Allez au contenu, Allez à la navigation



Le rôle des drones dans les armées

 

ANNEXE III - LES DRONES EN SERVICE DANS LES PRINCIPALES ARMÉES OCCIDENTALES

(Source : Attachés de défense auprès des pays considérés)

1. ESPAGNE

Systèmes en service: Néant

Les forces armées espagnoles ne disposent pas de systèmes de drone d'observation.

Cette absence est identifiée par les forces espagnoles comme une lacune capacitaire à combler au plus tôt.

Futurs systèmes

1. Drones tactiques

Le programme de drones tactiques est la priorité de l'année de Terre espagnole pour l'année budgétaire 2006.

Ce programme, dénommé ATLANTE, sera réalisé par EADS (CASA), sur la base du démonstrateur technologique développé par l 'INTA (Institut national de technologies aéronautiques). Ce programme sera un programme national.

Deux systèmes devraient être acquis. Les caractéristiques techniques restent à affiner. Elles devraient être de l'ordre de:

Altitude: environ 4000 m

Endurance: environ l00 km, 6-10h d'autonomie Charge utile: 3-5kg

2. Drones stratégiques

L'Espagne devrait être le partenaire principal de la France dans le programme de drones d'observation de longue endurance EuroMALE.

Nombre de systèmes envisagés : 2

Maître d' oeuvre industriel: EADS

Autres industriels espagnols potentiel participants: INDRA, TECHNOBIT, SENER, GMV,...

Mise en service opérationnelle: 2012

Les principales caractéristiques techniques seront définies par une équipe franco-espagnole intégrée de novembre 2005 à début 2006.

2. ETATS-UNIS

LE SYSTÈME GLOBAL HAWK

* Capacités

Le RQ-4A Global Hawk est un drone de reconnaissance aérienne à très haute altitude et à grande endurance ; les performances du système annoncées par l'Air-Force sont:

-Distance franchissable maximale: 9 500 NM -Endurance max. : 28 h

-Endurance à 1 200 NM : 20 h -Altitude: 20 000 mètres.

-Vitesse de croisière: 340 kts

-Masse max. au décollage: 11,5 tonnes - Charge utile: 900 kg

Le système de navigation est composé d'un ensemble GPS, d'une centrale inertielle et de deux calculateurs de missions.

La version actuelle du Global Hawk est équipée des senseurs suivants :

La plateforme Electro-Optique/InfraRouge (EO/IR) fonctionnant dans la bande visible [0,4-0,8 microns] et dans la bande IR [3,6 -5 microns]. En mode localisation, le système peut prendre 1.900 clichés de zone de 2 x 2 km par jour avec une précision de 0,3 m. Le mode balayage permet de couvrir 40 000 nmz par jour avec un faisceau de balayage large de 10 km.

-Un radar SAR / indicateur de cibles mobiles fonctionnant en bande X avec une largeur de bande de 600 !\-fi1z et une puissance crête de 3,5 kW possédant une précision identique à la plateforme EO/IR.

Le système de communication qui assure le contrôle de l'appareil et la transmission descendante des données comprend des liaisons satellite (UHF, Ku) et des liaisons directes (UHF, VHF). Le système vole suivant une mission pré-programmée au sol, utilisant le système de préparation de mission standard de l'Air-Force. Les opérateurs du système au sol ont la capacité de modifier la mission en cours de vol, mais ils ne pilotent pas le drone à distance. Le Global Hawk se différencie donc du Predator qui est piloté à partir du sol.

Le segment sol comprend deux modules, le Launch Recovery Element (LRE) pour le contrôle en local et le Mission Control Element (MCE) pour la gestion de l'appareil sur zone.

* Historique

Le Global Hawk a été lancé en 1995 sous la forme d'un Advanced Concept Technology Demonstrator (ACTD) qui s'est achevé en 2000. Entre 2001 et 2003, le programme était en phase Engineering Manufacturing Development (EMD). Il est actuellement en phase de production initiale (Low Rate Initial Production). A ce jour, 7 appareils ont été produits depuis le lancement du projet, dont quatre ont été perdus lors de crashes (deux en 1999, un en décembre 2001 et un en juillet 2002).

3. FINLANDE

Les forces armées finlandaises disposent d'une seule unité UAV (Unmanned Aerial Vehicle) équipée actuellement de cinq drones Rangers. Six nouveaux drones du même type auraient été livrés à l'établissement du matériel des forces de défense finlandaises pendant l'été 2005, pour être opérationnels au sein de l'unité UAV en 2006.

Les drones Rangers, d'origine suisse, ont été livrés aux forces de défense finlandaises en 2002 et sont entrés en service en 2003.

*. Caractéristiques du drone Rangers

Les caractéristiques du drone Rangers sont les suivantes:

-Autonomie de 5 heures de vol;

-Rayon d'action de 150 kilomètres;

-Capacité d'atterrissage sur une distance de 100 mètres; -45 kg de charge embarquée;

-Cycle de vie d'environ 1000 décollages, ou 1000 heures de vol, ou 20 ans ; -transfert de données compatible OTAN en 2005.

* Fonctionnalités

Oeuvrant au sein et en soutien de la brigade d'artillerie de Niinisalo, dédiée à la seule défense du territoire finlandais, l'unité UAV finlandaise se préparerait à engager ses drones Rangers dans le Groupement Tactique 1 500 nordique (Suède, Finlande, Norvège, Estonie) de l'UE, dont l'opérationnalité est planifiée pour le 1er janvier 2008.

* Perspectives d'évolution -Intérêt pour le drone EuroMALE.

A l'issue d'une étude conduite sur l'amélioration de la capacité de frappe de l'armée de terre finlandaise à l'horizon 2010 (pour la seule défense du territoire finlandais), les forces de défense finlandaise ont fait part de leur intention de se doter de drones de reconnaissance tactique aux capacités améliorées et ont ainsi initié une étude sur divers concepts de drones.

C'est dans ce cadre que les Finlandais ont fait part de leur intérêt, dans un premier temps pour le démonstrateur français CARAPAS, ensuite pour le programme EuroMALE.

La Finlande a de nouveau exprimé son intérêt pour EuroMALE lors de la visite en Finlande du général d'armée Bentégeat, CEMA, du 19 au 21 octobre 2005, en confirmant qu'une enveloppe budgétaire (évaluée à 30 millions d'euros à partir de 2007) était disponible pour ce projet en insistant toutefois sur la nécessité d'une dimension nordique avant tout engagement.

La recherche d'éventuels partenariats n'empêche pas la Finlande d'avoir mis en oeuvre une démarche ambitieuse en interne dans le domaine des drones, qui se caractérise notamment par une réelle synergie développée entre les forces de défense, l'industrie et les universités.

4. GRANDE-BRETAGNE

Drone PHOENIX

Le drone PHOENIX est un UAV tout temps, qui peut être employé de jour comme de nuit pour des missions de surveillance, d'observation et d'aide à l'artillerie. Le système est composé d'une plateforme, de stations à terre, pour le contrôle de l'UAP et la réception des données et de véhicules pour la logistique, le lancement par catapulte hydraulique et la récupération sous parachute.

A ce jour, le drone PHOENIX est employé par le 32ème régiment d'artillerie qui a en dotation 85 unités dont 16 sont actuellement déployées sur des théâtres d'opérations comme le Kosovo et l'Irak.

Il a été produit par GEC-Marconi Avionics Ltd -racheté depuis pour devenir AB Systems -et est entré en service en 1999, avec six années de retard sur l'objectif initial. Son retrait du service est envisagé en 2008, en relation avec la mise en service du Watchkeeper.

Le coût total du programme est estimé à 230 millions de livres, chaque plate arme étant évaluée à environ 300.000 livres.

Les principales caractéristiques sont:

Altitude de vol : 2750 m

Poids maximum au décollage : 175 kg

Poids de la. charge utile (pod de reconnaissance infrarouge : 50 kg

Autonomie : Env. 4 heures

Longueur : 3.8 m

Envergure : 5.5 m

Vitesse maximum : 155 km/h

Propulsion Par hélice deux pales en bois de 780 mm

Motorisation : Moteur Target - Technology de 19 kW.

Initialement conçu pour assister à la désignation d'objectifs pour l'artillerie, le système a évolué pour devenir une capacité ISTAR (Intelligence, Surveillance, Target Acquisition and reconnaissance). Les images sont transmises par l'UAV vers un terminal au sol remorqué par un véhicule type Land Rover par une liaison de données en bande J. Une station de contrôle au sol, installée su un camion et opérée par 3 personnes traite l'ensemble de ces données. Elle peut contrôler deux drones PHOENIX, et se situer à plus de 25 kilomètres de la zone de lancement et de récupération.

Ce système doit être remplacé par le programme Watchkeeper.

Programme WATCHKEEPER

Le choix de Thalès UK comme maître d'oeuvre a eu lieu à l'occasion du salon aéronautique de Farnborough en juillet 2004 et le contrat a été notifié le 30 juillet 2005. Ce contrat, d'un montant de 710 millions de Livres, porte sur la fourniture de 4 systèmes complets, pour un tota1 de 48 drones.

La capacité initiale est prévue pour 2010, la capacité opérationnelle complète pour 2013.

Les principales caractéristiques sont:

Poids maximum au décollage : 450 kg

Charge utile : charge utile optronique (électro-optique, infrarouge et désignateur laser), radar SAR/MTI et relais liaison de données ; possibilité de plusieurs charges utiles en simultané.

Autonomie : env. 17 heures

Thalès a proposé des UAVs israéliens Silver Arrow fournis de la société Elbit via une joint Venture détenue à 51 % par Elbit. Les accords industriels garantissent l'intégralité des transferts des technologies israéliennes vers la société Thalès.

Watchkeeper est aujourd'hui le seul programme de systèmes de drones structurant au Royaume Uni. Le déve1oppement des compétences d'intégration des drones aux systèmes de forces, notamment C41 est fait au travers d'un programme ambitieux et itératif d'expérimentation (JUEP pour joint UAV experimentation programme). Au delà de Watchkeeper ce programme étudie l'intérêt des drones en milieux urbain et maritime, ainsi que des missions de type guerre électronique, relais de communication et combat (kill chain). Il contribue au développement de la compétence des centres d'essais de QinetiQ et de la compétence opérationnelle. Ces expérimentations sont menées en partie avec le Canada et les Etats-Unis avec lesquels un accord bilatéral d'échange d'information sur les UAV a été signé en 2002.

Un centre de compétence « systèmes de drones » a été inauguré au Pays de Galles (Aberporth), à proximité d'un centre d'essai de QinetiQ, à la fin septembre 2005.

5. ITALIE

* Le démonstrateur de drone multimission "SKY-X" de l'italien Alenia (devenu récemment Finmeccameca)

Avec ce programme purement italien, Alenia a pour ambition de garder sa compétence d'intégration d'armement et d'entrer de manière formelle dans le programme du drone de combat Neuron de Dassault. Si le démonstrateur conserve, par rapport à la maquette, la voilure en flèche, l'empennage en V et la position dorsale pour sa turbine Microtubo TRI 60-5, le démonstrateur possède néanmoins quelques différences : l'engin est long de 7m pour une envergure de 6m, possède une masse maximale au décollage de 1,1t pour une charge utile de 200kg, un plafond de 10 000m et une autonomie d'une heure, suffisants pour des essais en vol. Le fuselage inférieur a été revu pour pouvoir être remplacé par une gondole dotée capteurs ou par des munitions. Enfin, le Sky-X présente plusieurs grandes facettes planes destinées à lui donner une certaine furtivité. Aujourd'hui les études faite sur le Sky-X ont pour but de servir le programme Neuron dont Alenia fait partie. La société italienne prévoit de développer une version a long rayon d'action de son appareil.

Le démonstrateur Sky-X de drone de reconnaissance-attaque d'Alenia devrait achever d'ici la fin de l'année ses essais de navigabilité dans le centre suédois de Vidsel. D'ores et déjà, l'engin est proposé par son constructeur comme banc d'essai volant pour des charges utiles d'optronique ou autre. En parallèle, Alenia espère pouvoir accroître le niveau d'autonomie de son drone sur les deux ans qui viennent. Au-delà, en fonction des crédits disponibles, Alenia envisage de revoir le dessin de l'appareil en supprimant son empennage et en adoptant un moteur à poussée dirigée.

* Le système "FALCO" de l'italien Galiléo Avionica (anciennement Meteor et devenu récemment Finmeccameca)

Le système Falco est un drone tactique de reconnaissance. L'objectif du constructeur est de proposer un appareil ayant « les dimensions d'un drone tactique et les performances d'un MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance).

* Emploi des drones Predator et Pointer en Irak

Le 28 janvier 2005, le renforcement des mesures de sécurité, tant sur les bases du contingent italien que dans le cadre des patrouilles de contrôle du territoire placé sous la surveillance des troupes italiennes, a été confirmé par le CEMA, l'Amiral Di Paola. Ce dernier a annoncé l'arrivée à Nassiryah de quatre drones Predator et d'autres drones, les Pointer, de dimensions et rayons d'action plus limités, qui ont « déjà utilisés par les forces spéciales américaines tant en Irak qu'en Afghanistan ». Les Pointer sont dotés d'une caméra qui transmet des images en direct au centre de commandement.