Allez au contenu, Allez à la navigation



La politique spatiale française: bilan et perspectives

 

B. DORIS

Le système DORIS (Détermination d'Orbite et Radiopositionnement Intégrés par Satellite) a été développé par le CNES et embarqué pour la première fois par le Satellite Spot 2 lancé en 1990.

Il est conçu pour répondre aux besoins d'orbitographie de précision (missions d'altimétrie spatiale) et de localisation précise de balises (besoins de la géodésie). La qualité et l'importance de l'excellence acquise ne doivent pas être sous-estimées ; un exemple en donne la mesure : c'est Doris qui assure l'orbitographie, de précision centimétrique, du satellite franco-américain Topex-Poseidon, bien que le satellite ait un récepteur GPS embarqué à bord ; il en sera de même pour son successeur préopérationnel Jason. La navigation autonome d'un satellite, qui est une évolution recherchée pour alléger le poids des segments terriens et le coût des opérations, notamment dans la perspective des constellations, est l'une des cibles de GPS ; sa généralisation créerait une dépendance des systèmes spatiaux à l'endroit de GPS. Le couplage de Doris avec un logiciel de calcul d'orbite à bord en temps réel (Diode) offre une alternative qui est d'ores et déjà disponible et qui pourrait permettre, le cas échéant, de contourner cet aspect particulier de la dépendance GPS.

Les applications de Doris sont extrêmement diverses et concernent aussi bien les applications opérationnelles que la recherche scientifique. Rappelons que Doris a été le premier système spatial à pouvoir mesurer des phénomènes de très faibles amplitudes comme les mouvements verticaux de la croûte terrestre.

Au total, le programme spatial français dispose avec Doris d'une technique qui répond potentiellement à deux objectifs :

- disponibilité d'un instrument de haute précision pour les applications scientifiques,

- disponibilité d'un instrument de navigation métrique adapté notamment aux constellations.

Cet atout ne saurait être négligé, singulièrement tant que subsiste un monopole mondial sur les systèmes de type GPS.

Il convient donc de poursuivre dans ce domaine une politique de produit fondée sur la continuité du service et la promotion du système, dans les cadres européen et international.