Allez au contenu, Allez à la navigation

PHILIP Jean

Ancien sénateur du Gers

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 11 janvier 1920
  • Réélu le 6 janvier 1924
  • Réélu le 10 janvier 1933
  • Fin de mandat le 31 décembre 1941

Extraits de la table nominative :

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

PHILIP (JEAN), né le 6 octobre 1868 à Mauvezin (Gers).

Sénateur du Gers de 1920 à 1941.

Jean Philip, né aux confins de l'Armagnac, était fils d'un père cévenol et d'une mère gasconne. Il fit de brillantes études secondaires au lycée de Montauban, puis au collège Sainte-Barbe. La culture classique l'attirait ; il avait une belle connaissance du latin. Elève de rhétorique supérieure au lycée Louis le grand, il obtint en 1886 le premier prix de discours français au concours général. Après avoir mené de front des études littéraires et des études de théologie protestante, qui le conduisent à fréquenter les universités allemandes de Heidelberg, Berlin et Greifswald, il revient dans sa petite ville natale comme pasteur de l'Eglise réformée, alors encore liée à l'Etat. Mais il se rend bientôt compte que là n'est pas sa véritable vocation et il cesse au bout de quelques années d'exercer un ministère pour lequel il ne se sent pas fait.

Passionné pour les questions sociales, il crée à Mauvezin un « cercle social » qui tend à développer les rencontres entre classes sociales différentes. Il adhère au parti radical-socialiste.

Jean Philip essaie alors de se lancer dans la politique. Lors d'une élection partielle à la Chambre des députés, dans l'arrondissement de Lectoure, en 1902, il présente sa candidature mais subit une défaite, due peut-être à son inexpérience des joutes électorales.

Après cet échec, il revient à Paris et se tourne vers le journalisme où il débute en 1904. Il est d'abord codirecteur du journal Les Droits de l'Homme. Ferdinand Buisson, député du XIIIe arrondissement, dont il avait été le secrétaire, le recommande à Clemenceau qui l'accueille à l'Aurore et qui le forme à son école.

Lorsque Clemenceau devient ministre de l'Intérieur, en 1906, il l'appelle auprès de lui comme chef de son cabinet. Mais Jean Philip y reste peu de temps. Il est nommé sous-préfet de Reims, puis consul de France, d'abord à Monaco, ensuite à Venise. La carrière diplomatique, elle aussi, le déçoit : il démissionne.

Pendant la guerre de 1914-1918, Jean Philip, qui en raison de son âge ne pouvait servir dans l'armée active, s'occupe, avec la Croix-Rouge américaine, de l'oeuvre des prisonniers de guerre ainsi que de l'aide aux orphelins.

En 1919, il se présente à nouveau aux élections à la Chambre des députés, dans son département natal, mais, cette fois encore, il est battu de quelques voix. Cependant, quelques mois plus tard, les élections sénatoriales lui permettent d'accéder au Parlement : le 11 janvier 1920, en effet, il est élu sénateur du Gers au deuxième tour de scrutin par 424 voix sur 707 suffrages exprimés.

Il restera au Sénat jusqu'en 1941, son mandat ayant été renouvelé le 6 janvier 1924, au premier tour, par 474 voix sur 701 suffrages exprimés et le 16 octobre 1932, toujours au premier tour, par 525 voix sur 709 suffrages exprimés, malgré les violentes attaques de ses adversaires. Il était inscrit au groupe de la gauche démocratique.

Au cours de son mandat sénatorial, Jean Philip manifesta une très grande activité. De 1921 à 1934, il fit partie de la commission des affaires étrangères, dont il fut nommé secrétaire à partir de 1925. Il fut membre de la commission des colonies à partir de 1923 et présenta notamment, au nom de cette commission, les rapports relatifs au renouvellement du privilège de la Banque de l'Afrique occidentale française (1929) et de celui de la Banque de l'Indochine (1931). En 1924, il participa aux travaux de la commission de l'hygiène et de la commission de l'enseignement. Mais c'est au sein de la commission des finances, à laquelle il appartenait depuis 1925, que son travail fut le plus remarquable. Il fut chargé d'établir les rapports sur de nombreux projets de loi autorisant des dépenses de caractère éducatif, culturel ou scientifique. A partir de 1927, ses collègues lui confièrent le soin de présenter le rapport spécial sur le budget de l'Instruction publique, ce dont il s'acquitta avec brio et ce qui lui permit d'attirer chaque année l'attention des pouvoirs publics sur tous les grands problèmes de l'enseignement. Jean Philip connaissait particulièrement bien ces questions et déposa plusieurs rapports et propositions concernant le statut du personnel enseignant, la responsabilité de l'Etat et des maîtres, le développement de l'enseignement obligatoire, etc... Il s'intéressa également à des questions juridiques, sociales, agricoles.

Jean Philip fut encore l'auteur de plusieurs interpellations qui donnèrent lieu à des débats animés.

Le 10 juillet 1940, Jean Philip, excusé, ne prit pas part au vote sur le projet de loi constitutionnelle présenté par le gouvernement du maréchal Pétain.

Outre son mandat sénatorial, il avait été investi de diverses fonctions électives locales puisqu'il était conseiller général du canton de Mauvezin et maire de Mauvezin.

Il ne renonça jamais à sa première vocation : la vocation littéraire : son petit livre sur l'histoire du protestantisme dans le vicomté de Fézensaguet- dont Mauvezin était la capitale - est encore consulté par les spécialistes. Longtemps il collabora à la revue La France active, où il écrivait une vivante chronique du Sénat sous le titre La petite tribune. Il fut également l'auteur d'un recueil : Souvenirs d'un parlementaire désabusé paru dans La France active en avril, mai, juin 1936.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

PHILIP (Jean)

Né le 6 octobre 1868 à Mauvezin (Gers)

Décédé le 18 février 1952 à Mauvezin (Gers)

Sénateur du Gers de 1920 à 1941

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VII, p. 2683)

Absent le 10 juillet 1940, Jean Philip ne prend pas part au vote sur le projet de loi constitutionnelle. Ensuite, il se retire de la vie politique.

Il meurt le 18 février 1952 à Mauvezin.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Jean PHILIP, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 6 octobre 1868
Décédé le 18 février 1952
Profession
Pasteur
Département
Gers
  • Mis à jour le 31 octobre 2014