Allez au contenu, Allez à la navigation

DE MENOU Jacques

Ancien sénateur du Finistère

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 24 septembre 1989
  • Fin de mandat le 30 septembre 1998 (non réélu)

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires économiques
  • Membre du Groupe du Rassemblement pour la République

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

MENOU (Jacques, de)

Né le 30 octobre 1932 à Strasbourg (Bas-Rhin) Décédé le 11 août 2010 à Morlaix (Finistère)

Sénateur du Finistère de 1989 à 1998

Bien que né en Alsace dans l'entre-deux-guerres, c'est bien dans le Finistère que se déroule l'essentiel de la vie de Jacques de Menou. Après avoir fréquenté les lycées de Brest et de Nantes, il intègre l'Institut national agronomique de Paris d'où il sort avec le diplôme d'ingénieur agronome. Il rejoint ensuite la Bretagne et crée avec ses associés, en 1958, l'entreprise Studler dont il devient le dirigeant. Spécialisée dans la production avicole, elle fonde son succès sur un type américain de poules produisant des oeufs roux, particulièrement recherchés par les consommateurs français. En 1972, jacques de Menou contribue avec Alexis Gourvennec à la création et au développement de la compagnie maritime Bretagne-Angleterre-Irlande qui deviendra deux ans plus tard Brittany Ferries. Jacques de Menou met ainsi à profit ses talents d'entrepreneur mais participe aussi au développement économique du Finistère, les buts de la compagnie étant d'exporter des légumes vers la Grande- Bretagne et de faciliter la venue des touristes britanniques.

La carrière politique de Jacques de Menou débute en 1965 lorsqu'il est élu conseiller municipal de Plouvorn. Un an plus tard, il devient premier magistrat de cette petite commune du Finistère lorsque le titulaire du poste démissionne. En 2008, à 75 ans, il décide de ne pas se représenter aux élections municipales. Après

42 années consacrées à sa commune, il se retire de la vie politique. Grâce à une politique active d'équipement, il a pu maintenir le niveau de population de Pouvorn, alors que les campagnes environnantes déclinent.

Jacques de Menou s'investit également dans la vie politique départementale. Dès 1973, il est élu conseiller général du canton de Plouzévédé. Il est constamment réélu, souvent dès le premier tour, jusqu'en

2004, année où il décide de ne pas se représenter. Il intègre aussi le conseil régional de Bretagne en 1982 et y demeure jusqu'en 1989.

Le maire de Plouvorn se présente une première fois aux élections sénatoriales de 1980 sous les couleurs de l'UDF et du CDS. Vaincu largement dès le 1er tour avec seulement 217 voix sur 1 839, il se retire au second tour pour ne pas pénaliser sa majorité. Neuf ans plus tard, avec l'étiquette du RPR qu'il a rejoint en 1985 et bien qu'il lui faille attendre le second tour, il est élu avec 200 voix de plus que le socialiste Pierre Maille. Au Palais du Luxembourg, il rejoint le groupe RPR et la commission des affaires économiques qu'il ne quittera pas pendant toute la durée de son mandat.

Cosignataire de onze propositions de loi, il pose plusieurs dizaines de questions au Gouvernement et intervient très régulièrement en séance publique sur les questions relatives à la ruralité et au logement. En 1992, il rapporte la proposition de loi tendant à faciliter le développement du tourisme rural. Le développement des campagnes françaises est en effet une de ses préoccupations majeures. Aussi recommande-t-il, pour encourager l'agritourisme, d'améliorer la formation des acteurs du tourisme rural et de favoriser la commercialisation de produits locaux. Il intervient également sur la politique agricole commune (1991, 1997), les négociations du GATT (1992), les difficultés d'installation des jeunes agriculteurs (1994) et les pollutions d'origine animale (1995). De novembre 1991 à mai 1992, il est membre de la commission d'enquête sénatoriale sur la filière laitière. En tant qu'élu d'un département côtier, il s'intéresse également aux problèmes de la pêche maritime (1990, 1993, 1997) et des transports par bateaux (1993).

Jacques de Menou, président de l'office départemental des HLM de 1978 à 1998, dénonce à plusieurs reprises les carences de la politique gouvernementale en matière de logement (1990, 1994, 1996, 1998). Lors de l'examen du projet de loi de finances pour 1995, il prône une politique active dans ce secteur afin de réduire l'exclusion et d'oeuvrer en faveur de l'aménagement du territoire : « le logement doit permettre à l'ensemble du tissu rural qui entoure les villes moyennes de profiter de leur expansion ».

En 1998, la liste socialiste emmenée par le ministre de l'agriculture Louis le Pensec ravit trois des quatre sièges sénatoriaux détenus par la droite, dont celui du maire de Plouvorn. Battu après un mandat au Sénat, Jacques de Menou se consacre à nouveau entièrement à sa commune et au Finistère.

A l'instar d'une partie de sa famille politique, il vote contre le traité de Maastricht en 1992. L'année suivante, il soutient la réforme des retraites et de la sécurité sociale voulue par le gouvernement Balladur. Au printemps 1998, il s'oppose à la réduction du temps de travail présentée par Martine Aubry.

Jacques de Menou s'éteint à l'été 2010, dans sa 78e année. Il était chevalier de l'ordre national du Mérite,

officier du Mérite agricole et de la Légion d'honneur.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Jacques DE MENOU, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe du Rassemblement pour la République
Etat-civil
Né le 30 octobre 1932
Décédé le 11 août 2010
Profession
Ingénieur agronome
Département
Finistère