Allez au contenu, Allez à la navigation



Les conséquences de l'évolution scientifique et technique dans le secteur des télécommunications

 

INTRODUCTION

Les télécommunications s'entendent de l'ensemble des procédures de transmission et de réception d'informations à distance.

Depuis son apparition, à la fin du XIXème siècle, ce secteur a été en évolution constante et diversifiée : télégraphe Chiappe, télégraphie filaire, câblage sous-marin, télégraphie sans fil, téléphone, radio, télévision, utilisation de satellites, etc. Ceci, soit du fait des progrès propres à ce secteur, soit du fait de l'utilisation d'autres avancées technologiques.

Le mentionner, c'est affirmer que les progrès des télécommunications ont largement accompagné l'ensemble des acquis scientifiques et technologiques depuis la fin de la première révolution industrielle.

Mais, depuis une dizaine d'années, deux dominantes de l'évolution de ce secteur se sont esquissées, puis profilées et sont en voie de s'imposer.

D'une part, on assiste à une convergence des domaines d'application entre lesquels le secteur s'était segmenté (transports du texte, de la voix, et de l'image) ainsi qu'au développement d'une interopérabilité entre les techniques de transmission et de réception, fixe et mobile. Ceci signifie qu'à un horizon d'une décennie, chacun d'entre nous pourra recevoir et émettre du son, du texte et de l'image n'importe où et sur tout support. Ceci implique également que chacun d'entre nous vivra dans un réseau d'objets communicants dont l'offre de service s'appliquera aux domaines les plus quotidiens de notre vie, en situation résidentielle comme en situation nomade.

D'autre part, en conjugaison avec l'informatique, le secteur des télécommunications n'est plus seulement un facteur d'accompagnement du progrès économique, mais un élément moteur de ce progrès. Déjà prévalent aujourd'hui, il sera probablement décisif dans les vingt prochaines années.

Selon une étude du BIPE, réalisée pour le Ministère de l'Industrie, la contribution directe de ce secteur à la croissance a représenté en 2000 de 0,6 % à 1,6 % de point de PNB et ceci est amené à augmenter rapidement. Notamment parce que l'on assiste à la transition entre une économie de marché classique et une économie de réseaux à flux continus, dans laquelle les individus seront de plus en plus disposés à payer, non pour la valeur intrinsèque des biens, mais pour leur usage, en fonction d'une durée dont ils décident librement.

Ce phénomène est probablement porteur de transformations considérables et, comme tel peut apparaître menaçant. Mais, dans un contexte où la mondialisation et les tentations de délocalisation menacent le modèle social européen, il incarne une espérance dont il est essentiel d'encourager la réalisation.

*

* *

Dès lors, cette étude s'efforcera de décrire les traits dominants de l'évolution scientifique et technologique du secteur et certaines des mutations économiques et sociales que cette évolution produira, puis d'exposer les obstacles qui ralentissent cette transformation et, enfin, de présenter des propositions.