Allez au contenu, Allez à la navigation

Actes du Colloque " Tourisme et métiers d'art "

9 avril 2003 : Actes du Colloque " Tourisme et métiers d'art ", ( rapport d'information sur colloque )

 

 

LE RÔLE DES AGENTS DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS DANS LA VALORISATION TOURISTIQUE
DES MÉTIERS D'ART

Alexis GOVCIYAN, Directeur de l'Institut Supérieur des Métiers

La valorisation touristique de l'artisanat est un domaine d'intervention croissant des Chambres de métiers, notamment en milieu rural. Les Chambres de métiers sont en effet de plus en plus souvent interpellées par les élus locaux ou par les collectivités pour développer des projets dans ce domaine. Projets souvent à la croisée des thématiques patrimoine, tourisme, culture, comme l'ont montré les témoignages précédents.

L'activité touristique constitue un support aux activités traditionnelles des entreprises artisanales, domaine très vaste qui comprend entre autres la restauration, le commerce alimentaire, les métiers de bouche, les stations services, les garages et, bien sûr, les métiers d'art.

I. LES FONDEMENTS DE L'INTERVENTION DES CHAMBRES DE MÉTIERS

Les Chambres de métiers constituent un relais institutionnel, essentiel pour les professionnels des métiers d'art. Elles sont positionnées dans les différentes instances territoriales et, à ce titre, régulièrement consultées et informées. Ce sont donc les partenaires privilégiés des responsables des métiers d'art.

Les Chambres de métiers sont ainsi en capacité de défendre et de relayer si besoin les projets métiers d'art auprès des représentants institutionnels et des élus locaux. Elles ouvrent des portes, en tous les cas, elles sont censées ouvrir des portes, et jouent un rôle de médiation essentiel pour des professionnels souvent peu organisés et peu structurés. A ce titre, il faut citer le fait que les représentants des métiers d'art qui siègent dans les Conseils de développement de pays, dans les nouvelles instances territoriales, sont invités non pas en raison de leur professionnalisme ou de leur profession, mais parce qu'ils sont des élus des Chambres de métiers et qu'ils ont un mandat consulaire.

Les Chambres de métiers représentant également une base logistique pour la mise en oeuvre de projets que les métiers d'art peuvent avoir à mettre en place. Monter un projet suppose un investissement en temps très lourd pour un professionnel et requiert des compétences spécifiques par ailleurs largement présentes dans les compagnies consulaires.

Enfin, les Chambres de métiers détiennent une compétence en matière d'accompagnement individuel et collectif des entreprises, une expertise clé pour la réussite de tout projet de développement lié aux métiers d'art. En effet, il ne faut jamais perdre de vue que les métiers d'art, à part la beauté et l'importance de la créativité, sont avant tout incarnés par des entreprises soumises aux contraintes économiques classiques, donc il y a un enjeu économique majeur de développement.

L'expérience montre que les entreprises doivent être impérativement préparées aux retombées de tout projet de développement local. Une entreprise insérée dans une route touristique et qui ne se sera pas préparée à l'accueil de touristes peut ainsi être mise en péril par un projet de développement local.

Pourtant, les élus locaux ont tendance à éluder cette dimension économique de l'entreprise de métier d'art, et on pense, à l'Institut Supérieur des Métiers, que s'ils ont cette attitude, c'est peut-être parce qu'ils ne connaissent pas bien la portée économique des entreprises. Il est donc important d'être vigilant et de les sensibiliser à ce sujet.