Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

2. L'intégration des marchés financiers

Un élément de mesure du degré d'intégration des marchés financiers mondiaux consiste à examiner si une nation peut facilement être financée par les capitaux étrangers.

Il faut pour cela se pencher sur la relation entre épargne nationale et investissement national. Dans un monde segmenté, le niveau de l'investissement national est contraint par le montant de l'épargne nationale. Dans un monde financièrement intégré, l'investissement national peut être financé par l'épargne internationale, et la corrélation entre épargne nationale et investissement national est donc beaucoup plus lâche. On peut donc déduire d'une mesure du degré de corrélation entre épargne et investissement nationaux une estimation du degré d'intégration financière internationale6(*).

Le graphique suivant retrace l'évolution de cette corrélation au cours du XXe siècle pour un ensemble de pays, qui recouvre la quasi-totalité des pays membres de l'OCDE. Une corrélation voisine de zéro indique une très forte intégration des marchés financiers. Une corrélation proche de 1 est le signe d'une très forte segmentation des marchés nationaux. La courbe traduit de réels progrès de l'intégration financière internationale depuis les années 1970 (sans toutefois retrouver le niveau d'intégration observé avant 1914).



Source : Flandreau et Rivière, 1999.


* 6 Cette approche a été initiée par M. Feldstein et C. Horioka en 1980 ; cf. « The saving investment relation puzzle », Economic Journal, 1980.

    retour sommaire suite