Allez au contenu, Allez à la navigation

20 mai 1998 : Energie - La politique énergétique de la France : passion ou raison ? (tome 1) ( rapport de commission d'enquête )

 



Retour Sommaire Suite

2. Un développement spectaculaire en Espagne

Pour ce qui concerne la cogénération, la puissance totale installée était, fin 1997, de 4.400 MW, soit l'équivalent de 4 centrales nucléaires, réparties entre plus de 1000 centrales et 500 propriétaire. Parmi elles, une trentaine ont une capacité supérieure à 20MW et appartiennent à de grandes entreprises. Cinq années ont suffi pour multiplier par 4 le nombre de kilowatt-heures cogénérés : la production annuelle est ainsi passée de 3.600 GWh en 1990 à 15.670 GWh en 1996. La croissance a été si spectaculaire en 1995 que les objectifs de production d'électricité cogénérée prévus par le Plan Energétique National pour la période 1991-2000 ont déjà été atteints.

Au total, près de 9 % de l'électricité produite en Espagne provient directement de l'industrie et non des entreprises d'électricité. L'industrie auto-produit 16 % de l'électricité qu'elle consomme. L'industrie du raffinage génère à elle seule 39 % de l'électricité auto-produite, suivie par l'industrie du papier avec 14 %, la chimie avec 12 % et le verre avec 8,7 %.

Notons que si les producteurs électriques s'intéressent à ce marché, ils n'y sont pas systématiquement favorables dans la mesure où ils sont obligés d'acquérir les excédents générés par ces nouveaux concurrents à un prix de rachat bien supérieur au prix national.

Aussi, la nouvelle loi du secteur électrique a-t-elle distingué les autoproducteurs dont la puissance installée est comprise entre 25 MW et 50 MW, et ceux dont la puissance est inférieure à 25 MW. Les installations comprises entre 25 et 50 MW ne pourront plus prétendre au régime d'aide et devront consommer au minimum 50 % de leur production. Les installations inférieures à 25 MW devront consommer au minimum 30 % de leur production et pourront bénéficier de primes modulées en fonction de la puissance (selon que celle-ci est inférieure ou supérieure à 10 MW) et du type d'énergie renouvelable (solaire, hydraulique, biomasse).

Le nouveau régime devrait freiner le développement de la cogénération et favoriser les petites structures (inférieures à 25 MW).

Retour Sommaire Suite