Allez au contenu, Allez à la navigation

MOUNIE Auguste

Ancien sénateur de la Seine

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 9 janvier 1927
  • Réélu le 14 janvier 1936
  • Fin de mandat le 3 décembre 1940 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1927 , 1928 , 1929 , 1930 , 1931 , 1932 , 1933 , 1934 , 1935 , 1936 , 1937 , 1938 , 1939 , 1940

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

MOUNIÉ (AUGUSTE), né le 4 janvier 1873 à Roumengoux (Ariège), mort le 3 décembre 1940 à Antony (Seine).

Sénateur de la Seine de 1927 à 1940.

Secrétaire d'Etat au Travail du 13 décembre 1930 au 22 janvier 1931.

Originaire de Roumengoux, petite localité de 158 habitants sur les bords de la rivière l'Hers, à 40 kilomètres de Foix, où son père était instituteur, Auguste Mounié fit de bonnes études secondaires et vint à Paris où il obtint, en 1898, le diplôme de pharmacien de première classe, puis, en 1903, celui de docteur de l'Université. Il s'installa à Antony près de Sceaux et devint pharmacien de l'infirmerie centrale des prisons de la Seine.

Très vite, il se lança dans la vie publique pour propager les idées démocratiques dont il était imbu. Conseiller municipal dès 1908, il fut élu maire d'Antony en 1912 et devait le rester jusqu'à sa mort. Prévoyant le développement de la région parisienne, il étudia les problèmes de l'urbanisme, acquit une grande compétence en la matière et appliqua ses connaissances à la gestion de sa commune. Pendant la grande guerre, il créa toute une série d'oeuvres d'assistance, qu'après la victoire il transforma en oeuvres d'après-guerre réunies en une fédération.

En 1919, il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur.

La même année, il était élu conseiller général pour la 2e circonscription du canton de Sceaux. A l'assemblée départementale - dont il assuma la vice-présidence de juillet 1923 à juillet 1924 - il se préoccupa surtout du sort des petites gens et mena une véritable offensive contre les pratiques scandaleuses de certains lotisseurs.

En 1927, il se présenta aux élections sénatoriales comme candidat radical-socialiste sur la liste Steeg et fut élu sénateur de la Seine le 9 janvier, au second tour, par 671 voix sur 1.071 votants. Il siégea au groupe de la gauche démocratique. Assidu et travailleur, il participa aussitôt aux débats de plusieurs commissions : enseignement, hygiène, travail, assistance et prévoyance sociales, etc... En 1931, il est membre de la commission de l'Algérie, l'année suivante vice-président de la commission de l'hygiène et il entre à celle des colonies ; puis il siège à celle des finances, en 1934 à la commission de la réforme de l'Etat. Ces commissions lui confient souvent la charge de rapporteur. Lui-même dépose de nombreuses propositions de loi et intervient très fréquemment sur les sujets qui lui tiennent à coeur : questions sociales et urbanisme.

Le 13 décembre 1930, le président Steeg lui avait confié le sous-secrétariat d'Etat au Travail ; mais son ministère, renversé le 22 janvier 1931, dura trop peu pour permettre à Auguste Mounié d'appliquer sa grande compétence aux questions de prévoyance sociale.

Le 20 octobre 1935, il était réélu au premier tour par 801 voix sur 1.249 votants.

En 1939, il fut nommé questeur du Sénat.

Aux heures tragiques de l'invasion, il continua d'accomplir sa tâche, tant au Palais du Luxembourg qu'à sa mairie d'Antony ; mais il fut emporté le 3 décembre 1940 par une crise cardiaque à l'âge de 67 ans.

Il n'avait pas pris part, le 10 juillet 1940, au vote sur le projet de loi accordant les pleins pouvoirs constitutionnels au maréchal Pétain.

Il siégeait à de très nombreux organismes : comité consultatif d'hygiène pénitentiaire, conseil d'hygiène et de salubrité publique du département de la Seine, comité départemental des mutilés de guerre, commission de surveillance de l'hospice Raspail, commission supérieure d'aménagement de la région parisienne, etc..

Les palmes d'officier de l'Instruction publique, la médaille d'or de la Prévoyance sociale, le ruban de chevalier de la Légion d'honneur furent la récompense de son mérite.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

MOUNIÉ (Auguste)

Né le 4 janvier 1873 à Roumengoux (Ariège)

Décédé le 3 décembre 1940 à Antony (Seine)

Sénateur de la Seine de 1927 à 1940

Secrétaire d'Etat au travail du 13 décembre 1930 au 22 janvier 1931

Resté maire d'Antony, Auguste Mounié fut emporté le 3 décembre 1940 par une crise cardiaque à l'âge de 67 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Auguste MOUNIE, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 4 janvier 1873
Décédé le 3 décembre 1940
Profession
Pharmacien
Département
Seine
  • Mis à jour le 20 août 2014