Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

CHALGRIN : l'architecte qui transforma le Palais du Luxembourg

 

Les salles du premier étage

 

L’escalier s’ouvrait sur plusieurs salles d’introduction. Elles conduisaient au principal corps de logis du palais dans lequel Chalgrin avait décidé d’établir, à l’emplacement de l’escalier primitif et de la chapelle royale, la salle des Séances.

 

La salle des Gardes

 

Salle des gardes (1er étage)

 



 

Pour la décoration de la première salle réservée à la garde du palais, Chalgrin avait prévu des trophées d’armes et des boucliers avec des épées. Ces derniers seront commandés en 1804 au sculpteur Ramey. Cette salle est aujourd’hui partagée en plusieurs bureaux.

 

 

 

 

 

Le Salon des Huissiers Salon des garçons de service (1er étage)                                                                                            

 

 

 

La seconde salle était peinte de faux marbres et ornées de statues dont l’Hercule au repos de Puget, actuellement au Musée du Louvre, et un Persée assis, restauré au XVIIIème siècle par Lambert Sigisbert Adam. Ces deux sculptures, saisies à la Révolution, l’une à Sceaux et l’autre chez Louis Philippe d’Orléans, avaient été choisies en 1797 par Chalgrin pour la décoration du palais.

 

 

 

 

 

GRIVAUD DE LA VINCELLE

La salle des séances

 

Chalgrin place la salle des Séances, cœur de l’institution sénatoriale, au centre du corps de logis central. La configuration retenue est celle de l’hémicycle où l’architecte dispose en gradins les pupitres et sièges des sénateurs. En face, un hémicycle plus petit, couronné par une voûte à caissons et rosaces, accueille le trône de Napoléon placé sous un dais. C’est dans cette salle, en 1804, que sera proclamé l’Empire.

La salle est magnifiquement décorée de vingt-six colonnes corinthiennes en marbre, entre lesquelles prennent place des statures en plâtre de législateurs, orateurs ou hommes politiques grecs et romains. Deux d’entre elles, Caton d’Utique par Clodion et Scipion par Ramey, sont encore exposées au Sénat.