Allez au contenu, Allez à la navigation

Météo-France

22 septembre 2021 : Météo-France ( rapport d'information )

III. LA NUMÉRISATION DE MÉTÉO-FRANCE PARTICIPE À LA RÉORGANISATION DE L'EXERCICE DE SES MISSIONS

A. LA RÉÉVALUATION DES PARTS RESPECTIVES DE L'HUMAIN ET DU NUMÉRIQUE IMPOSE UNE VIGILANCE PARTICULIÈRE

1. Météo-France doit saisir toutes les opportunités des évolutions technologiques

Les évolutions technologiques permettent à l'opérateur d'envisager de réévaluer les parts respectives de l'humain et du numérique dans ses activités. Cette réflexion nécessaire doit permettre à Météo-France d'optimiser sa gestion et de réaliser des gains d'efficience tout en visant une amélioration de sa qualité de service.

Dans ce cadre, l'opérateur a prévu de faire évoluer sa chaîne de production en procédant à l'automatisation de la base de prévisions amont, soit les données de base sorties des modèles de prévision numérique du temps (PNT) et de certaines de ses productions dites « aval ».

Ces automatisations sont réalisées dans un contexte d'enrichissement de l'offre de prévision numérique permis par un accroissement significatif du volume d'informations traitées. Aussi, l'exploitation de cette masse de données par les prévisionnistes devient plus complexe, d'autant qu'à cela s'ajoutent les enjeux du développement et de la généralisation de la prévision d'ensemble. L'optimisation de ces traitements de données doit également passer, de plus en plus, par les techniques de l'intelligence artificielle (IA).

2. S'assurer de la robustesse des solutions techniques avant de mettre en production des automatisations

Le projet d'automatisation de la base de production amont dit « Alpha » est particulièrement sensible car cette nouvelle base automatisée a vocation à alimenter les productions et les produits délivrés par l'opérateur. Il est ainsi essentiel de s'assurer que ce projet ne se traduise pas par des phénomènes de régression par rapport à la qualité des données actuelles retraitées par les prévisionnistes. À ce jour, ce projet en particulier n'apparaît pas encore totalement mature. Il a notamment subi des retards liés au confinement du printemps 2020. D'importants travaux sont encore nécessaires pour tester et ajuster l'outil. Il est notamment indispensable de prévoir une phase de test en double commande suffisamment longue et représentative du point de vue des évènements météorologiques pour pouvoir s'assurer de la fiabilité et de la qualité des développements. Aussi, Météo-France a prévu de décaler le calendrier du projet pour basculer en mode tout automatique à l'horizon 2023. Ce décalage, indispensable pour garantir le maintien de la qualité des services rendus par l'opérateur implique notamment d'ajuster l'objectif de diminution d'effectif qui était prévu en 202258(*).

En ce qui concerne ses productions « aval », Météo-France a procédé à l'automatisation de ses bulletins départementaux hormis pour les départements alpins du fait de leurs enjeux spécifiques. L'opérateur prévoit aussi de mettre en oeuvre une initialisation automatisée de ses bulletins de surveillance. En revanche, les bulletins de sécurité restent rédigés par des prévisionnistes.

L'automatisation des bulletins départementaux a pu être réalisée grâce au logiciel AGAT59(*). Afin d'identifier et de corriger les faiblesses de ce programme, des prévisionnistes ont évalué la fiabilité des bulletins automatisés entre les mois de novembre 2019 et d'octobre 2020. Si la valeur de l'indicateur construit par l'établissement apparaît comme satisfaisant et témoigne d'une qualité globale puisqu'il dépasse les 94 %, il n'en demeure pas moins que la solution semble présenter encore certaines limites et notamment pour les situations à enjeux. Ainsi, des phénomènes météorologiques potentiellement à risque, tels que de fortes chutes de neige, peuvent être négligées par le logiciel de génération de texte automatique et passer plus ou moins inaperçus dans le bulletin. Les formulations ne sont pas toujours adaptées et manquent parfois de détails ou de nuances60(*).

Météo-France continue de faire évoluer et de perfectionner le logiciel AGAT afin de corriger ces insuffisances. Les nouvelles capacités de calcul intensif de l'établissement vont l'y aider.

Le projet d'initialisation automatique des bulletins de surveillance n'est quant à lui pas encore mature, du fait, là encore, des limites actuelles du logiciel AGAT. Dans la plupart des cas, les bulletins de surveillance dont l'initialisation est automatisée ne peuvent pas être diffusés en l'état au bénéficiaire et doivent faire l'objet d'un retraitement manuel. Pour résoudre ces difficultés, Météo-France a engagé la conception d'un logiciel de nouvelle génération baptisé PROMETHEE.

Ces difficultés, inhérentes à tout projet de cette nature, ne doivent pas affecter les services rendus par l'opérateur et il convient de veiller à garantir la robustesse des solutions techniques avant toute mise en service de nouvelles automatisations.


* 58 C'est l'objet de la recommandation n° 7 du rapporteur.

* 59 Logiciel de génération automatique de texte.

* 60 Un phénomène peut sembler sous-estimé ou l'inverse.