Allez au contenu, Allez à la navigation

AMIC Auguste

Ancien sénateur du Var

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 6 décembre 1972 (en remplacement de M. Edouard Le Bellegou, décédé)
  • Fin de mandat le 2 octobre 1977 (non réélu)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation
  • Membre du Groupe Socialiste

Travaux parlementaires

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

AMIC (Auguste)

Né le 11 septembre 1921 à Saint-Cyr-sur-Mer (Var)

Décédé le 14 août 2006 à La Ciotat (Bouches-du-Rhône)

Sénateur du Var de 1972 à 1977

Licencié en droit, Auguste Amic exerce la profession de conseiller juridique et de commissaire aux comptes de diverses sociétés. Il entre véritablement en politique en 1945 quand il fait le choix d'adhérer à la SFIO. En 1947, il devient conseiller municipal de sa ville natale, Saint-Cyr-sur-Mer. Son engagement politique se situe dans la droite ligne de celui de son père, Joseph Amic. Ce dernier, employé à la compagnie des chemins de fer du PLM, est syndiqué à la CGT, militant à la Ligue des droits de l'Homme et à la SFIO. En avril 1945, il est élu conseiller municipal. Il n'occupe néanmoins cette charge que quelques mois, dans la mesure où il décède en janvier 1946.

De 1959 à 1969, Auguste Amic occupe la fonction de secrétaire adjoint de la Fédération socialiste SFIO du Var. En mars 1971, il est élu maire de Saint-Cyr-sur-Mer. Il participe également à la campagne des élections sénatoriales de 1968 en tant que suppléant d'Edouard Le Bellegou, sénateur socialiste depuis avril 1959. Ce dernier est réélu et retrouve donc son fauteuil au Sénat, mais décède quatre années plus tard. Auguste Amic le remplace le 6 décembre 1972.

Dès son arrivée au Sénat, il est nommé membre de la commission des affaires culturelles, mais c'est surtout à la commission des finances, qu'il intègre en octobre 1973, que ses compétences vont lui permettre de jouer un rôle de premier plan. Il devient d'ailleurs le rapporteur spécial de cette commission concernant le volet « services financiers » des lois de finances.

Rapidement il s'affirme au sein du groupe socialiste comme l'un des principaux spécialistes des questions fiscales. Il intervient lors du vote de chacune des lois de finances, le plus souvent pour s'opposer à la politique gouvernementale, expliquer le vote socialiste et proposer des mesures alternatives. Ainsi, le 11 décembre 1974, lors de la discussion du projet de loi de finances pour 1975, il affirme « qu'un budget en superéquilibre ne constitue pas une amorce saine de la lutte contre l'inflation » et que cela risque d'accroître le nombre de chômeurs. Il reproche au gouvernement de ne s'être attaqué que trop tardivement au problème de l'inflation, de négliger à présent celui du chômage et plus globalement son inefficacité dans son combat contre la crise économique qui commence à frapper la France. A partir de 1975, Auguste Amic déplore le peu d'intérêt du débat parlementaire lors des discussions de la loi de finances. Il estime que « la marge de manoeuvre laissée au Parlement est dérisoire », que le projet proposé « manque totalement d'imagination », et que « le budget n'apparaît plus comme un instrument fondamental d'une politique » dans la mesure où les lois de finances rectificatives en bouleversent l'équilibre. En des termes assez proches, il affiche sa tristesse au moment de la discussion du projet de loi portant approbation du VIIe plan de développement économique et social en juin 1976 soulignant que les débats se déroulent dans « l'indifférence générale » étant donné que le gouvernement ne croit plus réellement en la planification.

Auguste Amic se préoccupe également beaucoup des questions liées à la fiscalité locale. Le 17 décembre 1973, il qualifie de « réformette » le projet de loi sur la modernisation de la fiscalité directe locale et appelle de ses voeux une mise à plat complète des finances locales.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Auguste AMIC, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe Socialiste
Etat-civil
Né le 11 septembre 1921
Décédé le 14 août 2006
Profession
Conseiller juridique
Département
Var