Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information



Retour Sommaire Suite

CHAPITRE IV

PERSPECTIVES

A. PERSPECTIVES TECHNIQUES

1. Perspectives en matière d'imagerie

a) Les utilisations civiles

Très peu d'informations ont filtré à ce sujet. La principale préoccupation des industriels rencontrés réside en effet dans les perspectives économiques -trouver les moyens de développer le marché, étendre les utilisations possibles et, surtout, capter les utilisateurs potentiels- plus que dans les évolutions techniques.

Quelques éléments méritent néanmoins d'être relevés. Tout d'abord, l'arbitrage "qualité d'image / réactivité de l'image" demeure une contrainte absolue qui ne sera levée qu'avec le développement de la puissance des ordinateurs. Une image de bonne qualité esthétique demande 25 minutes de calcul. Malgré le développement de la puissance des ordinateurs, cet ordre de grandeur demeure, car, même si les calculs sont plus rapides, on demande "toujours plus" (luminosité, ray tracing...), de telle sorte que le temps global reste, en définitive, inchangé.

Les intervenants s'accordent en outre pour considérer que les potentialités du numérique n'ont pas encore été perçues. Pour donner un seul exemple, les scientifiques travaillent aujourd'hui sur l'interaction image et son : une phrase, dictée et enregistrée sur une carte analogique, est transformée en signal numérique puis reproduite sous forme d'image. Cette image est transmise à un autre point et retraduite en mots. Cela fonctionne comme un code, mais il est inutile de mémoriser le code, car la transcription mot  image, image  mot est faite par l'ordinateur.

Parmi les développements annoncés, figure également les travaux sur l'analyse des images. Si le début des années 1980/1990 a vu des progrès fulgurants en matière de synthèse d'images, beaucoup de travaux portent aujourd'hui sur l'analyse qui permet d'identifier des images déterminées. Les recherches ont d'abord été faites dans le domaine militaire (recherche de renseignements), mais des potentialités s'ouvrent dans le domaine civil : recherche automatique de visages dans une foule...

Enfin, votre rapporteur s'est intéressé aux techniques de substitution d'images et de son en direct. Peut-on, en direct, modifier le discours ou l'aspect d'un personnage, comme une publicité sur un écran ? Pour les responsables du procédé EPSIS, la substitution d'images en direct n'est aujourd'hui possible que pour des images fixes (panneaux publicitaires). La substitution d'images mobiles demanderait une puissance d'ordinateurs mille fois plus importante, ce qui arrivera, mais pas avant quinze ou vingt ans. Il faut cependant nuancer l'intérêt du direct. Dans la quasi totalité des cas, le travail de substitution d'images peut être réalisé dans des délais très courts. Le fait qu'il y ait un délai de quelques jours ou de quelques heures, voire bientôt de quelques minutes, est d'ailleurs secondaire lorsqu'on s'interroge sur le problème de fond de la manipulation d'informations.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli