Allez au contenu, Allez à la navigation



Les conséquences de l'évolution scientifique et technique dans le secteur des télécommunications

 

B. LES INTERROGATIONS LIÉES À LA SÉCURISATION DES RÉSEAUX

Les réseaux informatiques et de télécommunications sont appelés à être des supports essentiels de la vie économique et des relais quotidiens de la vie personnelle de leurs usagers.

Mais ils ne le deviendront que si leur sécurité est assurée au même titre que celle de la correspondance postale, des échanges bancaires ou des conversations téléphoniques.

Or, la sécurisation complète de ces réseaux devient de plus en plus difficile.

En effet, leur raison d'être est d'être ouverts et entièrement interopérables, ce qui rend inopérants les modes traditionnels de sécurisation par cloisonnement, et moins efficaces les États qui étaient traditionnellement chargés de réguler cette sécurisation.

De plus, la sécurisation doit s'effectuer dans un contexte un peu particulier, où tout le monde peut se connecter et où toutes les informations doivent se propager et où - dans le même temps - il existe des positions dominantes (Intel, Cisco, Microsoft) qui interfèrent sur toute la chaîne, et qui ne sont pas toujours ni transparentes, ni homogènes. De telle sorte qu'il est extrêmement difficile de leur appliquer des mesures de sécurisation généralisées.

Il faut, enfin, considérer que cette sécurisation doit s'appliquer à l'ensemble de la chaîne télécommunications-informatique : des univers de la domotique - où personne ne souhaiterait des intrusions alors même que ces réseaux domestiques sont reliés à Internet, au très haut débit qui intéresse, par exemple, les calculs distribués qui sont ventilés par les physiciens des hautes énergies dans les laboratoires du monde entier.

Et à ce contexte général, pas toujours favorable, s'ajoutent deux contraintes.

D'une part, l'architecture des réseaux reposera, de plus en plus, sur le développement d'opérateurs virtuels et sur des chaînes d'opérations de sous-traitance qui sont naturellement moins identifiables que les opérateurs historiques.

D'autre part, si chacun réclame une sécurisation poussée des réseaux, les conditions de tarification n'en sont pas assurées. En d'autres termes, chacun veut plus de sécurité mais personne ne veut en assumer les frais.

L'Union européenne développe des recherches d'un montant non négligeable (trente projets pour 50 millions d'euros), mais probablement encore insuffisantes, d'autant plus que contrairement aux États-Unis, où existe un organisme unique, les structures européennes sont éparpillées, dissemblables, et trop reliées aux ministères de l'Intérieur, ce qui ne couvre qu'un des aspects de l'ensemble des questions de sécurité.