Allez au contenu, Allez à la navigation



Prospective du couple franco-allemand

22 juin 2011 : Prospective du couple franco-allemand ( rapport d'information )
3. ... en lien avec les gains réalisés par l'Allemagne en Europe

Pour l'Allemagne, la quasi-stabilisation des parts de marché a été acquise grâce à l'augmentation de ses parts de marché dans l'Union européenne à 27 où l'Allemagne a gagné 1,7 point du total des exportations entre 2000 et 2009.

Les parts de marché de la zone euro de l'Allemagne augmentent plus nettement encore (+ 2,3 % entre 1999 et 2008).

En revanche, sur les autres marchés, l'Allemagne - même si c'est moins que la France - a perdu une partie de ses positions commerciales, notamment à l'avantage de la Chine.

Au niveau mondial, le recul de l'Allemagne, a été très spectaculaire par rapport au pic des années 80. Mais il paraît désormais endigué grâce aux gains réalisés par rapport aux pays européens, gains qui sont concentrés dans la zone euro.

Pour la France, la majorité des pertes de parts de marché a concerné le marché européen.

Le tableau ci-dessous récapitule ces informations.

Variation des parts de marché en valeur de l'Allemagne et de la France (1995-2005)

 

Part de marché en 1995

Variation (en points de pourcentage)

1995-2000

2000-2005

1995-2005

Parts de marché mondial hors intra-européen

       

Allemagne

5,8 %

- 1,02

+ 0,79

- 0,23

France

2,8 %

- 0,36

- 0,04

- 0,40

Parts de marché mondial incluant l'intra-européen

       

Allemagne

10,7 %

- 1,53

+ 1,30

- 0,23

France

5,8 %

- 0,79

- 0,22

- 1,01

Source : CAE - Rapport n° 81 - Performances à l'exportation de la France et de l'Allemagne - Lionel Fontagné et Guillaume Gaulier.

En 1995, l'Allemagne réalise près de 11 % des exportations mondiales soit à peu près deux fois plus que la France. Dans les années 1995-2000, les deux pays perdent des parts de marché dans des proportions équivalentes (avec un recul autour de 14 %).

Mais, par la suite, l'Allemagne récupère une partie de ses marchés alors que la France continue à enregistrer des pertes de ses positions relatives. Celles-ci sont à peu près endiguées en dehors de l'espace européen mais, mêmes atténuées, elles se poursuivent au niveau mondial, sous l'effet d'un recul des parts des exportations françaises sur le marché européen.

De son côté, l'Allemagne réalise ses performances d'exportateur sur le marché européen et, plus précisément, en zone euro. Sur les autres marchés, elle enregistre un recul de ses positions qui, pour être moins net que pour la France n'en est pas moins inquiétant en raison du poids de ces marchés sur l'activité productive du pays.

Ainsi, en l'état plutôt que de conduire à conclure une adaptation réussie de l'Allemagne à la mondialisation les exportations allemandes doivent inspirer le constat d'une performance du pays sur les marchés de la zone euro là où les contre-performances de la France se constatent principalement.

Toutefois, les pertes de parts de marché de la France à l'exportation ne sont pas exclusivement dues à l'Allemagne.

La position exportatrice de la France recule également comparée aux pays de la zone euro hors Allemagne.