Allez au contenu, Allez à la navigation

Recherche Recherche avancée

Colloque sur le Caucase (19 mai 2005)



retour sommaire suite

L'Azerbaïdjan : un acteur pétrolier majeur et les enjeux pour le futur

Jean-Claude NAWROT,
Directeur général Total E & P Azerbaïdjan BV

I. La croissance du secteur pétrolier

Le PIB actuel de l'Azerbaïdjan n'a toujours pas atteint le niveau de 1991, avant l'indépendance. Cet élément témoigne des difficultés traversées par l'Azerbaïdjan depuis plus de dix ans. Cela dit, à partir de 2005, le pays va vivre une période de croissance exceptionnelle, devant atteindre le chiffre de 22 % en 2007. Le secteur pétrolier en sera évidemment un contributeur majeur, dans la mesure où il y participera à hauteur de 50 %, voire de 60 % dans les cinq années à venir. Le fonds pétrolier sur lequel est affectée la manne pétrolière va tripler en quelques années.

II. Un pays producteur

Le secteur pétrolier joue un rôle très important pour plusieurs raisons. Tout d'abord, l'histoire pétrolière de l'Azerbaïdjan est ancienne, les premiers forages ayant eu lieu en 1870. De plus, dès 1994, l'Azerbaïdjan a pu attirer les investissements étrangers. Aujourd'hui, la production pétrolière de l'Azerbaïdjan se situe aux alentours de 300 000 barils par jour. Quant à la production de gaz, elle a décliné et se situe à un niveau de 7 Gm3 par an.

D'ici 2010, la production devrait tripler pour atteindre la barre du million de barils par jour. Cette hausse sera essentiellement imputable au champ ACG, aux caractéristiques exceptionnelles. Il s'agit d'un champ géant, concentrant une réserve prouvée de cinq milliards de barils. En matière de gaz, le champ de Shah Deniz doit être mentionné. Il recèle un potentiel de plus de 20 Gm3 par an. Ce haut niveau permettrait de couvrir l'intégralité des besoins de la France. Évidemment, l'Azerbaïdjan va rapidement pouvoir survenir à tous ses besoins en matière de pétrole et de gaz, et bénéficiera d'une capacité exportatrice nette.

III. Un pays de transit

La Caspienne est très enclavée. Il est donc très intéressant, pour l'Azerbaïdjan, de jouer un rôle de transit. Le problème du transit des hydrocarbures a longtemps été majeur. Dans ce domaine, l'Azerbaïdjan a été visionnaire, considérant que Bakou pouvait jouer un rôle central. En effet, l'Azerbaïdjan dispose d'ores et déjà de trois voies d'exportation (le NER, le WER et le rail) et a décidé de créer deux nouvelles voies : le BTC, qui sera en mesure de transporter 1,5 million de barils par jour d'une part, et le gazoduc SCP, qui pourra transporter, à terme, 20 Gm3 par an.

Le transit est une activité maîtrisée par l'Azerbaïdjan. En effet, il s'y est fortement préparé. Un projet majeur doit être noté : la connexion Kazakhstan-Azerbaïdjan, pour laquelle Total a été nommée responsable des études pour le compte du consortium de Kashagan. Les décisions relatives aux investissements afférents seront prises rapidement, ce système devant être opérationnel en 2010-2011.

Le 25 mai, le protocole de Bakou sera signé. Il désignera cette connexion comme étant un projet majeur pour les pays de la région. Dans ce cadre, il sera nécessaire de construire :

- un pipe line de 700 kilomètres au Kazakhstan ;

- un nouveau terminal à Kuryk ;

- une demi-douzaine de tankers à fort tonnage ;

- un nouveau terminal à Bakou.

Il faudra également renforcer la capacité de transit du BTC. Ce projet majeur va prendre le relais des projets en cours et devrait intéresser nombre d'entreprises para-pétrolières.

Ainsi, l'Azerbaïdjan présente plusieurs atouts.


· La situation macro-économique y est excellente et l'ouverture du secteur pétrolier aux investissements étrangers s'est déroulée dans un contexte de grande stabilité.


· L'Azerbaïdjan dispose d'une position privilégiée pour développer son rôle de pays de transit.

Plusieurs défis se font maintenant jour. Il s'agit de :

- réduire la pauvreté de la population ;

- diversifier l'économie : tel est le rôle du fonds pétrolier ;

- maintenir la stabilité du pays et de la région.

retour sommaire suite