Allez au contenu, Allez à la navigation

HONNORAT André

Ancien sénateur des Basses-Alpes

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 9 janvier 1921
  • Réélu le 14 janvier 1930
  • Réélu le 10 janvier 1939
  • Fin de mandat le 21 octobre 1945

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

HONNORAT (ANDRÉ), né le 10 décembre 1868 à Paris.

Député des Basses-Alpes de 1910 à 1921.

Sénateur des Basses-Alpes de 1921 à 1945.

Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts du 20 janvier 1920 au 16 janvier 1921.

Journaliste à l'origine, André Honnorat s'était distingué dès 1896 en fondant l'Alliance nationale pour l'accroissement de la population française. Il fut chef de cabinet de Lanessan, ministre de la Marine et de Dubief, ministre de l'Intérieur. Sa carrière administrative l'amena au grade de sous-directeur au ministère de la Marine.

Il était conseiller général du canton de Lauzet lorsqu'il fut élu député, pour la première fois, dans le département des Basses-Alpes, le 24 avril 1910. Il devait être réélu le 26 avril 1914 et le 16 novembre 1919.

Son activité parlementaire fut considérable pendant cette période. Il s'intéressa particulièrement : aux retraites ouvrières et paysannes, aux habitations ouvrières, à l'expropriation pour cause d'utilité publique, à la caisse nationale pour la vieillesse, à l'impôt sur le revenu, au fonds national de chômage, aux plans d'extension des villes, à l'institution de dispensaires d'hygiène sociale, aux dépenses militaires, à l'utilisation de l'énergie hydraulique.

Une telle activité le prédisposait à une carrière ministérielle. Le 20 janvier 1920, il fut nommé ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts dans le premier cabinet Millerand et conserva ce portefeuille jusqu'au 24 septembre 1920. En cette qualité, il soutint brillamment le budget de son ministère et prit l'initiative d'un projet de loi tendant à la translation au Panthéon de l'urne contenant le coeur de Léon Gambetta.

A la chute du cabinet Millerand, le 20 septembre 1920, Georges Leygues lui offrit de conserver son portefeuille dans son cabinet. Il accepta et continua à gérer ce ministère jusqu'au 16 janvier 1921. C'est alors qu'il fit voter le projet de loi relatif à la translation à Paris des restes d'un soldat inconnu mort pour la France.

11 fut élu sénateur des Basses-Alpes pour la première fois le 9 janvier 1921 et se démit de son mandat de député le 22 mars suivant. Il fut réélu le 20 octobre 1929 et le 23 octobre 1938.

Au Sénat, son activité parlementaire ne se relâcha pas et continua à porter sur la plupart des questions qu'il avait traitées lors de ses mandats de député. Il siégeait sur les bancs de l'union républicaine.

Il devint, en 1925, président du Comité national de défense contre la tuberculose et devait le rester jusqu'à sa mort. Hommage mérité à un homme qui, dès 1920, avait été l'un des promoteurs de la législation antituberculeuse en France. André Honnorat fut à l'origine de diverses réformes aujourd'hui entrées dans les moeurs, la plus connue étant l'heure d'été.

Mais son oeuvre majeure demeure la création de la cité universitaire de Paris, dont la construction commença en 1921 et dont il fut président-fondateur jusqu'à sa mort. Qui se souvient aujourd'hui de l'acte de volonté prodigieusement opiniâtre d'un homme qui, par son efficacité, fit surgir du chaos de nos administrations une ville studieuse dont l'originalité troubla d'abord l'Université et dont l'utilité dut s'affirmer dans les faits. La cité universitaire de Paris doit tout à André Honnorat : il en conçut l'idée, en poursuivit avec ténacité la réalisation et en fut jusqu'à sa mort le principal animateur.

Lors du scrutin du 10 juillet 1940, à Vichy, il s'abstint volontairement.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

HONNORAT (André)

Né le 10 décembre 1868 à Paris

Décédé le 24 juillet 1950 à Paris

Député des Basses-Alpes de 1910 à 1921

Sénateur des Basses-Alpes de 1921 à 1945

Ministre de l'instruction publique et des beaux-arts du 20 janvier 1920 au 16 janvier 1921

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VI, p. 1969, 1970)

Président-fondateur de la Cité universitaire de Paris, André Honnorat en poursuit le développement pendant l'occupation. Malgré la réquisition des locaux par l'occupant, il cherche à accroître le patrimoine scientifique et de référence de la Cité. Il résume ainsi ses activités en 1944 : « voici près de deux ans que nous nous efforçons de réunir en prévision du jour où la Cité universitaire sera rendue à sa destination, une collection d'ouvrages et de documents de toute nature sur les ressources que la France peut offrir aux travailleurs de l'esprit ».

Le 24 février 1947, il est reçu à l'Académie des Sciences morales et politiques.

Après la guerre, André Honnorat conserve son mandat de conseiller général des Basses-Alpes. Il s'intéresse en particulier à l'équipement hydroélectrique de son département et suit le projet du barrage de Serre-Ponçon.

André Honnorat meurt à Paris le 24 juillet 1950, à l'âge de 81 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. André HONNORAT, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 10 décembre 1868
Décédé le 24 juillet 1950
Profession
Journaliste
Département
Basses-Alpes
  • Mis à jour le 28 juillet 2014