Allez au contenu, Allez à la navigation



Proposition de loi tendant à faciliter l'utilisation des réserves militaires et civiles en cas de crise majeure

12 juillet 2011 : Réserves militaires et civiles ( rapport - deuxième lecture )

Rapport n° 757 (2010-2011) de M. Josselin de ROHAN, fait au nom de la commission des affaires étrangères et de la défense, déposé le 12 juillet 2011

Disponible au format PDF (84 Koctets)

Tableau comparatif au format PDF (71 Koctets)


N° 757

SÉNAT

SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011

Enregistré à la Présidence du Sénat le 12 juillet 2011

RAPPORT

FAIT

au nom de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées (1) sur la proposition de loi, MODIFIÉE PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE, tendant à faciliter l'utilisation des réserves militaires et civiles en cas de crise majeure,

Par M. Josselin de ROHAN,

Sénateur

(1) Cette commission est composée de : M. Josselin de Rohan, président ; MM. Jacques Blanc, Didier Boulaud, Jean-Louis Carrère, Jean-Pierre Chevènement, Robert del Picchia, Jean François-Poncet, Robert Hue, Joseph Kergueris, vice-présidents ; Mmes Monique Cerisier-ben Guiga, Joëlle Garriaud-Maylam, MM. André Trillard, André Vantomme, Mme Dominique Voynet, secrétaires ; MM. Jean-Étienne Antoinette, Robert Badinter, Jean-Michel Baylet, René Beaumont, Jean-Pierre Bel, Jacques Berthou, Jean Besson, Michel Billout, Didier Borotra, Michel Boutant, Christian Cambon, Marcel-Pierre Cléach, Raymond Couderc, Mme Michelle Demessine, M. André Dulait, Mmes Bernadette Dupont, Josette Durrieu, MM. Jean Faure, Jean-Paul Fournier, Mme Gisèle Gautier, M. Jacques Gautier, Mme Nathalie Goulet, MM. Jean-Noël Guérini, Michel Guerry, Robert Laufoaulu, Simon Loueckhote, Philippe Madrelle, Pierre Mauroy, Rachel Mazuir, Louis Mermaz, Mme Lucette Michaux-Chevry, MM. Jean Milhau, Charles Pasqua, Philippe Paul, Xavier Pintat, Bernard Piras, Christian Poncelet, Yves Pozzo di Borgo, Jean-Pierre Raffarin, Daniel Reiner, Roger Romani, Mme Catherine Tasca.

Voir le(s) numéro(s) :

Première lecture : 194, 343, 344 et T.A. 91 (2010-2011)

Deuxième lecture : 749, 757 et 758 (2010-2011)

Assemblée nationale (13ème législ.) :

Première lecture : 3299, 3549 et T.A. 715

EXPOSÉ GÉNÉRAL

Mesdames, Messieurs,

L'Assemblée nationale a adopté, le 11 juillet dernier, la proposition de loi de M. Michel Boutant et de Mme Joëlle Garriaud-Maylam tendant à faciliter l'utilisation des réserves militaires et civiles en cas de crise majeure en la modifiant.

Les modifications adoptées par l'Assemblée nationale, à l'initiative du rapporteur de la commission de la défense, M. Patrice Calméjane, ont une portée rédactionnelle qui ne modifie ni les règles régissant le dispositif de réserve de sécurité nationale introduit par la proposition de loi dans le code de la défense, ni l'adaptation du régime juridique du service de défense proposé.

Votre commission estime que ces modifications sont de nature à améliorer la qualité de la rédaction du texte de la proposition de loi, et des dispositions concernées du code de la défense et de celui des collectivités territoriales. Elle vous propose en conséquence d'adopter ce texte tel qu'il est issu des travaux de l'Assemblée nationale.

EXAMEN EN COMMISSION

La commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées a examiné le présent rapport lors de sa réunion du 12 juillet 2011.

M. Josselin de Rohan, rapporteur - Comme vous vous en souvenez, nos deux collègues, Joëlle Garriaud-Maylam et Michel Boutant ont mené une mission sur l'utilisation des réserves militaires et civiles en cas de crise majeure. Ils nous avaient présenté leur rapport le 14 décembre dernier.

Ce rapport constitue aujourd'hui un document de référence sur la situation des réserves civiles et militaires.

Il a soulevé un grand nombre de sujets qui relèvent pour l'essentiel de l'exécutif, mais il prévoyait un volet législatif avec une proposition de loi modifiant le code de la défense.

Je vous rappelle qu'il s'agit d'offrir la possibilité aux armées et aux administrations qui disposent de réservistes, telles que la police, de pouvoir mobiliser une partie de ces réservistes en cas de crise majeure.

L'actualité nous montre que les armées professionnelles aux effectifs resserrés peuvent avoir besoin des réserves pour faire face à des pics d'activités. Nous avons besoin de réservistes formés, capables de remplacer, dans les états-majors ou dans les forces de soutien, les militaires d'active partis en opération.

Les catastrophes en tout genre, Katrina aux Etats-Unis, Fukushima au Japon, nous montrent que les Etats modernes ne sont pas à l'abri d'événements majeurs qui saturent les capacités des forces actives et des services publics de secours et exigent la mobilisation de réservistes aguerris.

Nous avions adopté cette proposition de loi le 30 mars dernier. Hier, l'Assemblée Nationale a, à son tour, adopté ce dispositif. Elle a adopté six amendements qui améliorent la qualité du texte sans en modifier le fond.

Je vous propose, en conséquence, d'adopter le texte issu de l'Assemblée nationale, de sorte que ce dispositif puisse être opérationnel à la fin de l'année.

Au-delà de ce texte, je crois qu'il faut pousser le gouvernement, le ministère de la défense, et les états-majors des armées à poursuivre la modernisation des réserves. Le rapport de nos collègues avait soulevé de vraies questions sur l'émission, les moyens, la gestion des réserves. Il faudra, à l'occasion de l'adoption de ce texte en séance publique demain matin, et au-delà dans les mois et les années qui viennent, exiger que des réponses soient apportées à ces questions.

Suivant l'avis de son rapporteur, la commission a adopté la proposition de loi sans modification.