Allez au contenu, Allez à la navigation



Prospective du couple franco-allemand

22 juin 2011 : Prospective du couple franco-allemand ( rapport d'information )

C. DES GAINS DE PRODUCTIVITÉ PLUS ÉLEVÉS EN FRANCE QU'EN ALLEMAGNE ?

Ainsi qu'on l'a exposé, appréciées sur les dix dernières années, les performances de croissance de l'économie française apparaissent supérieures à celles de l'Allemagne.

Ce constat ne résulte pas seulement d'une plus forte dynamique de la population employée mais aussi de gains de productivité supérieurs.

Ce dernier résultat, qui a de quoi surprendre étant donné la composition des activités productives dans les deux pays - un pays plus industriel comme l'Allemagne devant théoriquement dégager des gains de productivité plus élevés -, est propice à une plus forte dynamique des salaires en France.

Deux pays ayant la même croissance salariale mais des gains de productivité du travail différents, voient le différentiel des coûts salariaux unitaires améliorer la position compétitive du pays où les gains de productivité sont les plus importants. Inversement, un pays qui connaît des gains de productivité plus élevé peut distribuer davantage de salaires sans réduire sa compétitivité au regard de ses coûts salariaux.

1. Une croissance française globalement supérieure du fait de la dynamique de l'emploi...

Sans doute faut-il d'abord observer que la population employée a augmenté plus en France qu'en Allemagne au cours de ces années.

Comparaison de la croissance des emplois en France et en Allemagne
(1999-2010) (en %)

De 1999 à 2010, l'emploi total aura augmenté de 9,1 % en France contre environ 5,9 % en Allemagne. La France a créé plus d'emplois que l'Allemagne, le différentiel semblant toutefois s'inverser en toute fin de période. La France a tiré de cette plus forte dynamique un avantage équivalent à un surcroît de croissance de 3,2 points environ (sur un total de 8,9 points).

Considérés sur une période plus restreinte éliminant les deux extrémités de la période - la première marquée par une très forte hausse de l'emploi en lien avec le pic conjoncturel de la fin des années 90, la seconde par un recul du fait de la crise - le différentiel entre les deux pays est confirmé bien qu'un peu atténué.

Croissance de l'emploi
(Taux annuel en %)

 

Allemagne

France

2001

+ 0,4

+ 1,8

2002

+ 0,6

+ 0,6

2003

- 0,9

+ 0,1

2004

+ 0,4

+ 0,1

2005

- 0,1

+ 0,6

2006

+ 0,6

+ 1

2007

+ 0,7

+ 1,4

2008

+ 1,4

+ 0,6

Cumul 2001-2008

+ 4,1

+ 6,4

Entre 2001 et 2008, la France a créé plus d'emplois que l'Allemagne, la différence s'élevant à environ 2 points. On note toutefois, à partir de 2007, une inversion de la hiérarchie des performances des deux pays.