Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

4. Avenir de la langue-culture japonaise

Le développement du japonais est encore bridé par les réticences de la génération d'après guerre pour les raisons historiques et psychologiques évoquées plus haut. Mais l'arrivée des nouvelles générations, qui n'ont pas les mêmes préventions, a déjà bien changé cet état de fait. La langue-culture japonaise a un potentiel de développement important dans l'avenir.

En premier lieu, l'influence du Japon dans les domaines économique, technologique et scientifique a toutes les chances de devenir grandissante. D'autre part, les échanges sont facilités par la proximité géographique et surtout par la présence d'un fonds commun dans les deux langues : transparence de vocabulaire d'origine chinoise, construction grammaticale identique et utilisation d'une forte proportion d'idéogrammes chinois dans les écrits japonais permettant leur compréhension globale par les Coréens. Ainsi, les magazines japonais se lisent assez facilement et n'ont pas besoin d'édition coréenne.

Enfin, un certain nombre de jeunes recherchent actuellement leurs références plutôt en Asie qu'aux Etats-Unis. Dans ce cadre, le modèle reste le Japon, qui a su intégrer l'efficacité occidentale pour se hisser au troisième rang des puissances économiques, tout en gardant ses propres traditions, proches des traditions coréennes. Tout ceci explique la pénétration rapide de la langue-culture japonaise en Corée.

Toutefois, l'anglais ne risque pas d'être devancé, en raison de son implantation universelle et de son statut de langue véhiculaire du commerce international qui semble irréversible. Le japonais peut constituer dans ce contexte une langue régionale, comme l'est l'allemand en Europe centrale.

Retour Sommaire Suite