Allez au contenu, Allez à la navigation

Pour une intelligence artificielle maîtrisée, utile et démystifiée - Rapport

15 mars 2017 : Pour une intelligence artificielle maîtrisée, utile et démystifiée - Rapport ( rapport d'information )

C. LA MÉTHODE DE TRAVAIL

1. Une méthode de travail fondée sur des auditions bilatérales et des déplacements en France et à l'étranger

À la suite de l'adoption de l'étude de faisabilité le 28 juin 2016, vos rapporteurs ont procédé à des auditions bilatérales et effectué des déplacements.

Ce point est développé en annexe du présent rapport, avec une présentation des auditions bilatérales et des déplacements de vos rapporteurs en France et à l'étranger (États-Unis, Royaume-Uni, Suisse, Belgique).

Il s'agissait pour mémoire des déplacements suivants :

- un déplacement aux États-Unis d'Amérique du 22 au 29 janvier 2017, pour rencontrer des spécialistes de l'intelligence artificielle, à Washington à l'Institut de technologie du Massachusetts (MIT), à la Harvard Kennedy School of Government, à l'Université de Washington, à l'Université de Stanford, à l'Université de Berkeley, ainsi que des représentants de Facebook (Menlo Park, Palo Alto), de Google (Mountain View), d'Apple (Cupertino) et de Salesforce (San Francisco)... ;

- trois déplacements en Europe : à Genève du 21 au 22 septembre 2016 (HBP et BBP du Brain Mind Institute de l'École polytechnique fédérale de Lausanne, EPFL), au Royaume-Uni du 13 au 16 décembre 2016 (Chambre des Communes, Royal Society, Alan Turing Institute, Future of humanity Institute de l'Université d'Oxford, CSER et LCFI de Cambridge...) et à Bruxelles du 8 au 9 février 2017 (laboratoire d'intelligence artificielle de l'Université libre de Bruxelles, institutions européennes...) ;

- un déplacement en France métropolitaine, à Arcachon du 26 au 30 septembre 2016, pour participer à un séminaire sur l'éthique de l'intelligence artificielle organisé par la commission de réflexion sur l'éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique d'Allistene (CERNA).

2. L'organisation d'une journée d'auditions publiques au Sénat le 19 janvier 2017

Une journée d'auditions publiques a été conduite au Sénat le 19 janvier 201731(*). L'organisation de cette journée a conduit une revue spécialisée à conclure que « les pouvoirs publics s'emparent de la question de l'intelligence artificielle »32(*).

Vos rapporteurs relèvent que ces auditions ont constitué un record d'audience pour le Sénat33(*). La chaîne Public Sénat en a tiré une émission spéciale, diffusée le lendemain de la journée d'auditions34(*).

3. La consultation d'ouvrages, de rapports et d'articles parus sur le sujet

Vos rapporteurs ont enrichi leurs connaissances par la consultation d'ouvrages, de rapports et d'articles parus sur le sujet. Il existe peu de « manuels » d'intelligence artificielle sur le marché. Un état de la connaissance, intitulé Panorama de l'intelligence artificielle, ses bases méthodologiques, ses développements35(*), a été dirigé en 2014 par Pierre Maquis, Odile Papini et Henri Prade. Il s'agit, avec ses trois volumes, de l'un des manuels plus complets en langue française, même si d'autres ouvrages plus anciens ont pu être consultés36(*).

La troisième édition du manuel de Stuart Russell et Peter Norvig « Artificial Intelligence : A Modern Approach » reste inégalée37(*). Vos rapporteurs ont rencontré l'un de ses deux auteurs, Stuart Russell, professeur à Berkeley, très engagé dans le débat public sur l'intelligence artificielle. Une traduction française de cet ouvrage est disponible, avec le concours de Laurent Miclet et Fabrice Popineau.

Écrit par deux experts de renommée mondiale, cet ouvrage constitue une référence incontournable en matière d'intelligence artificielle dont il présente les principaux concepts (logique, probabilités, mathématiques discrètes et continues, perception, raisonnement, apprentissage, prise de décision et action). Il analyse l'intelligence artificielle à travers le concept d'agents intelligents. Chaque chapitre est illustré par des exemples et des activités, allant d'exercices de réflexion à des exercices de programmation, en passant par l'approfondissement des méthodes décrites, soit plus de 500 activités au total. Les auteurs exposent comment un système réussit à percevoir son environnement de manière à analyser ce qui s'y passe, et comment il transforme la perception qu'il a de son environnement en actions concrètes.

Voici une liste des sujets couverts dans leur ordre d'exposition : les contributions historiques des mathématiques, de la théorie des jeux, de l'économie, de la théorie des probabilités, de la psychologie, de la linguistique et des neurosciences ; les méthodes qui permettent de prendre des décisions lors de l'établissement d'un projet, en tenant compte des étapes à venir ; les différentes manières de représenter formellement les connaissances relatives au monde qui nous entoure ainsi que le raisonnement logique fondé sur ces connaissances ; les méthodes de raisonnement qui permettent d'établir des plans et donc de proposer des actions à entreprendre ; la prise de décisions en environnement incertain, avec les réseaux bayésiens et des algorithmes tels que l'élimination de variables et les « MCMC » (Markov Chain Monte-Carlo) ; les méthodes employées pour générer les connaissances exigées par les composants de prise de décision : les algorithmes de boosting, l'algorithme « EM » (expectation-minimization), l'apprentissage à base d'exemples et les méthodes à noyaux (SVM-machines à vecteurs de support) ; les implications philosophiques et éthiques de l'intelligence artificielle. Ces technologies seront décrites plus loin.

Des ouvrages scientifiques et/ou techniques doivent aussi être mentionnés, dont vos rapporteurs ont souvent rencontré les auteurs dans le cadre de leurs auditions et déplacements : Jean-Gabriel Ganascia, Le Mythe de la singularité, L'intelligence artificielle, Les Sciences cognitives, Hugues Bersini, De l'intelligence humaine à l'intelligence artificielle, Les fondements de l'informatique, Brèves réflexions d'un informaticien obtus sur la société à venir, Laurence Devillers, Des Robots et des hommes : mythes, fantasmes et réalité, Serge Abiteboul et Gilles Dowek, Le temps des algorithmes, Dominique Cardon, A quoi rêvent les algorithmes : nos vies à l'heure des big data, Alain Bensoussan et Jérémy Bensoussan, Droit des robots, Comparative Handbook : robotic technolgies law, Alain Bensoussan (et autres), En compagnie des robots, Alain Bensoussan, Dictionnaire politique d'internet et du numérique, Code Informatique, fichiers et libertés, Droit de l'informatique et de la télématique, Nathalie Nevejans, Traité de droit et d'éthique de la robotique civile, Jean-Yves Girard et Alan Turing, La Machine de Turing, Nick Bostrom, Super-intelligence, Yoshua Bengio, Aaron Courville et Ian Goodfellow, Deep Learning38(*) Michael Jordan, Learning in Graphical Models (Adaptive Computation and Machine Learning), Daphne Koller et Nir Friedman, Probabilistic Graphical Models : Principles and Techniques, Jean-Claude Heudin, Le Deep learning, Immortalité numérique : Intelligence artificielle et transcendance, les 3 Lois de la robotique : Faut-il avoir peur des robots ?, Robots et avatars : Le rêve de Pygmalion, Les créatures artificielles : des automates aux mondes virtuels, Jacques Ferber, Les systèmes multi-agents : vers une intelligence collective, Michael Wooldridge, Introduction to Multi-Agent Systems, Alex Pentland, Social Physics, Jean-Pierre Changeux, L'Homme neuronal, Jean-Michel Besnier, Francis Brunelle et Florence Gazeau, Un cerveau très prometteur : Conversation autour des neurosciences, ou encore un recueil de 150 avis d'experts par John Brockman intitulé What to think about machines that think. Bruce Buchanan a, quant à lui, rédigé un article très éclairant39(*) qui revient sur l'histoire de l'intelligence artificielle.

Le livre blanc d'Inria sur l'intelligence artificielle, coordonné par Bertrand Braunschweig, a été consulté40(*), ainsi que les rapports d'activités et les contrats d'objectifs de cet institut. La brochure de l'Académie des technologies intitulée « Dix Questions sur l'intelligence artificielle et la technologie » posées à l'académicien Gérard Sabah a été largement utilisée.

Vos rapporteurs ont également pu consulter des ouvrages axés sur les enjeux économiques : Henri Verdier et Nicolas Colin, L'âge de la multitude : Entreprendre et gouverner après la révolution numérique, Gilles Babinet, Transformation digitale : l'avènement des plateformes, big data, penser l'Homme et le monde autrement et L'ère numérique, un nouvel âge de l'humanité, Thibaut Bidet-Mayer, L'industrie du Futur à travers le monde, Dorothée Kohler et Jean-Daniel Weisz, L'Industrie 4.0 : Les défis de la transformation numérique du modèle industriel allemand.

Les questions éducatives ont aussi été explorées à travers différents ouvrages : Joël Boissière, Simon Fau et Francesco Pedró, Le Numérique - Une chance pour l'école, Bruno Devauchelle, Comment le numérique transforme les lieux de savoirs, Le numérique au service du bien commun et de l'accès au savoir pour tous, Philippe Meirieu, Denis Kambouchner et Bernard Stiegler, L'école, le numérique et la société qui vient, Franck Amadieu et André Tricot Apprendre avec le numérique, ainsi que des notes « Quelles priorités éducatives pour 2017-2027 ? » de France Stratégie et « L'école sous algorithme » de la fondation Terra Nova.

Quelques essais ont, enfin, retenu leur attention : Serge Tisseron, Le jour où mon robot m'aimera, Paul Dumouchel et Luisa Damiano, Vivre avec les robots, Essai sur l'empathie artificielle, Marc Dugain et Christophe Labbé, L'homme nu : la dictature invisible du numérique, Michel de Pracontal, L'Homme artificiel, Golems, robots, clones, cyborgs, Pierre Bellanger, La souveraineté numérique, Éric Sadin, La silicolonisation du monde : l'irrésistible expansion du libéralisme numérique, La vie algorithmique : critique de la raison numérique et L'humanité augmentée : L'administration numérique du monde, Luc Ferry, La Révolution transhumaniste et Bernard Stiegler, Dans la disruption : Comment ne pas devenir fou ?


* 31 Pour les auditions du 19 janvier 2017 matin, le lien est le suivant : http://videos.senat.fr/video.302142_588070cd0faea.reunion-pleniere-opecst et pour celles de l'après-midi du 19 janvier 2017 : http://videos.senat.fr/video.303157_5880bb6877f24.reunion-pleniere-opecst

* 32  https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/intelligence-artificielle/les-pouvoirs-publics-s-emparent-de-la-question-de-l-intelligence-artificielle_109899

* 33 Selon les données disponibles à la fin du mois de janvier 2017 : sur Facebook, la vidéo a été regardée en direct par 97 182 personnes, puis en différé par 8 600 personnes. Sur le site Internet du Sénat, le nombre de consultations de la vidéo s'élève à 1 839.

* 34  https://www.publicsenat.fr/emission/les-matins-du-senat/table-ronde-intelligence-artificielle-51796

* 35 Préfacé par Paul Braffort, le livre est édité par Cépaduès. Le volume 1 traite de la représentation des connaissances et de la formalisation des raisonnements, le volume 2 des algorithmes pour l'intelligence artificielle et le volume 3 des frontières et des applications de l'intelligence artificielle.

* 36 Le manuel classique, mais daté, est celui de Gérard Tisseau et Jacques Pitrat, « Intelligence artificielle : problèmes et méthodes », Presses universitaires de France, 1996. Hugues Bersini a fait paraître un ouvrage de vulgarisation chez Ellipse en 2006 : « De l'intelligence humaine à l'intelligence artificielle ».

* 37 Stuart Russell et Peter Norvig, « Artificial Intelligence: A Modern Approach », Prentice Hall, 2010. Un autre manuel plus ancien peut être cité, celui de Michael R. Genesereth et Nils J. Nilsson, « Logical Foundations of Artificial Intelligence », Los Altos Californie Morgan Kaufmann, 1987.

* 38 Ouvrage disponible en ligne : http://www.deeplearningbook.org/

* 39 Bruce G. Buchanan « A (Very) Brief History of Artificial Intelligence », AI Magazine, 2005.

* 40 Cf. https://www.inria.fr/content/download/103897/1529370/.../AI_livre-blanc_n01.pdf