Allez au contenu, Allez à la navigation



La politique spatiale française: bilan et perspectives

 

III. 3.3. VERS UNE UTILISATION PLUS LARGE DE LA PROPULSION ÉLECTRIQUE

La puissance électrique actuellement disponible sur les satellites et les sondes (environ 15 kW) et les technologies actuelles permettent de disposer de moteurs n'ayant que des niveaux de poussée très faibles (jusqu'à 0,3 N).

Ceci implique, pour obtenir l'incrément de vitesse désiré, des durées de fonctionnement extrêmement longues [plusieurs mois ou plusieurs années pour des missions planétaires].

Pour des missions futures, comme avec les vols habités vers Mars, l'emploi de la propulsion électrique sera indispensable. Mais la masse considérable des véhicules et la nécessité de limiter la durée du trajet nécessiteront la mise au point de nouveaux types de moteurs plus puissants. Ils auront besoin de puissances électriques bien plus fortes (jusqu'à 20 MW), aussi de nouvelles sources de puissance électrique (probablement nucléaires) seront à développer.

Des recherches sont déjà en cours aux Etats-Unis dans ce domaine ; il est important que l'Europe décide aussi d'engager des travaux si elle souhaite coopérer à de tels projets dans de bonnes conditions.