Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

I. LES INNOVATIONS AMÉLIORENT LA PRODUCTIVITÉ GLOBALE DES FACTEURS...

Au coeur des mécanismes économiques reliant les innovations à la croissance se trouvent en premier lieu les gains de productivité. L'accroissement de la production provient, d'une part, d'une plus grande utilisation du capital et du travail et, d'autre part, de l'amélioration de la productivité globale des facteurs58(*). La productivité globale des facteurs, qui découle de la productivité du travail, de celle du capital, et de l'efficacité de la relation capital-travail, augmente à la faveur d'une meilleure organisation de l'entreprise et des innovations apportées à la production.

Graphique 5. Décomposition de la croissance tendancielle du PIB par habitant

Variation en pourcentage en rythme annuel, 1990-19991

11991-1999 pour l'Allemagne, 1990-1998 pour la Corée et le Portugal

2Croissance tendancielle du PIB par personne employée.

3Croissance tendancielle de l'utilisation de la main d'oeuvre, mesurée par le rapport des personnes pourvues d'un emploi à la population totale.

Source : OCDE (2001)

La décomposition de la croissance tendancielle du PIB59(*) par habitant en la somme du taux de croissance de la productivité du travail et de celui de l'utilisation de la main d'oeuvre60(*) permet d'avancer une première explication des écarts de croissance (Graphique 5). Gordon (2002) souligne que la productivité horaire du travail en Europe a convergé vers celle des Etats-Unis. Cependant, aux États-Unis, la productivité du travail et l'utilisation de la main d'oeuvre se sont améliorées simultanément, favorisant une accélération de la croissance de leur PIB par habitant entre les années 1980 (où le taux de croissance tendancielle était de 2,1 %) et les années 1990 (où il a été de 2,3 %). En revanche, en Europe, la forte croissance de la productivité dans certains pays a été accompagnée d'une faible croissance de l'emploi. La croissance tendancielle est alors passée d'un taux de 2 % dans les années 1980 à un taux de 1,8 % dans les années 1990, avec, malgré tout, une légère reprise sur la fin de la décennie, où le taux de croissance tendancielle du PIB par habitant passe à 2,2 %. Cette accélération est attribuable au Luxembourg, à la Norvège, à l'Espagne, aux Pays-Bas, à la Grèce. La France fait partie des pays dont les taux de croissance n'ont cessé de diminuer, passant de 1,6 % dans les années 1980 à 1,5 % dans les années 1990, malgré la remontée à un taux de 1,9 % entre 1996 et 2000.

L'accélération de la hausse de la productivité globale des facteurs est un phénomène récent. Depuis 1973, en dépit de la forte augmentation des dépenses de R&D, le taux de croissance de la productivité stagnait autour de 1 % dans les pays industrialisés après avoir atteint 3 % dans les années précédentes (tableau 2). Ce paradoxe de la productivité a fait dire à Solow qu'il voyait des ordinateurs partout, sauf dans les statistiques de la productivité. L'une des explications à ce paradoxe61(*), démontrée par Askenazy (2000) à partir de données d'entreprises, est le manque de réorganisation du travail dans certaines entreprises, qui, malgré l'essor de l'informatique, verraient leur productivité diminuer. Les entreprises ayant intégré l'informatique tout en réorganisant le travail auraient, quant à elle, gagné en productivité. Le paradoxe de Solow proviendrait alors simplement de l'agrégation des résultats de ces entreprises gagnantes et perdantes. Avec 80 % d'entreprises américaines ayant bénéficié de l'informatique et d'une réorganisation du travail à la fin des années 1990, les États-Unis sont ainsi récemment « sortis » du paradoxe de Solow. Peut-être suffit-il d'attendre quelques années pour que la France revoie l'organisation du travail et parvienne ainsi, elle aussi, à voir les conséquences du développement de l'informatique dans ses statistiques de productivité ?

Tableau 2. Taux de croissance annuel de la productivité globale des facteurs*

 

1980-1985

1985-1990

1990-1995

1995-2000

Finlande

2,47

2,33

2,74

3,58

Canada

0,49

0,77

1,00

1,61

Autriche

0,68

0,46

1,19

1,47

Etats-Unis

0,82

1,03

0,96

1,31

France

2,02

1,71

0,93

1,09

Royaume-Uni

-

1,01

0,66

0,96

Allemagne

1,16

1,82

1,05

0,84

Japon

1,92

2,38

1,24

0,74

* La mesure productivité moyenne des facteurs est la mesure la plus large fournie par l'OCDE car elle incorpore les effets du progrès sur le capital humain ainsi que le progrès technique incorporé et non incorporé au capital physique.

Source : OCDE (2003)

Les études économétriques confirment l'influence des dépenses de R&D sur la croissance de la productivité globale des facteurs. Le recensement de ces études par Mairesse et Sassenou (1991) leur permet de conclure à une élasticité de la R&D à la productivité de 0,1 à 0,3 lorsque l'analyse porte sur des données individuelles. Cette élasticité est plus élevée dans les secteurs à haute technologie. Les études sur séries chronologiques fournissent des élasticités bien plus faibles, comprises entre 0,02 et 0,05 pour les entreprises françaises, et entre 0,08 et 0,12 pour les entreprises américaines. Cette faiblesse tient sans doute au temps nécessaire pour qu'une innovation ait un réel impact sur la productivité. Au niveau macroéconomique, l'étude de Guellec et van Pottelsberg (2001), qui porte sur 16 pays de l'OCDE pour la période allant de 1980 à 1996, met en évidence l'incidence sur la productivité globale des facteurs (PGF) de trois sources de R&D :

(1) La R&D des entreprises : l'élasticité à long terme de la PGF à la R&D des entreprises est de 0,13. Cette élasticité, qui correspond au rendement privé de la R&D, tend à augmenter avec le temps, signe de l'importance croissante des innovations dans les stratégies des entreprises, et avec l'intensité de R&D des entreprises, facteur d'absorption des connaissances des autres entreprises.

(2) La R&D publique : l'élasticité à long terme entre la recherche de l'État et des universités et la PGF est estimée à 0,17. Là encore, cette influence est d'autant plus forte que l'intensité en R&D des entreprises est élevée.

(3) La R&D étrangère : l'élasticité entre la R&D étrangère et la PGF varie entre 0,45 à 0,5. Son impact est d'autant plus fort sur les innovations que la capacité d'absorption nationale est élevée et que le pays est petit (les États-Unis, par exemple, ne bénéficient que faiblement de la R&D menée hors de ses frontières.)

* 58 La productivité globale des facteurs n'est autre que le « résidu de Solow », c'est-à-dire le progrès technique incorporé dans la production. La production résulte en effet de la combinaison du capital et du travail mais aussi du déplacement de la frontière de production au cours du temps (le progrès technique). La croissance de la production découle donc de l'augmentation de l'utilisation de chacun des facteurs de production et du progrès technique, qui explique l'évolution de la productivité globale des deux facteurs (Guellec et Ralle, 1995).

* 59 Le taux de croissance tendancielle est un taux de croissance corrigé des fluctuations conjoncturelles. Il est mieux adapté que le simple taux de croissance du PIB par habitant pour une comparaison internationale des performances économiques.

* 60 La rémunération du travail dans le PIB est de l'ordre de 70%, alors que le rapport entre le PIB et le capital demeure relativement constant. La décomposition productivité du travail/emploi a dès lors plus d'intérêt que la décomposition productivité du capital/investissement.

* 61 Les autres explications au paradoxe de Solow peuvent être trouvées dans Boyer et Didier (1998), Joly (1993) et Griliches (1992).

    retour sommaire suite