Allez au contenu, Allez à la navigation



Prospective du couple franco-allemand

22 juin 2011 : Prospective du couple franco-allemand ( rapport d'information )

B. UN RÉÉQUILIBRAGE DE LA CROISSANCE EN L'ALLEMAGNE EXERCERAIT DES EFFETS FAVORABLES SUR LES BALANCES COMMERCIALES AU SEIN DE LA ZONE EURO

Une accélération de la demande intérieure allemande aurait des effets favorables sur ses partenaires.

Les effets favorables de l'accélération de la demande intérieure en Allemagne sur ses partenaires peuvent passer par différents canaux.

Sur le plan des échanges commerciaux, une amélioration de leur balance commerciale peut se produire.

Les importations de l'Allemagne pourraient augmenter si l'appareil productif du pays n'était pas en mesure d'absorber le supplément de demande ou (et) si l'élévation du niveau de la demande intérieure augmentait l'inflation intérieure de sorte que la compétitivité des produits étrangers sur le marché domestique devait s'améliorer.

Les exportations allemandes pourraient baisser si le taux de chômage réel du pays s'appréciait à la suite de tensions sur les coûts de production ou (et) si les producteurs nationaux choisissaient d'affecter davantage de leur production à la satisfaction du marché intérieur.

Sur le plan financier, la réduction des capacités de financement de l'Allemagne pourrait diminuer l'ampleur des écarts de taux d'intérêt entre pays et ôter une partie de leur avantage comparatif aux débiteurs allemands ou (et) alléger la prime payée par les partenaires d'autant qu'elle se combinerait pour eux avec davantage de croissance.

Ces enchaînements théoriques semblent conformes par différentes simulations économétriques.

Ainsi en va-t-il de la simulation de la DGTPE déjà mentionnée qui suggère que la réduction de l'excédent allemand serait en partie distribuée à ses partenaires européens à travers l'accélération des importations suivant celle de la demande intérieure.

De même, la commission européenne souligne l'impact de la relative résistance de la consommation intérieure allemande sur le rééquilibrage des balances courantes pendant la crise économique.

La crise s'est traduite par d'amples et inégales variations des demandes intérieures.

On relève que la demande allemande s'est relativement moins repliée que pour les autres pays européens. Dans ce contexte de réalignement des demandes domestiques en Europe, une réduction des déséquilibres commerciaux est intervenue67(*).

Évolutions de la demande intérieure et de la balance commerciale
(entre 2007 et 2009)

* *

*

De calculs approximatifs, on peut déduire que si la demande intérieure avait suivi en Allemagne la croissance de la demande intérieure dans la zone euro entre 2001 et 2007, le niveau des importations allemandes venant de ces pays atteindrait un volume supérieur de l'ordre de 60 milliards, soit 1 point de PIB supplémentaire pour les 14 pays partenaires.

Les questions que posent la soutenabilité de la trajectoire allemande ainsi que les effets des restructurations entreprises font pencher la balance des probabilités d'un changement d'équilibre dans un sens plutôt favorable. Mais, par d'autres aspects, l'économie allemande présente des caractéristiques qui conduisent à redouter la pérennisation de sa trajectoire. Ainsi, la probabilité d'un changement de trajectoire en Allemagne comporte beaucoup d'incertitudes.


* 67 Une partie seulement de cet ajustement peut être attribuée à la hausse de la part de la demande intérieure allemande dans le total des demandes intérieures en Europe (il faut par ailleurs tenir compte du reste du monde).