Allez au contenu, Allez à la navigation

PIC Maurice

Ancien sénateur de la Drôme

Election

  • Elu le 26 septembre 1971
  • Réélu le 28 septembre 1980
  • Fin de mandat le 1er octobre 1989 (ne se représente pas)

Fonctions antérieures

  • Secrétaire d'État
  • Député

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires culturelles
  • Membre du Groupe Socialiste

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1940-1958

PIC (Maurice)

Né le 15 février 1913 à Saint-Christol (Vaucluse)

Décédé le 30 janvier 1991 à Montélimar (Drôme)

Sénateur de la Drôme de 1948 à 1958

Secrétaire d'Etat à l'Intérieur du 1er février 1956 au 14 mai 1958

Après des études de Lettres à la Sorbonne, Maurice Pic devient professeur au collège de Montélimar. Il milite alors activement au bureau départemental du syndicat unique de l'enseignement de la Drôme et débute parallèlement une longue carrière d'élu local pour le compte de la SFIO. A la fin de la guerre, il est nommé président du comité local de Libération et reçoit le croix de guerre de 1939-1945. Il est élu maire de Chateauneuf-du-Rhône une première fois en 1945 puis réélu de 1947 à 1959. A ce mandat municipal s'ajoute celui de conseiller général du canton de Montélimar à partir de septembre 1945, fonction dans laquelle il sera régulièrement reconduit. Il occupe la présidence du conseil général de la Drôme à partir de 1956.

Candidat socialiste aux élections sénatoriales du 7 novembre 1948, il se prononce pour « la défense de la République attaquée par la droite et la gauche, l'extension des conquêtes sociales mais dans le calme et l'ordre républicain, le principe de sécurité et d'égalité des Nations ainsi que l'organisation économique de l'Europe, première étape des futurs Etats-Unis d'Europe ». Il est élu avec 364 voix sur 831 suffrages exprimés.

Il est membre de la commission des moyens de communication et des transports ainsi que de celle de la défense nationale. Il fait partie de la sous-commission chargée de contrôler de manière permanente l'emploi des crédits affectés à la défense nationale.

Il mène un important travail d'examen des projets de loi et dépose de nombreux rapports au nom des commissions dont il dépend. Ainsi, en janvier 1950, il se prononce sur le projet de loi tendant à autoriser le Président de la République à ratifier la convention du 12 mai 1949 relative à l'exploitation des navires métropolitains dans l'Atlantique Nord. Il intervient par ailleurs en 1950 sur une proposition de résolution concernant la liberté de réunion ainsi que sur une proposition de loi relative aux soldes et indemnités des fonctionnaires outre-mer. Il prend la parole sur les projets de loi portant à 18 mois la durée du service militaire, sur le réarmement et sur l'augmentation des effectifs des officiers et des sous-officiers. Enfin, en 1952, il prend activement part aux débats portant sur l'ouverture des crédits pour la réparation des dégâts causés par les inondations dans le Sud-Est ainsi que sur le développement des dépenses pour la réparation des dommages de guerre.

A partir de 1953, Maurice Pic devient membre de la commission de l'intérieur, membre suppléant de la commission de l'éducation nationale, de la commission de la famille, de la commission des finances ainsi que de celle de la presse et du cinéma. A ce titre, il pose de nombreuses questions orales à propos de l'allocation aux travailleurs âgés et de l'autonomie des collectivités locales. Le 14 janvier 1954, il est à nouveau membre titulaire de la commission de la défense nationale tout en conservant ses responsabilités aux commissions de l'éducation nationale, de la famille, de la presse, de la radio et du cinéma ainsi qu'à la sous-commission contrôlant l'emploi des crédits affectés à la défense nationale. Il élabore un rapport sur le projet de loi relatif à la réforme fiscale en juillet 1954. A partir de janvier 1955, il est rapporteur pour la commission de l'intérieur et participe à la discussion du budget du ministère de l'Intérieur pour 1955 ainsi qu'à divers amendements concernant notamment la mise en application du statut spécifique du personnel communal ou sur l'extension de la loi municipale aux départements d'outre-mer.

Son mandat de sénateur est renouvelé le 19 juin 1955 avec 419 voix pour 828 suffrages exprimés. Il est ensuite nommé au poste de Secrétaire d'Etat à l'Intérieur du gouvernement Guy Mollet le 1er février 1956. En cette qualité, il intervient dans la discussion sur la proposition de résolution relative à la répartition des dépenses d'assistance ainsi que sur la proposition de loi proposant la modification de l'article 11 du décret réglementaire du 2 février 1852 portant sur l'élection des députés. Il répond, par ailleurs, à de nombreuses questions orales portant sur la qualité des déportés résistants, sur le reclassement de certains personnels d'Indochine ou sur la répartition des crédits au fonds d'investissement routier. Il intervient dans le débat portant sur le projet de loi de finances pour 1957. Le 17 juin 1957, il devient Secrétaire d'Etat à l'Intérieur du Cabinet Maurice Bourgès-Maunoury puis du Cabinet Félix Gaillard à partir du 11 novembre 1957. Il répond à de nombreuses questions orales concernant notamment l'affectation en Afrique du Nord des fonctionnaires ayant déjà servi en Tunisie et au Maroc, sur l'autorisation pour les collectivités locales de contracter des emprunts et enfin sur l'alimentation en eau de la région parisienne. Il intervient par ailleurs sur le projet de loi relatif à la situation de certaines catégories de personnels ayant servi hors d'Europe ainsi que sur le budget pour 1958.

Le 2 juin 1958, il vote pour l'octroi des pleins pouvoirs au général de Gaulle ainsi que, le 3 juin, pour le projet de loi modifiant l'article 90 de la Constitution. Il est élu député à l'Assemblée nationale le 30 novembre 1958.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Maurice PIC, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe Socialiste
Etat-civil
Né le 15 février 1913
Décédé le 30 janvier 1991
Profession
Professeur de l' enseignement secondaire
Département
Drôme