Allez au contenu, Allez à la navigation

La qualité de l'eau et l'assainissement en France (rapport)

18 mars 2003 : Qualité de l'eau et assainissement en France (rapport) ( rapport de l'opecst )

 

 

3. L'évaluation de la qualité des eaux souterraines

Le suivi de la qualité des eaux souterraines ne s'est développé que récemment et reste incomplet. Pour répondre aux inquiétudes croissantes de l'opinion, la réponse la plus facile consiste à multiplier les analyses, à produire des statistiques, des cartes et des rapports, pas toujours cohérents entre eux. Les réseaux d'analyses présentent des limites qu'il convient de connaître.

a) Le réseau de suivi des eaux souterraines

« Pour 100 personnes qui suivent les eaux de surface, il n'y en a qu'une pour suivre les eaux souterraines ». Alors que la ressource est capitale pour l'alimentation en eau potable, l'attention portée aux eaux souterraines a été tardive et partielle. Le nombre, la profondeur, et parfois l'importance des nappes semblaient constituer des garanties suffisantes. Le suivi des eaux de surface était techniquement plus simple. Ainsi, le suivi des eaux souterraines n'est pas apparu prioritaire et ne s'est imposé qu'à la suite des périodes de sécheresse (1964, 1976 ...). L'objet du suivi était alors essentiellement d'ordre quantitatif, par la voie du suivi piézométrique, c'est-à-dire l'étude du niveau des nappes. Ce biais quantitatif est encore marqué aujourd'hui.

Les aspects qualitatifs ont été appréhendés par les directions départementales des affaires sanitaires et sociales (DDASS) qui procèdent depuis les années 60 à une analyse des prélèvements d'eau destinés à la consommation humaine.

Le besoin d'informations sur la qualité des eaux souterraines n'a été ressenti que dans les années 90, soit plusieurs années après que l'évolution des teneurs en nitrates sur les rares points de suivis à long terme ait révélé une dégradation sensible d'une ressource que l'on croyait préservée. Trois décisions marquent cette période : d'une part, l'élaboration -difficile- d'un instrument d'évaluation, le Système d'Evaluation de la Qualité des eaux souterraines (SEQ - eaux souterraines) (13(*)) fondé sur une appréciation des altérations de l'eau (14(*)). D'autre part, le lancement de campagnes de mesures dédiées à certains paramètres (notamment nitrates et pesticides). Enfin, la création très tardive, décidée en 1999 mais encore inachevée, d'un réseau national des eaux souterraines, le RNES, après signature d'un protocole entre la Direction chargée de l'environnement et les Agences de l'eau.

Le réseau ainsi formé est articulé autour d'entités distinctes qui obéissent à des logiques et des objectifs différents. On distingue principalement le réseau patrimonial destiné à suivre l'évolution quantitative de la ressource  et les réseaux de contrôle qualitatif destinés à suivre la qualité de l'eau prélevée pour l'eau potable, la qualité des eaux souterraines dans leur globalité, ou seulement quelques paramètres (15(*)).

L'évaluation de la qualité des eaux pose d'ailleurs des problèmes de méthode. Trois options sont possibles :

- la qualité d'une eau est évaluée par rapport à des usages (les qualités d'une eau destinée à la consommation d'eau potable sont évidemment différentes de celles attendues d'une eau d'irrigation ou à usage industriel),

- la qualité d'une eau est évaluée par rapport à un état naturel. Dans ce cas, on mesure la dégradation mais cela suppose de connaître l'état naturel. (une eau naturelle pouvant parfaitement être impropre à la consommation - présence d'arsenic naturel par exemple),

- la qualité d'une eau est évaluée par un indice synthétique, constitué à partir des deux modes d'appréciation précédents.

b) Les insuffisances des réseaux

Aucun de ces réseaux ne donne une vision exhaustive et satisfaisante de la situation des nappes en France.

§ La première limite est celle du maillage et des retards dans la mise en place d'un réseau d'observation qualitatif.

Des différences sensibles existent entre les régions. Certaines régions sont parfaitement équipées et réalisent un travail remarquable (Seine Normandie, Artois Picardie) (16(*)). D'autres régions sont moins avancées.


L'existence d'un réseau ne suffit pas pour garantir le recueil des données. On signalera à ce propos la paralysie qui a affecté le réseau des DDASS, en 1999 et 2000 (certaines DDASS ne rentraient pas les données transmises par les laboratoires d'analyses, d'autres ne les communiquaient pas au Ministère...).

§ La seconde limite est d'ordre qualitatif. Le réseau de contrôle sanitaire des DDASS sur les captages d'eau potable est sans doute le plus contestable.

D'une part, les mesures sur les lieux de forages, pourtant prévues par la réglementation, sont délaissées au profit de mesures après traitement de potabilisation ou après mélange des eaux (lorsque l'eau provenant de différents captages est mélangée par l'interconnexion entre les réseaux), gommant ainsi les analyses des eaux les plus dégradées. D'autre part, les captages fermés et abandonnés ne sont pas suivis. Ainsi, comme l'observe la direction de l'Agence Artois Picardie, « la représentativité de la qualité de la ressource est de plus en plus tronquée en fonction de l'abandon des ouvrages. En effet, les mauvais captages étant fermés, le réseau (des DDASS) donne un aperçu optimiste de la situation des nappes ».

c) Les travers méthodologiques des analyses

Les analyses d'eaux, et plus encore les comparaisons, demandent une grande rigueur scientifique (17(*)). L'observateur doit se poser plusieurs questions sur les différents points suivants.

§ Quelle est la représentativité des lieux de mesure ?
Le choix des sites est évidemment déterminant, puisqu'on peut parfaitement, par un choix judicieux, ou bien surévaluer une pollution, ou bien la sous-estimer. Faute de sélection, la dérive consiste à multiplier les mesures et les points de prélèvements. Il s'agit d'une dérive coûteuse et inutile. Pour M. Philippe CROUZET, Chef de mission à l'Institut Français de l'Environnement (IFEN), « il n'y a pas besoin de plus de recherche, ni de plus de mesures ; il y a juste besoin de mesures mieux documentées et plus représentatives ».

§ La fréquence des analyses est-elle adaptée ?
Certains réseaux choisissent des mesures périodiques, à des périodes fixes et déterminées à l'avance, ce qui permet d'évaluer une moyenne de contamination. D'autres réseaux dédiés (nitrates et surtout pesticides) mesurent les pollutions après les événements à risques, ce qui permet de bien évaluer les pics de pollution.

La fréquence doit dépendre du type d'eau analysée. Les pollutions des eaux de surface sont beaucoup plus irrégulières que la pollution des eaux souterraines surtout dans les petits bassins et/ou sous climat méditerranéen. Les professionnels considèrent qu'on ne gagne que très peu d'informations en multipliant le nombre de points et de fréquence de contrôles. D'ailleurs, la fréquence des mesures a beaucoup moins d'importance que leur pérennité et leur qualité.

§ L'appréciation des analyses
Il n'existe pas -pas encore- de norme de qualité des eaux souterraines. L'évaluation passe donc par une grille d'analyses, fondées sur des altérations. Ces altérations sont appréciées par des spécialistes... de plus en plus spécialisés. Le responsable doit cependant veiller à se garder des chapelles et des modes. L'opinion est sensible aujourd'hui à la dégradation par les nitrates et pesticides. Il existe pourtant bien d'autres risques sur lesquels il y a moins de données, moins de communication, mais qui sont tout autant préoccupantes : l'intrusion marine (pour les nappes), l'eutrophisation (pour les cours d'eau), les contaminations bactériennes sont des risques certainement plus importants.

§ La représentation de données
La diffusion des informations est généralement assurée par une cartographie et des couleurs. On ne saurait assez mettre en garde chacun contre l'effet écrasant et trompeur de carte de qualité, tant il est facile de multiplier les « points bleus » (où tout est bon) ou, au contraire, les « points rouges » (où tout est mauvais) selon l'objectif recherché.

En conclusion, il apparaît que la dérive statistique, la mesure anecdotique et la précipitation doivent être bannies. Un réseau pertinent et opérationnel doit être représentatif, ce qui suppose un travail méthodique de la communauté scientifique .Il doit aussi s'inscrire dans la durée ce qui suppose un engagement sans faille des responsables politiques. Ces derniers doivent se garder d'être trop dépendants d'une spécialité scientifique, quelle qu'elle soit, et des modes. Dans cette politique de l'environnement, les élus ont besoin de généralistes de haut niveau qui sachent faire la synthèse entre les spécialités, et qui soient capables de communiquer.

* (13) Annexe 13 - Le Système d'Evaluation de la Qualité des eaux souterraines (SEQ - eaux souterraines).

* (14) Annexe 14 - Les altérations des eaux souterraines.

* (15) Annexe 15 - Les Réseaux de Suivi des Eaux Souterraines.

* (16) Annexe 16 - L'évaluation de la qualité des eaux souterraines en Seine-Normandie.

* (17) Annexe 17 - Observations de méthode sur les analyses d'eau.