Allez au contenu, Allez à la navigation



 

    retour sommaire suite

2. Le rôle des facteurs technologiques

Les gains présentés ci-dessus ne peuvent se matérialiser que si un certain état des techniques le permet. Si les coûts de transport et de communication - autrement dit, en termes économiques, les coûts de transaction - sont très élevés, l'échange international ne sera pas rentable, et ne se produira pas.

De fait, les périodes de fort développement des échanges sont associées à des phases d'innovations technologiques dans les domaines des transports et des communications : au XIXe siècle, peuvent être mentionnées l'apparition des bateaux à vapeur et du chemin de fer, l'amélioration du réseau routier et la diffusion du télégraphe ; aujourd'hui, l'innovation certainement la plus emblématique de la mondialisation est l'Internet.

Une étude8(*) réalisée en 1995 révèle la forte diminution des coûts du transport aérien et des communications téléphoniques au cours du XXe siècle.

Coûts du transport aérien et d'un appel téléphonique

(en dollars de 1990)

Année

Coût moyen du transport aérien par passager et par mile* parcouru

Coût d'un appel de trois minutes de New York à Londres

1930

0.68

244.65

1940

0.46

188.51

1950

0.30

53.20

1960

0.24

45.86

1970

0.16

31.58

1980

0.10

4.80

1990

0.11

3.32

* 1 mile = 1 609,31 mètres

Source : Herring et Litan, cités dans World Economic Outlook, FMI, 1997

Des travaux plus récents (cf. graphique) indiquent une baisse importante des coûts de transport maritime et du transport aérien depuis les années 1950.

Coût du transport

(en dollars constants, 1950 : base 100)

Transport aérien 2

Transport maritime 1

1. Coût moyen par tonne de marchandise importée ou exportée par cargo
(frais portuaires inclus).

2. Coût moyen du transport aérien par passager et par mile parcouru.

Source : World Economic Outlook, FMI, septembre 2002.

L'apparente stabilisation des coûts de transport dans la période récente s'explique, pour partie, par l'absence de grande innovation technologique. Mais elle masque aussi un problème de méthode : si les prix de transport ne baissent pas, la qualité des prestations, elle, s'est améliorée, en termes de rapidité, de fréquence ou de fiabilité. Ainsi, l'utilisation de prix dits « hédoniques » (qui intègrent les améliorations de qualité du bien ou service considéré) aboutirait à une perception différente de l'évolution des prix. Pour Hummels9(*), la diminution des temps de transport entre 1950 et 1998 a été telle qu'elle équivaudrait à une baisse des tarifs douaniers sur les biens manufacturés de 23 % !

Les avancées en matière de traitement des données par ordinateur, les progrès dans les domaines des fibres optiques10(*) et des satellites ont rendu possible une plus grande dispersion des activités économiques, y compris à l'intérieur des entreprises, ce qui favorise la constitution de firmes transnationales. Des activités qui ne faisaient pas l'objet de commerce international peuvent maintenant être délocalisées, comme le montrent les centres d'appels téléphoniques par exemple.


* 8 Richard J., Herring et Robert E. Litan, Financial Regulation in the Global Economy, Washington, Brookings Institution, 1995, p. 14.

* 9 Hummels, David, «Time as a trade barrier », 2000, CIBER Working Paper n° 2000-007.

* 10 Les premiers câbles téléphoniques transatlantiques à la fin des années 1950 pouvaient transmettre une centaine de communications simultanément ; leur débit dépasse aujourd'hui 1,2 million de communications.

    retour sommaire suite