Allez au contenu, Allez à la navigation

BESSE Guy

Ancien sénateur de l'Indre

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Sénateur le 19 novembre 1982 (en remplacement de M. René TOUZET, décédé)
  • Fin de mandat le 1er octobre 1989 (non réélu)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires sociales
  • Membre du Groupe du Rassemblement Démocratique et Européen

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République


BESSE (Guy)

Né le 14 avril 1926 à Brion (Indre)

Décédé le 17 décembre 2017 à Châteauroux (Indre)

Sénateur de l'Indre de 1982 à 1989

Guy Besse voit le jour le 14 avril 1926 à Brion, au coeur de la Champagne berrichonne. Fils d'agriculteurs, il travaille dès l'âge de treize ans, après avoir obtenu le certificat d'études primaires, comme employé chez son oncle, marchand de vin à Châteauroux. Puis, de 1952 à 1973, il gère un café à Levroux, commune limitrophe de son village natal. Il exerce ensuite la profession d'artisan-taxi de 1973 à 1982.

Il s'engage également en politique, devenant conseiller municipal de Levroux en 1971 avant d'en être élu maire en 1977. Administrant cette commune jusqu'en 1989, il préside par ailleurs le syndicat intercommunal à vocations multiples du canton de Levroux et le syndicat des eaux et de ramassage scolaire de la région de Levroux (1977-1989). Il assume aussi la vice-présidence du syndicat intercommunal du Pays d'accueil Boischaut-Berry-Touraine (1984-1989) et la présidence du syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères (1984-1989).

En septembre 1980, ce radical valoisien devient suppléant de René Touzet, réélu sénateur de l'Indre. Aussi lorsque ce dernier s'éteint le 18 novembre 1982, G. Besse lui succède au Sénat. Il est également membre du conseil régional du Centre de 1982 à 1986, assurant le secrétariat de son bureau de 1982 à 1984.

Au Palais du Luxembourg, il siège au groupe de la Gauche démocratique dont il devient secrétaire en 1986. Il est membre de la commission des affaires sociales (1982-1989). Il est par ailleurs nommé en 1984 au sein de la commission de contrôle sur les modalités de fonctionnement du service public des postes.

Il consacre une part notable de son activité sénatoriale aux sujets qui intéressent l'Indre, territoire rural. Il relaie ainsi à plusieurs reprises les inquiétudes des agriculteurs de son département, terre d'élevage et de céréaliculture, plaidant par exemple en 1987 en faveur de mesures financières d'aide à l'installation des jeunes agriculteurs et à la restructuration des exploitations. G. Besse intervient également en séance publique sur divers sujets concernant l'Indre : la fermeture d'abattoirs municipaux (1984), le stockage de déchets radioactifs (1984 et 1985) ou la situation de la confection (1987).

Le premier édile de Levroux défend par ailleurs la mise en oeuvre d'une décentralisation raisonnée et d'un soutien aux communes rurales telles que la sienne. Soutenant, en 1987, le projet de loi d'amélioration de la décentralisation, il observe que celle-ci : « se construit chaque jour, petit à petit. C'est une oeuvre de longue haleine qui demandera persévérance et opiniâtreté. »1

G. Besse s'intéresse à la situation des artisans et des commerçants. Intervenant régulièrement lors de la discussion annuelle du projet de loi de finances, il ne cesse de déplorer les difficultés des artisans du bâtiment et des petites entreprises textiles. Il plaide en faveur de la simplification administrative des charges des commerçants et des artisans. Il appelle en outre à redonner « ses lettres de noblesse au compagnonnage.. »2

Au cours de son mandat sénatorial, G. Besse se préoccupe aussi des questions les plus diverses : la réforme des caisses d'épargne et de prévoyance (1983), l'implantation de vignes comme moyen de lutter contre la propagation des feux de forêt (1987), l'emploi des travailleurs handicapés (1987) et l'Agence nationale pour l'emploi (1988). Lors d'un scrutin public en 1988, il approuve la loi relative au revenu minimum d'insertion.

Ce passionné de sport, médaillé d'honneur de l'Éducation physique et des sports, se fait en outre le défenseur de la pratique sportive. Ainsi, en 1986, lors de la discussion du budget de la Jeunesse et des Sports, il plaide en faveur du rapprochement du « sport de masse » et du « sport de compétition » : « Un écart trop grand existe entre eux, déclare-t-il, ce qui débouche inévitablement sur un effectif d'athlètes encore insatisfaisant. » 3

Il sollicite le renouvellement de son mandat sénatorial aux élections du 24 septembre 1989. Mais, victime des divisions au sein de la majorité de droite dans l'Indre, ne recueille que 95 des 711 suffrages exprimés au premier tour, échouant à la cinquième place. Il se retire alors avant le second tour afin de faciliter l'élection du président du conseil général de l'Indre Daniel Bernardet et du maire de Bouges-le-Château François Gerbaud.

Après ce revers électoral, G. Besse quitte la vie politique. En effet il renonce à briguer un nouveau mandat de maire de Levroux en mars 1989. Il s'éteint le 17 décembre 2017, à l'âge de quatre-vingt-onze ans, à l'hôpital de Châteauroux.

1 : Journal Officiel, comptes rendus des débats du Sénat, séance du 22 octobre 1987, p. 3450.

2 : Journal Officiel, comptes rendus des débats du Sénat, séance du 3 décembre 1988, p. 2176.

3 : Journal Officiel, comptes rendus des débats du Sénat, séance du 3 décembre 1986, p. 5597.

Sources

Archives du Sénat : dossier personnel de sénateur ; tableau des élections.

Who's who in France (plusieurs éditions).

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Guy BESSE, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe du Rassemblement Démocratique et Européen
Etat-civil
Né le 14 avril 1926
Décédé le 17 décembre 2017
Profession
Artisan
Département
Indre