Allez au contenu, Allez à la navigation

SALLENAVE Pierre

Ancien sénateur des Pyrénées-Atlantiques

  • Vème République

    Ancien sénateur de la
    Ve République

Election

  • Elu le 22 septembre 1974
  • Fin de mandat le 31 mai 1983 (décédé)

Fonctions antérieures

  • Député

Situation en fin de mandat

  • Membre de la commission des affaires sociales
  • Membre du Groupe de l'Union des Républicains et des Indépendants

Extraits de la table nominative :

Biographie

Ve République  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

Ve République

SALLENAVE (Pierre)

Né le 20 novembre 1920 à Pau (Pyrénées-Atlantiques)

Décédé le 31 mai 1983 à Pau (Pyrénées-Atlantiques)

Député des Pyrénées-Atlantiques de 1958 à 1967 et de 1968 à 1973

Sénateur des Pyrénées-Atlantiques de 1974 à 1983

Pierre Sallenave est très tôt initié à la vie politique locale : son père Louis est en effet maire de Pau de 1947 à 1971, et s'attache à développer le rayonnement régional et national de la ville. Après des études secondaires au lycée Louis Barthou de Pau, Pierre Sallenave obtient son baccalauréat et poursuit des études supérieures à la faculté des sciences de Toulouse, puis de Bordeaux. Licencié ès sciences, il a 22 ans lorsqu'il est appelé aux chantiers de jeunesse. En 1943, il accomplit le Service de travail obligatoire (STO) en Tchécoslovaquie mais parvient à s'évader et rejoint le maquis tenu par la 7e brigade des partisans russes. Son rôle dans la lutte armée contre les nazis lui vaut d'être décoré, à la Libération, de la médaille de la République populaire de Tchécoslovaquie, la panatru medaillu.

Après la guerre, il reprend l'entreprise familiale, une droguerie installée rue Saint-Jacques à Pau tout en s'intéressant de plus en plus à la politique. En 1955, il fonde le mouvement des Jeunes indépendants et paysans des Basses-Pyrénées, inspiré par son expérience du scoutisme. En novembre 1958, il est élu député de la première circonscription de Pau. Réélu en novembre 1962 sous l'étiquette du Centre national des indépendants (CNI), il est rattaché au groupe parlementaire du Centre démocratique. Lors des élections législatives de mars 1967, il est battu par André Labarrère, candidat de la Fédération de la Gauche sociale et démocratique. Il regagne son siège l'année suivante, après la dissolution de l'Assemblée nationale par le général de Gaulle et reste député jusqu'en 1973.

Au Palais Bourbon, Pierre Sallenave se fait connaître par de nombreuses interventions sur les questions sociales, qu'il s'agisse de la couverture sociale des jeunes sans emploi, de la généralisation des retraites complémentaires ou de l'enseignement technique et professionnel. Il publie trois ouvrages dans lesquels il dresse un bilan de son action parlementaire : le premier intitulé Pour les Français déracinés est publié en 1967 puis réédité et mis à jour en 1973. La même année, il publie des passages de ses interventions parlementaires dans deux recueils intitulés Jalons pour une société plus solidaire : contribution à l'effort social d'une législature (1968-1973) et Un commerçant à la tribune : la libre entreprise défendue au Parlement par l'un des siens.

En 1973, il perd son siège de député face au maire socialiste de Pau André Labarrère, mais il est élu sénateur le 22 septembre 1974 sur la liste de majorité présidentielle. Au Palais du Luxembourg, il rejoint le groupe sénatorial des Républicains indépendants d'action sociale, devenu en 1977 groupe du Centre national des indépendants et paysans. En 1980, il devient membre du groupe des Républicains et indépendants.

Au Sénat, il demeure tout comme au Palais Bourbon un spécialiste des questions sociales. Tout au long de son mandat, il siège à la commission des affaires sociales, qui le nomme rapporteur pour avis de ses textes concernant l'apprentissage artisanal, l'indemnisation des accidents du travail, la prévention des accidents du travail, ou instituant des mesures en faveur de l'emploi.

Vice-président du groupe sénatorial d'études Informatique et télématique, Pierre Sallenave exerce également les fonctions de secrétaire du groupe sénatorial d'amitié France-Chypre.

Conjointement à ses mandats nationaux, il poursuit son engagement politique à l'échelle locale : de mars 1964 à mars 1976, il est élu au Conseil général pour représenter le canton de Pau-Est. En 1974, il devient membre du Conseil régional d'Aquitaine. Au Sénat, il intervient régulièrement en faveur de sa région d'origine : en 1977, il défend les intérêts des agriculteurs dans les débats sur la sensibilisation face à la propagation de certaines maladies animales dans les Pyrénées-Atlantiques. Il insiste sur la nécessité de construire en Aquitaine de nouveaux bâtiments pour les lycées. Il évoque également l'inquiétude des élus locaux de la zone périphérique du parc national des Pyrénées occidentales face à la dégradation de la situation de leurs communes. Il revient à plusieurs reprises sur le manque d'infrastructures routières et ferroviaires entre Pau et Bayonne ainsi qu'entre la France et l'Espagne. Il plaide pour la réouverture de la ligne ferroviaire transpyrénéenne entre Pau et Saragosse et la réalisation de l'autoroute 64 entre Pau et Bayonne.

En 1975, il s'oppose à la loi relative à l'interruption volontaire de grossesse et s'abstient sur la loi portant réforme du divorce. En 1981, il vote en faveur de la loi renforçant la sécurité et protégeant la liberté des personnes, mais s'oppose à la loi portant abolition de la peine de mort. En 1982, il vote pour la loi relative aux droits et libertés des communes, des départements et des régions, et pour la loi relative aux prestations de vieillesse, d'invalidité et de veuvage.

En février 1983, malgré ses ennuis de santé et son échec aux élections municipales de 1971, Pierre Sallenave affronte une nouvelle fois André Labarrère à la mairie de Pau : c'est une nouvelle défaite. Son adversaire politique lui rend un émouvant hommage posthume après son décès, survenu le 31 mai 1983. Au cours d'un éloge funèbre prononcé au Sénat en tant que ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des relations avec le Parlement, il décrit Pierre Sallenave comme « homme d'une foi profonde, toujours disponible, [qui ] savait mener avec ardeur tous les combats au service de ses idées ».

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Photo de M. Pierre SALLENAVE, ancien sénateur
Appartenance politique
Membre du Groupe de l'Union des Républicains et des Indépendants
Etat-civil
Né le 20 novembre 1920
Décédé le 31 mai 1983
Profession
Négociant
Département
Pyrénées-Atlantiques