Allez au contenu, Allez à la navigation

Mission "Administration générale et territoriale de l'Etat"

Mme Michèle ANDRE, rapporteure spéciale

LES PRINCIPALES OBSERVATIONS
DE VOTRE RAPPORTEURE SPÉCIALE

La mission « Administration générale et territoriale de l'Etat » bénéficie d'une enveloppe de 2,546 milliards d'euros de crédits de paiement (hors fonds de concours), en retrait de 7,9 % par rapport aux crédits ouverts pour 2012. Cette baisse trouve son explication dans l'évolution du programme « Vie politique, cultuelle et associative ». En effet, la mission présente la particularité d'être sensible au cycle électoral.

Hors compte d'affectation spéciale « Pensions », la mission respecte quasiment (+ 0,1 %) les plafonds alloués par l'article 10 du projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2012 à 2017.

Au 10 octobre 2012, date limite, en application de l'article 49 de la LOLF, pour le retour des réponses du Gouvernement aux questionnaires budgétaires concernant le présent projet de loi de finances, 90,1 % des réponses portant sur la mission « Administration générale et territoriale de l'Etat » étaient parvenues à votre rapporteure spéciale.

I. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE LA MISSION

A. LES TROIS PROGRAMMES DE LA MISSION

La mission « Administration générale et territoriale de l'Etat » comprend trois programmes :

- le programme 307 « Administration territoriale », qui correspond essentiellement aux moyens alloués aux préfectures, aux Hauts-commissariats et aux sous-préfectures, pour la métropole et l'outre-mer (67,3 % des crédits de paiement de la mission) ;

- le programme 232 « Vie politique, cultuelle et associative », qui comporte les crédits liés au financement de la vie politique (organisation des élections, prise en charge de dépenses de campagnes électorales, aide publique aux partis et groupements politiques), à la mise en oeuvre de la loi sur la séparation des Eglises et de l'Etat, et à l'application des textes sur la liberté d'association (5,6 % des crédits de paiement de la mission) ;

- le programme 216 « Conduite et pilotage des politiques de l'intérieur », qui a pour objet les moyens logistiques de plusieurs missions pilotées par le ministère de l'intérieur, de l'outre-mer et des collectivités territoriales (27,1 % des crédits de paiement de la mission).

Le responsable de ces trois programmes est le secrétaire général du ministère de l'intérieur.

Présentation des crédits par programme

(en millions d'euros)

Source : projet annuel de performances annexé au projet de loi de finances pour 2013

La mission « Administration générale et territoriale de l'Etat » bénéficie d'une enveloppe de 2,546 milliards d'euros de crédits de paiement (hors fonds de concours), en retrait de 7,9 % par rapport aux crédits ouverts pour 2012.

Cette baisse trouve son explication dans l'évolution du programme « Vie politique, cultuelle et associative ». En effet, la mission « Administration générale et territoriale de l'Etat » présente la particularité d'être sensible au cycle électoral. Or, à la différence de l'année 2012 qui a vu se dérouler deux scrutins majeurs (les présidentielles et les législatives), l'année 2013 sera dépourvue d'élection comparable. Les crédits de paiement (CP) du programme « Vie politique, cultuelle et associative » passent donc de 419,2 millions d'euros en 2012 à 143 millions d'euros en 2013 (- 65,9 %)

Enfin, il convient de noter que 74,8 % des CP de la mission sont absorbés par les dépenses de personnels (titre 2).

B. L'ÉVOLUTION DES CRÉDITS SUR LA PÉRIODE 2013-2015

Les plafonds alloués à la présente mission dans le cadre de l'article 10 du projet de loi de programmation des finances publiques pour les années 2012 à 2017, hors contribution directe au compte d'affectation spéciale (CAS) « Pensions », sont fixés à 1,96 milliard d'euros en 2013, 2,19 milliards d'euros en 2014 et 1,95 milliard d'euros en 2015.

Pour 2013, les crédits demandés pour la mission sont de 2,546 milliards d'euros, dont 583 millions au titre de la contribution d'équilibre au CAS « Pensions »1(*). Votre rapporteure spéciale observe donc que le plafond fixé par le projet de loi de programmation des finances publiques précité est quasiment respecté2(*).


* 1 Le montant total de la somme affectée au CAS « Pensions » se décompose de la manière suivante : 468,4 millions d'euros au titre du programme « Administration territoriale », 0,3 million d'euros pour le programme « Vie politique, cultuelle et associative » et 114,3 millions d'euros sur le programme « Conduite et pilotage des politiques de l'intérieur ».

* 2 Précisément, l'écart entre la programmation pour 2013 et le présent projet de loi de finances s'établit à un dépassement de 3 millions d'euros (soit + 0,1 %).