Allez au contenu, Allez à la navigation

JEZEQUEL Yves

Ancien sénateur des Côtes-du-Nord

  • IVème République

    Ancien sénateur de la
    IVe République

Election

  • Elu le 7 novembre 1948
  • Réélu le 18 juin 1955
  • Fin de mandat le 26 avril 1959 (Ne se représente pas)

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

JÉZEQUEL (Yves)

Né le 21 mai 1890 à Lannion (Côtes-du-Nord)

Décédé le 17 septembre 1959 à Lézardrieux (Côtes-du-Nord)

Conseiller de la République, puis Sénateur des Côtes-du-Nord de 1948 à 1958.

Yves Jézequel a vingt-quatre ans quand est déclarée la Première guerre mondiale. Il exerce alors la profession d'administrateur des colonies qu'il interrompt pour partir au combat. Il y est gravement blessé et réformé pour cécité. Au retour du front, il devient maire de Trédarzec, fonction qu'il occupe de 1919 à 1923. Pendant la guerre de 1939-45, il paie un autre tribut à la patrie : il perd son fils et sa fille résistants, morts en déportation. De ces épreuves, il est justement récompensé par la Croix de guerre et le titre de commandeur de la Légion d'honneur à titre militaire.

Au sortir de la guerre, il s'inscrit sur la liste d'union républicaine (rassemblement des gauches républicaines, des indépendants et du RPF), lui-même étant UDSR. Sa carrière politique débute alors réellement : en octobre 1945, il est élu conseiller général de Lézardrieux puis maire de cette même ville en octobre 1947, postes auxquels il est réélu respectivement en 1951 et en 1953. Il se présente en 1948 au Conseil de la République, est élu et inaugure une activité parlementaire florissante. Yves Jézequel est membre des commissions de la marine et des pêches d'une part, des pensions civiles et militaires et des victimes de guerre et de l'oppression d'autre part.

Il cherche d'abord à soutenir auprès de ses collègues et du gouvernement la Bretagne dont il est originaire. En 1949 par exemple, il dépose une proposition de résolution demandant au gouvernement de venir en aide aux victimes des derniers ouragans dans certains départements, notamment les Côtes-du-Nord. Il presse également le gouvernement de faire connaître les mesures prises afin d'assurer l'écoulement sur les marchés étrangers des produits agricoles français et particulièrement de la pomme de terre qui prend une large place dans la production bretonne. En 1950 enfin, il intervient sur la proposition de loi relative à l'enseignement des langues et des dialectes locaux.

Yves Jézequel est aussi soucieux de de-fendre les intérêts de ceux qui, comme lui, ont souffert des conflits. En 1949, il rédige une proposition de résolution visant à améliorer par des crédits la situation matérielle et morale des anciens combattants et des victimes des deux guerres. En 1950, en qualité de rapporteur pour avis de la commission des pensions, il intervient dans la discussion qui a pour but d'étendre le bénéfice de la sécurité sociale aux grands invalides, aux veuves et orphelins de guerre. De nouveau en 1956, il intervient sur la proposition de loi relative au statut des personnes ayant été contraintes au travail en pays ennemi. Mais Yves Jézequel se fait plus particulièrement, et pour cause, le représentant des aveugles de guerre. En 1949, il est élu membre du comité consultatif pour la protection sociale des aveugles. Ses interventions en 1952 sur le projet de loi qui propose le transfert des cendres de Louis Braille au Panthéon ou en 1956 sur l'éventuelle allocation forfaitaire pour les aveugles de la Résistance prouvent combien son infirmité a influencé son activité parlementaire.

Néanmoins, ces deux pôles - mise en valeur de la Bretagne et défense des victimes de guerre ne sont pas les seuls objets d'intervention d'Yves Jézequel, qui discute aussi bien le budget de l'agriculture, de l'éducation nationale que la politique économique ou extérieure du gouvernement. Sa verve efficace et ses divers centres d'intérêt en font le représentant d'une génération, qui, malgré les épreuves des guerres, a du reconstruire moralement et économiquement une France défaite.

Il vote les pleins pouvoirs au gouvernement de Gaulle et la modification de la Constitution les 2 et 3 juin 1958. Yves Jézequel ne se représente pas aux élections sénatoriales d'avril 1959 et meurt quelques mois plus tard, le 17 septembre 1959, dans sa commune de Lézardrieux.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Yves JEZEQUEL,
Appartenance politique
Groupe de la Gauche Démocratique et du Rassemblement des Gauches Républicaines
Etat-civil
Né le 21 mai 1890
Décédé le 17 septembre 1959
Profession
Administrateur des Colonies
Département
Côtes-du-Nord