9 du Règlement, s'il n'y a pas d'opposition à l'expiration du délai d'une heure.