Allez au contenu, Allez à la navigation

PIC Maurice

Ancien sénateur de la Drôme

Election

  • Elu le 26 septembre 1971
  • Réélu le 28 septembre 1980
  • Fin de mandat le 1er octobre 1989 (ne se représente pas)

Fonctions antérieures

  • Secrétaire d'État
  • Député de la Drôme

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires culturelles
  • Membre du Groupe socialiste

Extraits de la table nominative :

Biographie

1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)
Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

PIC (Maurice)

Né le 15 février 1913 à Saint-Christol (Vaucluse)

Décédé le 30 janvier 1991 à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

Député de la Drôme de 1958 à 1971

Secrétaire d'Etat à l'Intérieur du 1er février 1956 au 14 mai 1958

Sénateur de la Drôme de 1948 à 1958, et de 1971 à 1989

Le changement de République n'affecte en rien la remarquable implantation locale de Maurice Pic. En novembre 1958, il accepte à la demande de la SFIO, d'être candidat à la députation. Elu au second tour, il est un des rares socialistes à franchir l'obstacle du scrutin majoritaire uninominal imposé par le général de Gaulle. Les législatives de 1962 le reconduisent au Palais-Bourbon sans trop de difficultés, tout comme celles de 1967. Membre du comité directeur de la SFIO, Maurice Pic siège au groupe socialiste. Entre-temps, lors des municipales de 1959, il a quitté sa bourgade de Châteauneuf-du-Rhône pour conquérir la mairie de Montélimar qui devient son fief politique. La dissolution de l'Assemblée en mai 1968 fait perdre à la FGDS la plupart de ses circonscriptions, mais pas la deuxième de la Drôme. Maurice Pic est de nouveau élu député au second tour.

En 1971, pour retourner au Sénat, il fait élire à son siège de député un de ses proches au conseil général, Henri Michel. Désormais disponible, il peut se présenter aux sénatoriales sur une liste d'Union socialiste et républicaine pour la défense des communes. Elu au second tour, il s'inscrit au groupe socialiste. Il sera constamment reconduit au Palais du Luxembourg jusqu'en 1989 où il décide de ne pas se représenter. Membre en 1971 de la commission des affaires étrangères, de la défense et de forces armées, il rejoint en 1976 la commission des lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du règlement et d'administration générale, avant de choisir l'année suivante la commission des affaires culturelles. Il reste également maire de Montélimar jusqu'en 1989 et président du conseil général de la Drôme jusqu'en 1985.

Maurice Pic débute son mandat sénatorial au moment où le Premier ministre Pierre Messmer, bientôt confronté au renchérissement de l'énergie pétrolière, engage la France dans la voie du tout-nucléaire. La vallée du Rhône abrite de nombreuses centrales (Tricastin, Cruas, Pierrelatte, Marcoule). Le maire de Montélimar, ville située 10 km au sud de la centrale de Cruas et à moins de 20 km au nord du complexe de Tricastin, ne s'oppose pas à ce programme qui contribue à dynamiser économiquement la vallée du Rhône, mais il souhaiterait plus de concertation autour de ces projets sensibles. Dès 1974, il crée au conseil régional Rhône-Alpes une commission spécialisée sur les problèmes nucléaires et en 1975, il organise un débat au conseil général de la Drôme auquel participent des scientifiques, des écologistes et des responsables d'EDF. Une manière de dénoncer aussi le fait que l'assemblée départementale n'ait pas été consultée sur le projet de Cruas au prétexte que ce dernier se situe sur la rive droite du Rhône et donc en Ardèche.

Au Sénat, Maurice Pic s'oppose à la loi du 5 juillet 1972 portant création et organisation des régions. Il s'abstient lors du vote de la loi du 27 décembre 1973 d'orientation du commerce et de l'artisanat. Il vote la loi du 5 juillet 1974 fixant à 18 ans l'âge de la majorité, la loi du 17 janvier 1975 relative à l'interruption volontaire de grossesse, et la loi du 11 juillet 1975 portant réforme du divorce

Pour lutter contre la crise, Maurice Pic entend faire de la vallée du Rhône un lieu économique attractif et pas seulement un couloir de circulation entre la région lyonnaise et le grand sud. Il s'élève contre la mystique du transport industrialisant en faisant remarquer, exemple de la Champagne à l'appui, que le passage d'une autoroute ne suffit pas à redynamiser un espace déclinant. Pour faire de villes comme Montélimar ou Valence de véritables pôles économiques et éviter le désert entre Lyon et Marseille, il faut envisager des zones industrielles spécialisées appuyées sur des axes de transport multiples (train grande vitesse, canal Rhin-Rhône, autoroutes). L'objectif est partiellement atteint avec la constitution de ZI dynamiques comme celles de Portes-les-Valence et Montélimar. Les pouvoirs publics reconnaissent l'engagement du sénateur pour son département et fin octobre 1979 le président du Sénat Alain Poher lui remet le « prix de l'expansion régionale et de la qualité de la vie ».

Avec 543 voix sur les 945 suffrages exprimés, Maurice Pic est réélu au premier tour des élections sénatoriales du 28 septembre 1980. Il s'inscrit au groupe socialiste et siège à la commission des affaires culturelles. En 1980, il prend part au débat sur le projet de loi pour le développement des responsabilités des collectivités locales. Il vote contre la loi du 2 février 1981 renforçant la sécurité et protégeant la liberté des personnes. Il soutient la loi du 9 octobre 1981 portant abolition de la peine de mort. Il rejette la loi du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions. Il approuve la loi du 13 juillet 1982 relative aux prestations de vieillesse, d'invalidité et de veuvage, mais s'oppose à la loi du 9 septembre 1986 relative aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers en France. Il s'abstient lors du vote de la loi du 1er décembre 1988 relative au revenu minimum d'insertion.

Battu pour la première fois depuis l'après-guerre lors des cantonales de mars 1985, Maurice Pic l'est à nouveau lors des élections municipales de 1989 qui voient Thierry Cornillet s'emparer de la mairie de Montélimar. La même année, au terme de son mandat de sénateur, il démissionne du conseil municipal et se retire de la vie politique.

Parlementaire de la Drôme pendant 41 ans, maire de Montélimar pendant 44 ans - battant ainsi le record d'édilité jusque-là localement détenu par Emile Loubet - et conseiller général pendant 40 ans, Maurice Pic s'éteint à l'âge de 77 ans.

Il était officier de la Légion d'honneur depuis le 1er janvier 1990.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Maurice PIC, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe socialiste
Etat-civil
Né le 15 février 1913
Décédé le 30 janvier 1991
Profession
Professeur de l' enseignement secondaire
Département
Drôme