Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Colloque sur le Caucase (19 mai 2005)



retour sommaire suite

Les couloirs régionaux : énergie, route, rail

Michel GELENINE, Chef de la mission économique à Bakou

Les couloirs régionaux voient leurs flux transiter essentiellement par l'Azerbaïdjan et la Géorgie. L'Azerbaïdjan devrait connaître, en 2005, un taux de croissance compris entre 20 % et 25 %. Les recettes dérivées des hydrocarbures y avoisineront les 100 milliards de dollars dans les prochaines années. En outre, une nouvelle classe d'entrepreneurs apparaît et les priorités sont données aux infrastructures et au secteur agroalimentaire.

En Géorgie, l'économie est encore en convalescence, même si les premiers résultats y sont encourageants. L'aide multilatérale et bilatérale demeure importante. Marqué par une forte volonté d'intégration régionale, ce pays voit apparaître une nouvelle génération d'entrepreneurs. Enfin, la Géorgie accorde la priorité aux infrastructures et à l'agroalimentaire.

Les hydrocarbures sont distribués selon trois couloirs pétroliers et trois couloirs gaziers. Les trois couloirs pétroliers sont les suivants :

- Russie - Novorossisk - Tuapse ;

- Bakou - Supsa ;

- la voie ferrée Bakou - Poti et Bakou - Batoumi.

Les trois couloirs gaziers sont les suivants :

- Russie - Bakou ;

- Russie - Géorgie - Arménie ;

- gazoduc Azerbaïdjan - Géorgie.

Dans le domaine du pétrole, trois projets sont en cours :

- la construction de l'oléoduc Bakou - Tbilissi - Ceyhan ;

- l'oléoduc d'Azpétrol Bakou - Sangachal, en phase d'études, afin de transporter vers le BTC du pétrole du Kazakhstan ;

- un terminal pour le pétrole du gisement de Kashagan.

Dans le domaine du gaz, quatre projets sont en cours :

- gazoduc Bakou - Tbilissi - Erzerum, en construction ;

- gazoduc vers l'Iran, afin d'acheminer des volumes équivalents à ceux que recevra l'enclave du Nakhitchévan ;

- gazoduc Tabriz - Erevan, offrant à l'Arménie une option par rapport au gaz russe ;

- gazoduc Tabriz - Djoulfa, alimentant le Nakhitchévan en gaz.

Pour ce qui est des couloirs routiers, notons l'existence de trois axes Est-Ouest (Bakou - Tbilissi, Tbilissi - Mer noire et Bakou - Nakhitchévan) et de cinq axes Nord-Sud (Russie - Bakou - Iran, route militaire du Caucase, Tbilissi - Erevan, Erevan - Meghri - Tabriz) . Plusieurs projets existent :

- un axe Nord-Sud entre la Russie et l'Iran ;

- une modernisation de la route entre Bakou et la Géorgie ;

- un périphérique permettant d'éviter la traversée de Bakou ;

- une nouvelle route créée à partir, partiellement, des pistes de BTC, permettant de relier Tbilissi à la Turquie ;

- la modernisation d'une liaison, sur la partie Ouest du réseau géorgien.

Si les couloirs ferroviaires sont nombreux, certains sont interrompus. Plusieurs projets existent donc :

- modernisation de l'axe Russie - Bakou - Iran ;

- construction d'une ligne Kars - Ahalkalaki - Tbilissi ;

- modernisation du matériel roulant azerbaïdjanais ;

- modernisation du matériel roulant géorgien ;

- modernisation de la voie ferrée entre Tbilissi et Erevan ;

- ouverture d'une ligne par ferry vers le port de Kavkaz.

Tous ces projets ont conduit à une redéfinition des couloirs dans tout le Caucase. Ils sont financés à l'aide de fonds propres (fonds pétrolier azerbaïdjanais par exemple) ou de fonds multilatéraux. Il convient de rappeler qu'une aide européenne se mettra en place à partir de 2007. Enfin, des aides bilatérales, à l'instar de l'aide américaine, doivent également être mentionnées.

retour sommaire suite