Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

C. PROPOSITIONS D'AMÉLIORATION

Il serait trop ambitieux, voire illusoire, de vouloir réformer le système hors de son contexte actuel. Les propositions d'amélioration devraient tenir compte de ce contexte et de ses contraintes pour être pleinement efficaces.

L'amélioration de la formation initiale devrait porter principalement sur une meilleure maîtrise de la langue-culture et une formation plus spécifiquement tournée vers la didactique, notamment dans ses aspects pratiques. L'accent mis sur ces deux aspects se retrouve dans la formation continue. Celle-ci devrait s'adapter davantage aux besoins des enseignants et répondre à leurs attentes, avec une offre mieux ciblée et plus pratique.

1. La formation initiale

L'objectif visé est triple :

- parvenir à une meilleure maîtrise de la langue-culture ;

- développer la formation didactique, avec la capacité de s'adapter à son auditoire ;

- apporter une expérience pratique à l'apprenti professeur.


· Renforcer le programme de langue de deux façons :

- en privilégiant, dès la première année, les cours de langue (à raison de six heures d'audiovisuel sur un programme hebdomadaire de vingt heures), dans le but d'obtenir une maîtrise satisfaisante de la langue à enseigner. L'augmentation de cet horaire sera compensée par une diminution du temps consacré à l'étude de texte, la composition et la grammaire. Par la suite, le contenu des cours sera diversifié (discussion sur un sujet donné préalablement, activité théâtrale...) ;

- en organisant, pendant les vacances, des séjours partagés avec des professeurs natifs. Cela constituera une immersion linguistique et culturelle bénéfique et un excellent préalable à un séjour en France. Cette formule est déjà utilisée dans les instituts de langue en Corée pour les élèves d'anglais et de japonais.


· Sensibiliser progressivement à la culture

Pour cela, il sera fait appel à l'exploitation de documents authentiques sur les thèmes d'élection des étudiants. Par exemple, les principales valeurs des Français, le portrait idéal de la femme par les hommes et vice versa, la découverte des régions françaises... et aussi des conseils utiles pour la santé. Les documents qui nécessitent des connaissances préalables sont plutôt déconseillés (discours politiques, certaines publicités trop liées au contexte français...).


· Initier à la didactique de langue-culture par le biais de la mise en situation de classes de langue

L'enseignant de langue étant particulièrement observé et imité par ses élèves, c'est un des moyens d'en prendre conscience et de s'y préparer, notamment par :

- des mises en scène de cours. Il s'agit de réfléchir ensemble sur la manière de commencer et de terminer un cours (organiser un jeu), ainsi que sur le déroulement de chaque étape du cours (organisation et présentation du contenu, passage d'une activité à l'autre) ;

- des animations d'exercices et d'activités, façons de donner des consignes, de les reformuler en cas d'incompréhension ;

- la réalisation de petits cours simulés, etc.

Ces différentes activités seront analysées par les étudiants, ce qui donnera lieu à des débats sur le sujet traité, les participants, les propositions d'amélioration. C'est à partir de ces exercices pratiques et des observations qu'ils auront suscitées que les étudiants pourront établir progressivement une méthode d'enseignement propre. L'appréhension de la didactique par cette approche empirique permettra aux étudiants d'y être sensibilisés de manière vivante et dynamique. De plus, les étudiants auront la possibilité d'évaluer, dès le début, leur capacité d'enseigner. En cas de difficulté, ceux qui voudront poursuivre dans leur voie auront conscience des efforts à fournir.


· Adéquation de la théorie et de la pratique

Toutes les connaissances théoriques (linguistique, méthodologie, psychopédagogie, sociopédagogie, etc.) ne doivent pas être pour autant négligées, mais le lien avec la pratique devrait être plus explicite.

On pourrait prendre, pour support de ce lien, la préparation au stage d'enseignement qui se déroule en quatrième année. Cette préparation sera étalée sur l'ensemble de la troisième année. Il sera procédé régulièrement à l'analyse des méthodes existantes (points forts, points faibles, améliorations à apporter...), qui devra déboucher sur l'élaboration d'un dossier collectif, une sorte de mémoire de fin d'année, propre au groupe.

Une fois par mois, un cours de préparation au stage sera mis en place. Il s'agit de créer un lieu d'échanges où se réuniront les apprentis professeurs et les enseignants en poste. Ces derniers viendront d'abord parler de leur expérience et recevront ensuite les apprentis professeurs dans leur classe.

Cette observation sera suivie d'une discussion et d'une analyse. La discussion pourra porter sur les stratégies personnelles de l'enseignant et sur le degré de liberté dont pourra bénéficier le professeur en formation dans sa future animation. Cette séance devra aussi donner lieu à une discussion plus approfondie entre le formateur et ses étudiants.

Actuellement, les professeurs accueillant les stagiaires ne sont pas volontaires, mais y sont contraints par leur Institution. L'idéal serait que l'accueil des apprentis professeurs soit institutionnalisé, et que la participation des professeurs aux échanges mensuels soit reconnue comme faisant partie de leur formation continue.

Retour Sommaire Suite