Allez au contenu, Allez à la navigation



Intervention du directeur de la mission économique Ubifrance

Jean-Louis POLI

Le Vietnam connaît une croissance de son PIB soutenue depuis une dizaine d'années, grâce à ses grands groupes publics mais aussi via le secteur privé qui a pris le relais. L'essentiel de l'investissement industriel au Vietnam est aujourd'hui de nature privée et de nature étrangère. Les exportations tirent la croissance : elles portent sur des marchandises agricoles et sur des produits bruts comme le pétrole mais aussi sur des produis transformés (pour l'essentiel textile, chaussures, bois). Cette industrialisation rapide a connu en moyenne une croissance supérieure de 6 points à celle du PIB.

La croissance vietnamienne s'appuie aussi sur un marché intérieur porteur qui s'est accru de 18 % en 2009 et de l'ordre de 20 % en 2010. La grande distribution représente aujourd'hui 15 % du commerce de détail. Des opportunités sont donc à saisir dans l'industrie et dans la distribution. Ce marché bénéficie d'appuis extérieurs importants. Les investissements étrangers représentaient 11,5 milliards de dollars en 2008 et 8 milliards de dollars en 2009. Ces chiffres devraient être dans la même veine en 2010, ce qui est un signe de confiance dans le pays. Ces investissements étrangers portaient plutôt sur des industries légères, il y a encore quelques années, et ils s'étendent aujourd'hui à l'industrie lourde (cimenterie, sidérurgie, industrie mécanique). L'aide au développement représente chaque année environ 6 milliards de dollars et les Vietnamiens qui vivent à l'étranger apportent autant en devises que l'aide publique au développement. Ils investissent même dans leur pays d'origine (immobilier, commerce).

La Banque asiatique de développement tablait sur 6 à 6,5 % de croissance en 2010, faisant du Vietnam le pays à plus forte croissance de l'Asean. Il ne faut donc pas attendre pour venir au Vietnam car la croissance est déjà là et ce pays peut être une plate-forme pour l'Asean qui représente un grand marché. Le Vietnam sera la plus forte croissance de l'Asean avec l'Indonésie en 2010. C'est un pays jeune. La moitié de sa population a moins de 25 ans. Il faut donc y investir à long terme.

Le Vietnam dispose de plusieurs atouts : son endettement extérieur limité, sa stabilité politique, sa main d'oeuvre laborieuse et peu coûteuse, son développement et sa diversification industrielle et son équilibre social. Nous pouvons aider le Vietnam à monter dans la chaîne de valeur. Ce pays est donc résolument à examiner de près.