Allez au contenu, Allez à la navigation

7 juillet 2021 : Compétences de la Collectivité européenne d'Alsace ( texte déposé au sénat - première lecture - exposé des motifs )
  • Par Mme Barbara POMPILI, ministre de la transition écologique et M. Jean-Baptiste DJEBBARI, ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports
  • Dossier législatif
  • Tous les documents sur ce thème :

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Le présent projet de loi ratifie les ordonnances adoptées sur le fondement de l'article 13 de la loi n° 2019-816 relative aux compétences de la Collectivité européenne d'Alsace.

L'article 1er ratifie l'ordonnance n° 2021-659 du 26 mai 2021 relative aux modalités d'instauration d'une taxe sur le transport routier de marchandises recourant à certaines voies du domaine public routier de la Collectivité européenne d'Alsace.

L'ordonnance définit le régime juridique d'une taxe kilométrique dont les redevables seront les propriétaires ou les locataires des véhicules de transport de marchandise. Le taux de la taxe dépendra du poids du véhicule ou du nombre d'essieux et de la classe EURO du véhicule. Il sera fixé par la Collectivité européenne d'Alsace de manière à ce que le produit de la taxe n'excède pas les coûts de construction, d'entretien et d'exploitation du réseau taxable imputables aux véhicules taxés. Il sera susceptible de modulations en fonction de la période d'utilisation du réseau taxable, et de majorations afin de couvrir les coûts de la pollution atmosphérique et sonore. Il reviendra à la Collectivité européenne d'Alsace d'instaurer la taxe et d'en définir les principaux paramètres (réseau taxable, taux, etc.).

L'article 2 ratifie l'ordonnance n° 2021-615 du 19 mai 2021 soumettant à l'avis du représentant de l'État les projets de modification substantielle des caractéristiques techniques des autoroutes relevant de la Collectivité européenne d'Alsace.

Le rôle du représentant de l'État sera de veiller à ce que les projets de modification, d'une part, ne remettent pas en cause la capacité des autoroutes à remplir leurs principales fonctionnalités (continuité des itinéraires routiers d'intérêt national et européen, circulation des transports exceptionnels, des convois et des transports militaires et desserte économique du territoire national), et, d'autre part, respectent les principales règles de l'art.

L'article 3 ratifie l'ordonnance n° 2021-616 du 19 mai 2021 relative aux conditions dans lesquelles l'Eurométropole de Strasbourg assure l'engagement pris par l'État dans le cadre de la convention financière annexée à la convention passée entre l'État et la société ARCOS relative à l'autoroute A 355.

L'Eurométropole de Strasbourg, qui détient désormais le pouvoir de police de la circulation sur les voies alternatives à l'autoroute A 355, prendra en charge la part des concours publics incombant à l'État en cas de non mise en place de la mesure d'interdiction de circulation des poids lourds visée au contrat de concession. Elle bénéficiera également du partage des fruits de la concession en lieu et place de l'État, à concurrence du montant des concours publics qu'elle aura pris en charge.

Pour compléter ce dispositif, l'article 3 ajoute un article 4 bis à l'ordonnance qui prévoit la prise en charge par l'Eurométropole de Strasbourg, d'une fraction de l'indemnité de déchéance en cas de non mise en place de l'interdiction précitée.