Allez au contenu, Allez à la navigation



Prospective du couple franco-allemand

22 juin 2011 : Prospective du couple franco-allemand ( rapport d'information )
2. ... accentuée pour la seule industrie

La comparaison des coûts salariaux unitaires dans l'industrie des deux pays accentue encore ce constat de divergence.

Les coûts salariaux unitaires ont baissé en Allemagne de l'ordre de 10 % depuis 2003 contre une réduction d'environ 3 % en France.

Cette divergence n'est que très partiellement attribuable à une différence de productivité entre les deux pays.

Sans doute, dans l'industrie, en rupture avec les évolutions antérieures, la productivité horaire du travail a été légèrement plus dynamique en Allemagne qu'en France entre 2000 et 2007.

Comme, par ailleurs, le nombre d'heures de travail par semaine a légèrement plus diminué en France qu'en Allemagne où il serait supérieur de l'ordre de 45 minutes17(*), cet écart de productivité horaire peut être considéré comme représentatif des différences dans la progression de productivité du travail dans le secteur manufacturier entre les deux pays.

Au total, autour d'un cinquième de la divergence des coûts salariaux unitaires dans l'industrie serait attribuable à la dynamique des productivités dans les deux pays, l'essentiel devant être attribué à la croissance des salaires.

Dans les deux pays, à l'inverse de ce qui est advenu en Europe, le coût unitaire en salaires de la production industrielle a rétrogradé mais la divergence observée en Allemagne a été particulièrement nette.

Ces constats sont corroborés par d'autres données résultant de découpages temporels un peu différents et d'une séparation entre les secteurs concurrentiels en général et la seule industrie manufacturière.

Source : Ministère de l'économie des finances et de l'industrie

Dans la première période (1991-2001), les coûts salariaux augmentent plus en Allemagne qu'en France, l'industrie française pratiquant une « modération salariale » particulièrement marquée. L'écart de compétitivité-coût se creuse à l'avantage de la France.

Puis, à partir de 2002, l'Allemagne voit ses coûts salariaux unitaires se réduire, la France relâchant un peu la pression sur les salaires pratiqués dans les secteurs concurrentiels.


* 17 À ce niveau d'écart, la significativité des données est plus qu'hasardeuse.