Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

B. LES PROBLÈMES STRUCTURELS

En ce qui concerne l'impact de l'élargissement sur les autres dépenses, qui est de loin, le problème majeur posé par l'ouverture de l'Union à de nouveaux Etats très en retard de développement, la programmation de Berlin s'inspire de l'idée d'une augmentation progressive des transferts vers les nouveaux membres afin de tenir compte de leur capacité d'absorption.

En tout état de cause, les transferts globaux des fonds structurels et de cohésion ne devraient pas dépasser 4 % du PIB d'un Etat membre actuel ou futur.

Il est prévu à ce stade de consacrer près de 40 milliards d'euros, tous crédits compris, à la dimension structurelle de l'élargissement.

Le tableau ci-dessous récapitule quel pourrait être le niveau relatif des actions structurelles dans une Union européenne élargie.

Niveau de dépenses au titre de la politique de cohésion ramené au nombre d'habitants
et au PIB des Quinze et des PECO


Pour les nouveaux :
dépenses en 2006
Pour les anciens membres :
" paquet " 1993-1999


Actions structurelles/PIB
(% de PIB)


Actions structurelles/tête
(euro/tête)

6 premiers candidats

3,3

179

Allemagne

0,21

45

Autriche

0,19

39

Belgique

0,18

34

Espagne

1,74

181

France

0,22

43

Grèce

3,67

284

Irlande

2,82

346

Italie

0,42

63

Pays-Bas

0,15

28

Portugal

3,98

299

Royaume-Uni

0,25

37

Ensemble

0,51

75

Tout jugement sur la programmation envisagée dépend de l'effet de l'élargissement sur les économies concernées par lui dont le sens varie beaucoup selon les analyses économiques.

Mais, deux constats peuvent être déjà effectués :

Le niveau relatif des transferts prévus est élevé et, sauf à s'affranchir des règles posées en matière de cofinancement, sollicitera beaucoup les financements disponibles dans les nouveaux Etats-membres.

Les effets économiques des transferts prévus pouvant être débattus, le constat peut toutefois être posé que la programmation adaptée à Berlin correspond à un scénario de rattrapage des économies de l'Europe des 15, qui s'effectuerait sur un rythme très lent.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli