Allez au contenu, Allez à la navigation



Albanie et Macédoine : deux pays des Balkans à ne pas oublier

 

CHAPITRE II :

L'ANCIENNE RÉPUBLIQUE YOUGOSLAVE DE MACÉDOINE

La Macédoine compte aujourd'hui deux millions d'habitants. Ce pays, issu de l'ex-Yougoslavie, présente une situation sensiblement différente de celle de l'Albanie et son chemin vers l'Union européenne est plus avancé, puisque le Conseil européen des 15 et 16 décembre derniers a décidé de lui accorder le statut de candidat. Pour autant, malgré de considérables efforts, la paix reste à consolider.

I. UN DÉSIR MARQUÉ D'INTÉGRATION À L'UNION EUROPÉENNE

A. UNE PROCÉDURE ENGAGÉE TRÈS TÔT, MAIS INTERROMPUE PAR DES CONFLITS INTERETHNIQUES

L'ancienne République yougoslave de Macédoine (ARYM), nom officiel accepté par la Grèce, qui ne reconnaît pas le nom de Macédoine, constituait la partie la plus méridionale de l'ancienne République fédérale socialiste de Yougoslavie. Elle est devenue indépendante en novembre 1991.


Une polémique persistante avec la Grèce

Depuis son indépendance en 1991, le nom officiellement reconnu par la communauté internationale est « ancienne République yougoslave de Macédoine » (ARYM).

Pour la Grèce, le nom de « Macédoine » désigne une province au nord du pays, où est né Alexandre le Grand, et elle dit craindre une remise en cause de ses frontières. Il s'agit en réalité davantage d'un problème de politique interne. La Grèce soulève régulièrement cette question et elle avait même mis en place un embargo économique contre l'ex-république yougoslave de 1993 à 1996.

Le 4 novembre 2004, malgré les protestations de la Grèce, les États-Unis ont formellement reconnu l'ancienne république yougoslave sous le nom de « Macédoine ».

Des discussions sont toujours en cours entre l'ARYM et la Grèce pour trouver un compromis acceptable par les deux parties. Dans le présent rapport, par simple commodité, l'ARYM est parfois désigné sous le nom de Macédoine.

La Macédoine a été le premier des cinq pays des Balkans occidentaux à signer en avril 2001, un Accord de stabilisation et d'association (ASA) avec l'Union européenne.

Cet accord n'est cependant entré en vigueur que le 1er avril 2004. En effet, en 2001, ont eu lieu de violents conflits interethniques entre les Slaves (qui représentent deux tiers de la population) et les Albanais (environ un quart de la population) qui ont fait plus d'une centaine de victimes et interrompu pour plusieurs années le processus d'intégration à l'Union européenne.