Allez au contenu, Allez à la navigation

GOURJU Antonin

Ancien sénateur du Rhône

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 28 janvier 1900
  • Réélu le 11 janvier 1920
  • Fin de mandat le 10 mars 1926 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

1889-1940

GOURJU (ANTOINE-PIERRE, dit Antonin), né le 11 septembre 1847 à Lyon (Rhône), mort le 10 mars 1926 à Lyon.

Sénateur du Rhône de 1900 à 1909 et de 1920 à 1926.

Docteur en droit, licencié ès lettres, ancien combattant de 1870, avocat à la cour d'appel de Dijon de 1868 à 1871, au barreau de Roanne en 1871, bâtonnier de 1874 à 1876, avocat à la cour d'appel de Lyon en 1878, membre du Conseil de l'ordre, Antonin Gourju appartient à une famille d'universitaires.

Conseiller municipal du ILe arrondissement de Lyon en 1896, conseiller général du 2e canton du Rhône en 1898, doyen d'âge de l'assemblée départementale en 1919, il est élu pour la première fois au Sénat le 28 janvier 1900, au deuxième tour de scrutin par 372 voix sur 745 votants. Il se représente au renouvellement du 3 janvier 1909 mais n'obtient que 371 voix sur 757 votants et n'est pas réélu. Il en est de même le 11 août 1912 où, au troisième tour de scrutin, il ne recueille que 369 voix contre 384 à M. Herriot qui est élu.

Le 11 janvier 1920 il fait à nouveau acte de candidature et est cette fois élu au deuxième tour de scrutin par 392 voix sur 761 votants.

Membre de la fédération républicaine de France, il est inscrit au groupe progressiste de la gauche républicaine du Sénat dont il est le secrétaire.

Il siège au sein des commissions suivantes : administration départementale et communale, armée, comptabilité législation civile et criminelle et de nombreuses commissions spéciales.

Il est l'auteur de propositions de loi relatives notamment au contrat d'association, à la libre disposition pour la femme des fruits de son travail et de rapports concernant les droits de douane, l'accession des indigènes d'Algérie aux droits politiques et des problèmes d'intérêt communal.

A la tribune du Sénat il intervient fréquemment sur la contribution des patentes, l'organisation municipale de Lyon, le recrutement de l'armée, l'enseignement secondaire, la durée du service militaire, la séparation des Eglises et de l'Etat, l'amnistie, le droit de vote des femmes.

Président de la commission départementale pour l'aménagement du Rhône, Antonin Gourju soulignait la nécessité de créer un canal latéral au fleuve établi à grande section sur la rive gauche et disposé de telle façon qu'il satisfasse aux exigences d'une navigation constante et des besoins industriels de la vallée tant présents que futurs. Inébranlablement fidèle au programme qu'il avait signé en 1906, ce fut toujours un républicain progressiste et libéral irréductible. A ses yeux, le respect de la liberté pour tous, même et surtout pour ceux qui ne pensaient pas comme lui, était l'idéal qui éclaire toute sa politique.

Il mourut à Lyon en cours de mandat à l'âge de 78 ans, le 10 mars 1926. Antonin Gourju publia divers ouvrages : Etudes sur les réserves successorales (1870), La Côte-d'Or au siège de Paris (1871), A la recherche d'une seconde Chambre (1874).

Il collabora à plusieurs journaux.

Il était titulaire de la Médaille de 1870.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Antonin GOURJU, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 11 novembre 1847
Décédé le 10 mars 1926
Profession
Avocat
Département
Rhône
  • Mis à jour le 24 novembre 2014