Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Rapport d'information n° 35 (2002-2003) de M. Joseph KERGUERIS, fait au nom de la délégation du Sénat pour la planification, déposé le 29 octobre 2002

Disponible au format Acrobat (873 Koctets)

BIBLIOGRAPHIE

Artus P. et Morin P., 1991, Macroéconomie appliquée, Puf, Paris

Artus P. et Muet P.-A., 1984, « Un panorama des développements récents de l'économétrie de l'investissement », Revue Économique, n° 5, pp. 791-830

Ashworth P. et Davis E.P., 2001, « Some evidence on financial factors in the determination of aggregate business investment for the G7 countries », NIESR Discussion Paper, n°187

Beaudu et Heckel (2001, « Le canal du crédit fonctionne-t-il en Europe ? une étude de l'hétérogénéité des comportements d'investissement à partir de données de bilan agrégées », INSEE, Document de travail n  G 2001/04

Bernanke, B., Bohn H., and P. Reiss, 1988. « Alternative Non-Nested Specification Tests of Time Series Investment Models », Journal of Econometrics, 37, pp 293-326

Bernanke B., Gertler M. et Gilchrist S., 1999, « The financial accelerator in a quantitative business cycle framework », in Taylor J. and Woodford M., Handbook of Macroeconomics, volume 1, North Holland, Amsterdam

BLOCH, Laurence, COEURE, Benoît, « Profitabilité, investissement des entreprises et chocs financiers : France, Allemagne, Etats-Unis et Japon, 1970-1993 », Economie et Statistique, 1993/8-9, N°268-269, pp.11-30

Caselli, Pagano et Schivardi (2000), « Investment and growth in Europe and iin the United States in the Nineties », Banca d'Italia, temi di discussionne, n° 372, march.

Chirinko R. S., Fazzari S. M. et Peyer A.P. (1999) « How responsive is business capital formation to its user cost ? An exploration with micro data », Journal of Public Economics, 74, pp.53-80.

Cette G., Mairesse J. et Kocoglu, Y., 2001, « Les technologies de l'information et des communications en France : diffusion et contribution à la croissance », Economie et Statistique, n°339-340.

Commision européenne, 2001, « Determinants and benefits of investment in the euro area »,EUROPEAN ECONOMY, No 73, chap3. Office for Official Publications of the EC. Luxembourg

Crépon B. et Gianella C., 2001, « Fiscalité et coût d'usage du capital : incidences sur l'investissement, l'activité et l'emploi », Economie et Statistique, n°341-342

Crépon B. et Rosenwald F., « Des contraintes financières plus lourdes pour les petites entreprises », Economie et Statistique, n°341-342

Cuthbertson K. et Gasparro D, 1995, « Fixed investment decisions in UK manufacturing : the importancve of Tobin's Q, output and debt », European Economic review, 39(5), mai, p.919-941

DEUTSCHE BUNDESBANK, 2000, « Problems of international comparisons of growth caused by dissimilar methods of deflation -with IT equipment in Germany and the United States as a case in point », DEUTSCHE BUNDESBANK MONTHLY REPORT, N°8, août, encadré p. 8. vol.52

DEUTSCHE BUNDESBANK, 2000, « The profitability and investment behaviour of non-financial corporations », DEUTSCHE BUNDESBANK MONTHLY REPORT, N°10, octobre, pp. 31-40.vol.52

DOISY S., 2001, « La croissance potentielle de l'économie française : une évaluation », Direction de la Prévision, Ministère de l'Economie et des Finances et de l'Industrie, Document de travail, Novembre 2001

Dormont B. (1997) « L'influence du coût salarial sur la demande de travail », Economie et Statistique 301-302, pp. 95-109.

Duhautois R., 2001, « Le ralentissement de l'investissement est plutôt le fait des petites entreprises tertiaires », Economie et Statistique, n°341-342.

Duval R., 2001, « Quel crédit faut-il accorder à la nouvelle économe américaine », Economie et Statistique, n°339-340

Fazzari, S. M., Hubbard, R. G. et Petersen, B. C., 1988, « Financing constrainst and corporate Investment », Brooking Papers on Economic Activity, 1, pp 141-206

Guariglia A., 1999, « The effects of financial constraints on inventory investment ; evidence from a panel of UK firms », Economica, 66, p.43-62

Hall S., 2001, « Financial effects on corporate investment in UK business cycles », Bank of England Quaterly Bulletin, 41(4), hiver, p. 449-458

Herbet J.-B., 2001, « Peut-on expliquer l'investissement à partir de ses déterminants traditionnels au cours de la décennie 90 ? », Economie et Statistique, n°341-342

Irac D. et Jacquinot P., 1999, « L'investissement en France depuis le début des années 1980 », Note d'études et de recherche, Banque de France.

Jorgenson, D. W., 1963, « Capital Theory and Investment Behaviour », American Economic Review, 53(2), pp.247-259.

Jorgenson et Stiroh, 2000, « Raising the Speed Limit : U.S. Economic growth in the information Age », American Economic Review

KALCKREUTH, Uls von, « Monetary transmission in Germany: new perspectives on financial constraints and investment spending », BANQUE CENTRALE EUROPEENNE, WORKING PAPER - BC, 2001, N°109,décembre,62 p.

Kremp, E. et Stöss, E., 2001, « L'endettement des entreprises industrielles françaises et allemandes : des évolutions distinctes malgré des déterminants proches », Economie et Statistique, n°341-342

Lequiller , 2001, « La nouvelle économie et la mesure de la croissance », Economie et Statistique, n°339-340

Mairesse J., B. Mulkay et B. H. Hall., 2001, « Investissement des entreprises et contraintes financières en France et aux Etats-Unis », Economie et Statistique, n°341-342

OCDE, 2001, Etude économique sur la France. OCDE

Oliner, S. et Sichel, D., 2000, « The Resurgence of Growth in the Late 1990s : Is Information Technology the Story », Journal of Economic Perspectives, vol. 14, n°4, Fall

Oliner, S., Rudebusch G, et D. Sichel, 1995. « New and Old Models of Business Investment: A Comparison of Forecasting Performance », Journal of Money, Credit, and Banking, 27, 806-826

MOJON, Benoît, SMETS, Franck & VERMEULEN, Philip, 2001, « Investment and monetary policy in the Euro area », BANQUE CENTRALE EUROPEENNE, WORKING PAPER - BCE,N°78,octobre,33 p.

Mairesse J., Mulkay B. et B. Hall., 2001, « Investissement des entreprises et contraintes financières en France et aux Etats-Unis », Economie et Statistique, n°341-342.

Morin P., Norotte M. et Venet G., 1987, « Le comportement d'investissement des entreprises françaises : analyse et problèmes », Économie et Prévision, n° 80, pp. 5-50

Muet P.-A. (1979), « Les modèles « néoclassiques » et l'impact du taux d'intérêt sur 'investissement », Revue Économique, n° 2, pp. 244-280

Mudur U. (2000), « L'allocation des capitaux dans le processus global d'innovation est -elle optimale en Europe », in Politiques industrielles pour l'Europe, Conseil d'Analyse Economique. La documentation française.

Schaller H., 1990, « A re-examination of the Q theory of investment using firm data », Journal of Applied Econometrics, 5, p. 309-325

Smith J., Sterne G. et Devereux M., 1994, « Personal and corporate sector debt », Bank of England Quaterly Bulletin, 34(2), mai, p. 144-155

Tobin, J., 1969, « A General Equilibrium Approach to Monetary Theory », Journal of Money. Credit and Banking, 1, p. 15-29.

Tevlin, S., et K. Whelan, 2000, « Explaining the Investment Boom of the 1990s », miméo, Federal Reserve Board

VERMEULEN, Philip, « Business fixed investment: evidence of a financial accelerator in Europe », Banque Centrale Européenne, 2000, WORKING PAPER N°37, novembre,34 p.

WIRTSCHAFT UND STATISTIK, « Wie produktiv sind Investitionen in industrielle Forschung und Entwicklung », WIRTSCHAFT UND STATISTIK, DESTATIS, Wiesbaden, 2001, N°4,avril, pp. 312-320

Whitaker S., 1998, « Investment in this recovery », Bank of England Quaterly Bulletin, 38(1), février, p. 38-47

Young G., 1993, « Debt, deflation and the company sector : the effects of balance sheet adjustment », National Institute Review, 144, mai, p.74-84

L'INVESTISSEMENT DES ENTREPRISES,
CLÉ D'UNE CROISSANCE DURABLE

Joseph KERGUÉRIS

Sénateur

Délégation du Sénat pour la Planification

La croissance de l'économie française est, depuis une dizaine d'années, bridée par la faiblesse de l'investissement des entreprises.

La première partie de ce rapport recense les symptômes du retard français en matière d'investissement. Elle montre à quel point la langueur de l'investissement français contraste, défavorablement, avec la vigueur de l'investissement outre-Atlantique. L'écart est particulièrement accusé dans le domaine des nouvelles technologies.

Pour comprendre les causes de ce retard, un détour par la théorie économique a paru nécessaire. C'est l'objet de la deuxième partie, qui dégage quatre déterminants majeurs de l'investissement : il s'agit de la demande anticipée, du coût des facteurs de production, de la profitabilité des investissements, et, enfin, des conditions d'accès au financement des entreprises. L'importance relative de chacun de ces facteurs varie au fil du temps.

Cette analyse théorique conduit naturellement à réfléchir aux orientations de politique économique susceptibles de soutenir l'investissement productif.

La troisième partie passe ainsi en revue les principaux leviers dont dispose la puissance publique pour dynamiser l'investissement des entreprises. La politique macroéconomique, la politique des revenus, les mesures de soutien à la recherche, les aides au financement des petites et moyennes entreprises, l'investissement public, la réforme des marchés sont successivement examinés.

La dernière partie s'intéresse aux phénomènes de surinvestissement, qui ont pu affecter les Etats-Unis et le Japon, ainsi que le secteur des télécommunications en Europe. Elle ouvre des pistes de réflexion quant aux moyens à mettre en oeuvre pour mieux prévenir ces phénomènes.

Ce rapport s'appuie, enfin, sur une étude commandée à l'institut Rexecode par le Service des études économiques et de la prospective du Sénat.