Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi relatif à l'action extérieure de l'État

 

c) France Coopération Internationale : promouvoir et coordonner l'expertise française à l'international

Le groupement d'intérêt public France Coopération Internationale (FCI) est une structure interministérielle, créée en 2002, chargée de promouvoir l'expertise technique française à l'international, en particulier au sein de la zone de solidarité prioritaire. Opérateur du ministère des affaires étrangères, il est placé, depuis décembre 2007, sous la cotutelle du ministère de l'immigration, de l'intégration, de l'identité nationale et du développement solidaire (MIIIDS).

OEuvrant à l'international et essentiellement sur financement des bailleurs multilatéraux, FCI a notamment pour missions de :

- mobiliser l'expertise française ;

- intervenir comme opérateur en réponse à des commandes françaises ou étrangères et à des appels d'offres financés par des bailleurs multilatéraux ;

- apporter son soutien aux opérateurs français, publics et privés, également mobilisés sur les marchés internationaux de coopération et d'aide au développement8(*).

FCI assure également la gestion d'experts internationaux : outre la mobilisation d'experts pour des missions de court, moyen ou long termes et la gestion d'une partie des assistants techniques du ministère des affaires étrangères, FCI assure, depuis 2005, la gestion des experts techniques internationaux intervenant dans les secteurs transférés à l'Agence française de développement : développement rural et environnement, éducation de base et formation professionnelle, infrastructures, développement urbain.

Les ressources du GIP reposent sur trois sources principales de financement :

- les moyens de la coopération française bilatérale (budget du ministère des affaires étrangères et des autres administrations publiques françaises) ;

- les financements du donneur d'ordre/bénéficiaire de l'expertise ;

- les financements communautaires et multilatéraux (Commission européenne, Banque mondiale, etc.).

En dépit des critiques qui lui ont été adressées dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques, notamment sur ses difficultés à fédérer efficacement l'ensemble de l'offre française d'expertise publique, FCI a affiché, dans son rapport d'activité de 20089(*), des résultats financiers très encourageants. Son chiffre d'affaires s'est ainsi élevé, en 2008, à près de 25 millions d'euros, soit une augmentation de 40 % par rapport à 2007, voire de 45 % si l'on exclut les subventions de fonctionnement versées par le ministère des affaires étrangères à FCI en 2007 et dont le GIP ne bénéfice désormais plus depuis. L'augmentation de son chiffre d'affaires s'explique, pour le tiers, par l'amélioration de ses performances en matière de financements multilatéraux. Du reste, ce chiffre d'affaires inclut, pour la première fois, la valorisation des apports en nature dont bénéficie le GIP, notamment en termes de personnels mis à disposition, de locaux et télécommunications, apports qui représentent 4 % du chiffre d'affaires total.

* 8 http://www.fci.gouv.fr/

* 9 http://www.fci.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_d_activite_2008.pdf