Allez au contenu, Allez à la navigation



 

N° 270

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2004-2005

Annexe au procès-verbal de la séance du 30 mars 2005

RAPPORT D'INFORMATION

FAIT

au nom de la commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées (1), à la suite d'une mission effectuée du 13 au 17 mars 2005 en Arabie Saoudite,

Par MM. Serge VINÇON, Jacques BLANC, Jean-Pierre PLANCADE,
Philippe NOGRIX et André BOYER,

Sénateurs.

(1) Cette commission est composée de : M. Serge Vinçon, président ; MM. Jean François-Poncet, Robert Del Picchia, Jacques Blanc, Mme Monique Cerisier-ben Guiga, MM. Jean-Pierre Plancade, Philippe Nogrix, Mme Hélène Luc, M. André Boyer, vice-présidents ; MM. Simon Loueckhote, Daniel Goulet, Jean-Guy Branger, Jean-Louis Carrère, André Rouvière, secrétaires ; MM. Bernard Barraux, Jean-Michel Baylet, Mme Maryse Bergé-Lavigne, MM. Pierre Biarnès, Didier Borotra, Didier Boulaud, Robert Bret, Mme Paulette Brisepierre, M. André Dulait, Mme Josette Durrieu, MM. Jean Faure, Jean-Pierre Fourcade, Mmes Joëlle Garriaud-Maylam, Gisèle Gautier, MM. Francis Giraud, Jean-Noël Guérini, Michel Guerry, Robert Hue, Joseph Kergueris, Robert Laufoaulu, Louis Le Pensec, Philippe Madrelle, Pierre Mauroy, Louis Mermaz, Mme Lucette Michaux-Chevry, MM. Charles Pasqua, Jacques Pelletier, Daniel Percheron, Jacques Peyrat, Xavier Pintat, Yves Pozzo di Borgo, Jean Puech, Yves Rispat, Josselin de Rohan, Roger Romani, Gérard Roujas, Mme Catherine Tasca, MM. André Trillard, André Vantomme, Mme Dominique Voynet.

Affaires étrangères.

INTRODUCTION

Après les attentats du 11 septembre 2001, dont quinze des dix-neuf auteurs étaient de nationalité saoudienne, l'Arabie saoudite a fait irruption sur le devant de la scène. Jusqu'alors entouré d'une grande discrétion, peu connu en dehors des milieux d'affaires, à l'exception de ses ressources en pétrole et de l'austérité de ses pratiques religieuses, le pays a fait l'objet d'un intérêt renouvelé.

Après la guerre du Golfe de 1991, le 11 septembre 2001 a représenté un second choc d'importance pour le régime saoudien, ébranlé dans ses fondements politiques et religieux et fragilisé dans sa relation traditionnelle avec les Etats-Unis.

Ce choc met en péril la dynamique de réformes dans laquelle le régime saoudien s'est engagé à la fin des années 1990 en approfondissant le dilemme auquel il est confronté, entre la nécessité de répondre aux besoins d'une société en mutation et celles de donner des gages aux courants les plus conservateurs qui la traversent.

Une délégation de votre commission des Affaires étrangères s'est rendue en Arabie saoudite du 13 au 16 mars 2005 afin d'y observer le processus de réformes entrepris. Elle a pu constater la réelle volonté des autorités saoudiennes d'impulser des changements dans un contexte de crise, crise politique, crise économique mais aussi et peut-être surtout, crise sociale.