Allez au contenu, Allez à la navigation



La politique spatiale française: bilan et perspectives

 

B. L'AVENIR DES SATELLITES GÉOSTATIONNAIRES

Les satellites géostationnaires sont appelés à jouer un rôle essentiel dans le marché des télécommunications qui est en pleine croissance.

Un marché en pleine croissance

Utilisateurs : doublent tous les 18 mois

Trafic : double tous les 12 mois

100 ans pour atteindre 1.000 millions d'usagers de téléphonie fixe

30 ans pour atteindre 500 millions d'usagers de téléphonie mobile

20 ans pour atteindre 500 millions d'internautes

millions d'utilisateurs

Source : Alcatel Space - février 2001

La demande de moyens de télécommunications sera largement satisfaite par les moyens terrestres mais également par les satellites ainsi que l'indiquent les projections d'Euroconsult, qui mettent également en lumière la part croissante de moyens consacrés à Internet.

Demande mondiale de répéteurs

Répartition 1999, projection 2009

1999 : total de 5 981 répéteurs dont 4 639 actifs + 1 342 en réserve

2009 : total de 9 762 répéteurs dont 7 510 actifs + 2 252 en réserve

Source : Euroconsult 02/2001 - Prévision à mi-2000

Compte tenu des problèmes rencontrés par les constellations de satellites, et compte tenu de leur puissante capacité de diffusion d'information sur de larges zones, ce sont les satellites géostationnaires qui pourront, non pas concurrencer, mais compléter les services offerts par les infrastructures terrestres, et surtout, servir d'outils de pénétration sur de nouveaux marchés et de nouveaux territoires. A cet égard, ce serait une erreur tactique majeure de mesurer leur importance au seul pourcentage de flux d'information transmis et de négliger leur capacité d'opérer à l'avant-garde du marché des solutions terriennes.

Il est essentiel d'analyser, en fonction des caractéristiques des satellites geostationnaires, les « niches » du marché des télécommunications où ils pourront se positionner. Ces caractéristiques sont notamment la possibilité de couvrir des zones assez larges et celle d'envoyer d'un « point » dans l'espace à de multiples « points » sur terre, des masses de données à haut débit.

Les satellites géostationnaires peuvent offrir de nombreux services pour répondre aux besoins classiques et émergents des télécommunications.

De nouveaux services de communications par satellite

émergent en permanence

     

Autres ?

     

Services multimédia inter-actifs directs à l'abonné

     

Téléphonie rurale à base de réseaux VSAT

     

Radio numérique directe à l'abonné (DAB)

   

Téléphonie mobile personnelle mondiale

Téléphonie mobile personnelle mondiale

   

Réseaux privés VSAT sous protocole Internet (IP)

Réseaux privés VSAT sous protocole Internet (IP)

   

Echanges de trafic Internet entre professionnels

Echanges de trafic Internet entre professionnels

   

TV et radio analogique et numérique directe à l'abonné

TV et radio analogique et numérique directe à l'abonné

 

Communications à partir d'antennes mobiles (transp.)

Communications à partir d'antennes mobiles (transp.)

Communications à partir d'antennes mobiles (transp.)

 

Alimentation des têtes de réseaux câblés/ hertziens de TV

Alimentation des têtes de réseaux câblés/ hertziens de TV

Alimentation des têtes de réseaux câblés/ hertziens de TV

Echanges de programmes TV entre professionnels

Echanges de programmes TV entre professionnels

Echanges de programmes TV entre professionnels

Echanges de programmes TV entre professionnels

Commutation de trafic voix/données entre centraux

Commutation de trafic voix/données entre centraux

Commutation de trafic voix/données entre centraux

Commutation de trafic voix/données entre centraux

années 1970

1980-1990

1990-2000

2000-2010

Source : Euroconsult 02/2001

1. La téléphonie

Dans le secteur de la téléphonie, il convient de distinguer les services fixes des services mobiles.

Si le marché de la téléphonie fixe entre les continents et à l'intérieur des continents constitue le principal marché d'origine du satellite, c'est aussi celui qui est le plus affecté par la concurrence du câble à fibre optique ; les capacités transocéaniques de téléphonie par câbles ont été multipliées par plus de 200 au cours des cinq dernières années ; de plus, ces câbles permettent maintenant, outre les liaisons transatlantiques et transpacifiques, d'établir des liaisons avec l'Amérique latine, l'Inde, l'Océanie et, à terme, avec l'Afrique ou le Moyen-Orient, alors que ces régions dépendaient traditionnellement du satellite.

Le satellite reste essentiel pour les liaisons avec et entre les pays en développement, particulièrement quand les territoires sont vastes et les populations dispersées. Mais globalement, la téléphonie fixe n'est pas un marché d'avenir pour le satellite.

La téléphonie mobile, ainsi qu'on l'a vu avec l'échec des constellations, a été la grande désillusion du secteur des télécommunications spatiales. Pour l'avenir, on estime que, si le nombre d'utilisateurs de services de télécommunications mobiles par satellites a fortement progressé ces dernières années, le marché reste un marché professionnel haut de gamme recourant aux services de satellites géostationnaires : il s'agit de grands utilisateurs professionnels situés dans des secteurs non desservis par les réseaux terrestres (bateaux, avions, sites isolés) ayant recours au système Inmarsat.

Là non plus, on ne peut attendre un développement significatif de marché pour les satellites dans les années à venir.

2. La télédiffusion et les applications multimédias

Pour les services de télédiffusion par satellites, le satellite est infiniment plus compétitif que les réseaux terrestres puisque d'un seul point, des centaines de programmes télévisés peuvent être diffusés vers des centaines de millions d'individus. L'utilisation de satellites géostationnaires associée à la technique de compression numérique a permis, au cours des quinze dernières années, de diviser par 1.000 le coût de diffusion d'une chaîne de télévision entre un studio d'enregistrement et un téléspectateur.

Il est prévu que les services de télédiffusion par satellite continuent à s'étendre tant pour des chaînes de programmes TV que pour de nouveaux services, représentant environ 13.500 chaînes à l'horizon 2009 (25(*)).

Par ailleurs, les satellites géostationnaires offriront bientôt de nouveaux services de radiodiffusion sonore numérique, combinant des canaux « radio » haute qualité et une diffusion d'information de toute nature, sous forme de données ou d'images fixes ou lentement animées.

Les applications Internet sont appelées à se développer avec une telle vitesse que l'ensemble des réseaux disponibles sera nécessaire pour l'acheminement des flux de données : d'après les estimations de l'IDATE (Institut de l'Audiovisuel et des Télécommunications en Europe), le nombre d'internautes va passer de 206 millions au 1er janvier 2000 à 383 millions en 2002, soit une progression de 85 % en deux ans... Dans ce secteur multimédia, les satellites peuvent occuper une place non négligeable en proposant des services à taux d'interactivité variables.

- Les satellites permettent d'acheminer des données du réseau Internet. D'une part, les liaisons dites « dorsales » Internet passent par des répéteurs de satellites dédiés à cette fonction. D'autre part, les satellites permettent d'établir des liaisons dites point-multipoint pour transmettre du contenu Internet des réseaux terrestres de rediffusion comparables au trafic d'acheminement des chaînes de TV vers les têtes. La technique dite « push » permet, par exemple, de transmettre sur demande ou automatiquement des informations spécialement sélectionnées en fonction de leur profil et qui sont stockées en « mémoire cache » et disponible sans délai dès qu'un utilisateur le souhaite. Un progiciel « SIMPLE » (Satellite Interactive Multimedia Platform for Low-cost Earth Stations) permettant d'optimiser cette technique est actuellement mis au point par l'ESA (26(*)).

Le développement de la « mémoire cache » et du multicast (multidiffusion de fichiers de données ou de vidéo) ; correspond bien aux souhaits de nombreux internautes qui ont besoin d'acquérir des informations volumineuses plutôt que d'en exporter ; elle permettrait aux satellites de fournir un service qui n'offre pas les systèmes de télécommunications terrestres. En fait, les satellites ont un avantage par rapport aux système sol dès qu'il s'agit d'une liaison point à multipoint, c'est-à-dire d'un service proche de la télédiffusion, un nombre élevé de points dispersés recevant le même contenu.

- Les satellites peuvent aussi offrir à l'usager final un accès direct à Internet. C'est une application nouvelle qui peut se développer dans deux directions.

Il peut s'agir d'un accès à Internet via un terminal de type TVRO (Television Reception Only). Les services offerts sont légèrement interactifs grâce à une liaison retour à faible débit via les réseaux sol de téléphone. Ils se développent sous le protocole Internet associé au protocole de diffusion vidéo (DVB) et connaissent une croissance rapide.

L'autre voie est celle d'une interactivité complète (accès à Internet et liaison retour par satellite), le coût du terminal est alors plus élevé que dans la configuration précédente, du fait de la liaison montante ; le prix du service serait également plus élevé compte tenu du coût de la liaison satellite montante par rapport aux liaisons classiques de retour par voies terrestres.

On peut conclure que le satellite a un véritable rôle à jouer dans la multidiffusion de données Internet en quantité massive et en flux continus, avec une faible interactivité. Cela correspond à la tendance actuelle de la pratique d'Internet par le grand public, caractérisée par un fort déséquilibre entre le trafic descendant vers l'usager (données, images, son et vidéo) et le trafic remontant de l'usager.

A terme, même si cette tendance évolue et si les besoins de liaisons bidirectionnelles croissent, le satellite ne sera pas exclu du marché Internet. La stratégie d'Eutelsat en témoigne.

L'opérateur de satellites, qui devrait avoir le statut de société anonyme en juillet 2001 et qui diffuse près de 850 chaînes de télévision et 530 programmes de radio, a en effet annoncé un ensemble d'initiatives qui confirment son engagement en direction des services numériques, de l'accès à Internet à haut débit et du multimédia. Le Conseil d'Eutelsat, a approuvé en janvier 2001, la construction et le lancement du nouveau satellite e-BIRD. Destiné à l'accès Internet bidirectionnel et à haut débit, ce satellite devrait être opérationnel au cours du deuxième trimestre 2002.

Pour Guiliano Berretta, PDG d'Eutelsat, ce projet anticipe une forte poussée de la demande en matière de services mobiles à haut débit. « Les prévisions établies pour ce secteur indiquent qu'en 2008 le satellite représentera 10 % de l'accès Internet à haut débit et qu'il sera l'un des principaux moteurs de croissance de l'Internet ».

M. Berretta a également précisé que la capacité satellitaire d'Eutelsat (18 satellites en orbite et 5 à lancer au cours des deux prochaines années) est utilisée à plus de 40 % pour les services de données numériques ; et au sein de cette part, 40 % sont représentés par les réseaux bidirectionnels par satellites pour des applications Internet.

* (25) Estimation EUROCONSULT

* (26) Cf. Annexe 10 : Le progiciel SIMPLE.