Allez au contenu, Allez à la navigation



La politique spatiale française: bilan et perspectives

 

C. LES AUTRES NATIONS SPATIALES : LE JAPON

La relation avec les nations spatiales autres que les États-Unis ne peut se fonder que sur la recherche d'intérêts mutuels. Compte dûment tenu des contextes politiques qui prévalent dans chaque cas particulier, il n'y a lieu d'exclure, de cette recherche de coopérations, aucune des nations spatiales : Inde, Chine, Brésil, Japon.

Toutefois, le cas du Japon mérite une attention toute particulière. Les relations politiques que le Japon entretient avec les États-Unis, le poids de la présence américaine, sont sans doute différentes de celles qui prévalent en Europe. Mais cela mis à part, et malgré les échecs récents du lanceur H2 qui pèsent sur l'ambition spatiale japonaise, cette ambition et la capacité techno-industrielle du Japon sont de même nature et de même importance que celles de l'Europe. Il existe a priori une large base d'intérêts mutuels qui devrait être soigneusement explorée et exploitée et qui pourrait conduire à faire du Japon le partenaire privilégié de l'Europe.

Les projets coopératifs initiés par le CNES et la NASDA sont un pas dans cette voie qui devrait être encouragé et activement poursuivi.