Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi relatif à l'action extérieure de l'État

 

2. Les opérateurs chargés de l'expertise et de la mobilité internationales

Le paysage institutionnel de la mobilité universitaire, scientifique et technique se caractérise par une multiplicité d'acteurs, aux actions très complémentaires mais pourtant insuffisamment coordonnées.

a) CampusFrance : la vitrine de l'enseignement supérieur français à l'étranger

Le groupement d'intérêt public CampusFrance, qui s'est substitué en 2007 à l'agence EduFrance, créée en 1998, est placé sous les tutelles du ministère des affaires étrangères, du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et du ministère de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement durable. Il est chargé de promouvoir à l'étranger, en concertation avec les conférences des universités françaises, les formations supérieures françaises et les échanges éducatifs, universitaires et scientifiques.

Il dispose d'antennes locales auprès des instituts et centres culturels français, les espaces CampusFrance, au nombre de 143 répartis dans 80 pays, dont 30 disposent de la procédure des centres pour les études en France (CEF).

Le total des subventions accordées par l'État à CampusFrance au titre de ses charges de service public demeure inférieur en 2010 au niveau atteint en 2008 :

- 401 000 euros au titre du programme 185, contre 627 000 euros en 2008 ;

- 812 000 euros au titre du programme 209, contre 963 000 euros en 2008 ;

- 1,9 million d'euros au titre du programme 150 « Formations supérieures et recherche universitaire », géré par le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, contre 1,94 million d'euros en 2008.

Votre rapporteur pour avis constate ainsi que le financement de CampusFrance assuré par le ministère des affaires étrangères a sensiblement diminué de 2008 à 2010, alors que le niveau de participation du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche (MESR) se maintient à un niveau relativement stable. À cela, s'ajoute un effort significatif de notre réseau d'enseignement supérieur, via des cotisations d'adhésion à CampusFrance ou la participation volontaire à diverses manifestations. Dans ces conditions, on peut comprendre les réticences du ministère de l'enseignement supérieur à céder la tutelle entière du nouvel opérateur au ministère des affaires étrangères.

Enfin, il faut garder à l'esprit que l'action de CampusFrance à l'international s'inscrit dans un contexte fortement concurrentiel marqué par l'activisme déployé par nos partenaires pour former chez eux les élites étrangères. Or, la comparaison des moyens de CampusFrance avec ceux de ses homologues allemand et britannique est sans appel :

COMPARAISON ENTRE TROIS AGENCES EUROPÉENNES : CAMPUSFRANCE, LE DEUTSCHER AKADEMISCHER AUSTAUSCH DIENST ET LE BRITISH COUNCIL

 

CampusFrance

DAAD

British Council

Budget

6,2 millions d'euros

304 millions d'euros

627 millions d'euros

Dépenses de promotion

6,2 millions d'euros

60 millions d'euros pour l'internationalisation des établissements (partenariats, promotion, etc.)

312 millions d'euros pour l'éducation

Nombre total d'agents

296 dont :

- 36 (dont 8 mises à disposition) à Paris ;

- 260 recrutés par le MAE dans le monde

649 dont :

- 549 en Allemagne ;

- 100 à l'étranger

(hors lecteurs = 472)

7 395 dont :

- 1 010 au Royaume-Uni ;

- 6 385 à l'étranger (y compris les enseignants)

Nombre d'adhérents

227

229 établissements et 125 organismes d'étudiants

299 (Education UK Partnership)

Nombre de bureaux à l'étranger

113 espaces et 14 antennes dans 88 pays

14 sièges et 49 centres d'information dans 53 pays

197 bureaux dans 110 pays

Novembre 2009.

ÉVOLUTION DU NOMBRE D'ÉTUDIANTS ÉTRANGERS DANS L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR FRANÇAIS

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

160 533

174 080

196 748

221 471

244 335

255 585

265 710

263 094

260 596

266 448