Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

D. LA PRÉSENCE ÉCONOMIQUE FRANÇAISE À LA FOIRE DE BAGDAD

La 34ème Foire internationale de Bagdad s'est tenue du 1er au 14 novembre 2001. Cette importante manifestation est chaque année l'occasion pour nos entreprises de réaffirmer leur engagement dans ce pays .

Le groupe d'amitié du Sénat participe dans la mesure de ses moyens à la promotion de nos entreprises en Irak. Il organise chaque année un dîner de préparation de cette foire, en pleine coopération avec le Bureau des Opérations Internationales (BOI) afin de permettre aux exposants de rencontrer les représentants du ministère des affaires étrangères et du ministère de l'Economie, des finances et de l'industrie. Ce dîner s'est tenu au Sénat le 10 octobre et a réuni plus de 90 participants.

Votre groupe ne peut que se féliciter du succès de la participation des entreprises françaises à la foire de Bagdad. Le Pavillon français a été honoré en recevant la médaille d'honneur du meilleur pavillon étranger pour la quatrième année consécutive.

Cette année, malgré les événements du 11 septembre, le pavillon français a inauguré un bâtiment neuf de 2000 m2 et 500 m2 d'aire libre (RVI, ambulances Peugeot...). Le nombre des exposants a dépassé les cents entreprises (104).

Notre pays se situait ainsi en nombre d'entreprises et en surface d'exposition au premier rang avant l'Allemagne (30), l'Espagne (35) ; l'Italie (institutionnel), Belgique (6), Russie (64) et devant tous nos autres partenaires européens (Danemark, Suède, Grèce, Autriche, Finlande...).

Cette forte participation, jointe à la déficience relative cette année de nos principaux concurrents, y compris les Russes, a marqué les autorités iraquiennes et a contribué à replacer nos entreprises dans les fournisseurs prioritaires de l'Iraq.

Le pavillon français a reçu encore cette année d'importantes visites officielles montrant, comme l'a déclaré M. Tarek Aziz, que la période de refroidissement de cet été était du passé et qu'il fallait tourner la page. Le Ministre du Commerce, M. Mohammed Medhi Saleh, le Vice-premier ministre chargé des Finances, M. Hickmat Al-Azzawi, le Vice-premier ministre chargé du pétrole, M. Saddam Hassam Zebin, les deux vice-ministres du Pétrole, MM. Leith Al-Hadithi et Hussein Al-Haditi ainsi que de nombreux autres officiels sont venus visiter le pavillon français.

Une réunion particulière avait été organisée par le Ministre du Commerce et exclusivement réservée aux entreprises françaises. Elle a permis de dissiper les doutes et les malentendus permettant aux entreprises françaises de se positionner à nouveau, à leur niveau, dans la compétition pour l'obtention de contrats.

Les secteurs d'activité correspondant aux besoins iraquiens de coopération étaient présents : entreprises du secteur pétrolier et para pétrolier, de l'agriculture et de l'industrie agro-alimentaire, de la mécanique, des transports routiers, terrestres, ferroviaires, de la signalisation, de la communication, des télécommunications, de l'électricité, des infrastructures, du traitement de l'eau, des travaux publics, des biens d'équipement. Tous ces secteurs étant bien évidemment inscrits dans le cadre du Programme des Nations-Unies, «Pétrole contre Biens humanitaires».

La participation française était composée à la fois de grosses entreprises (automobiles Peugeot, Schneider Industries, TotalFinaElf, Renault V.I., Thermodyn, Nestlé-France) mais aussi, et c'est la particularité des conditions actuelles d'accès au marché iraquien, d'entreprises de taille plus petite (Téléconsult, Haco, Tractel, Hydrokit, Delta Plus, Groupe Bacou-Dalloz, Francexpa...).

Avec la France, les principaux pavillons représentés étaient la Turquie, la Russie, l'Allemagne, l'Espagne, puis l'Autriche, l'Italie, la Grèce, la Belgique, l'Irlande, la Finlande, la Suède, le Danemark. Hors de l'Europe, on comptait l'Egypte, la Jordanie, la Syrie, la Palestine, les Emirats, le Pakistan, la Corée, la Malaisie, l'Inde, la Yougoslavie, la Bulgarie, le Bangladesh, puis en Afrique, la Tunisie, le Maroc, l'Algérie, la Libye, l'Afrique du Sud et, en Amérique latine, le Brésil.

Nous ne pouvons que constater que malgré la situation politique et économique très complexe de cet automne 2001, les entreprises françaises ont eu raison de participer cette année plus que toute autre à la Foire internationale de Bagdad. Leurs principaux concurrents de la France n'ont pas eu cette même stratégie qui est à porter au crédit et au courage de nos entreprises et des organisateurs du Pavillon français.

Pour l'avenir, votre groupe d'amitié, tout en comprenant que l'absence de notre ministre du commerce extérieur ait été justifiée par la préparation de la Conférence ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) à Doha, souhaite vivement que la prochaine foire de Bagdad voit la présence d'un ministre français qui vienne ainsi soutenir et encourager l'effort considérable de nos entreprises.

Retour Sommaire Suite