Allez au contenu, Allez à la navigation



Mission effectuée au Pakistan du 30 mars au 4 avril 2006 au Pakistan

 

B. L'APPUI APPORTE AUX TALIBANS AVANT LE 11 SEPTEMBRE 2001 ET SES CONSEQUENCES SUR L'ISLAMISME PAKISTANAIS

1. L'Afghanistan

En Afghanistan, comme au Cachemire, la politique pakistanaise, a été dans une large mesure définie par l'armée et les services secrets de l'ISI (Inter Service Intelligence), qui n'ont pas hésité à mettre souvent le pouvoir civil devant le fait accompli. Elle a consisté, durant la décennie 1990, à faire des mouvements islamistes afghans les instruments de la politique et des ingérences pakistanaises. La reconnaissance, le 25 mai 1997, du régime instauré à Kaboul par les talibans4(*) obéissait à la même logique. Il convient, cependant, de rappeler que tant la population afghane que la communauté internationale ont vu dans l'installation du nouvel ordre taliban un moindre mal au regard de l'anarchie née du retrait soviétique, en février 1989, et des sanglantes luttes armées entre « seigneurs de la guerre ».

Le Pakistan était devenu la base arrière de la résistance afghane à l'invasion soviétique. Le régime chiite iranien, lui aussi, hostile à l'URSS, répugnait à aider les talibans majoritairement sunnites, ce qui faisait du Pakistan le point de passage obligé de l'aide aux moudjahiddines afghans.

Avec l'appui de la Chine et des Etats-Unis, le régime du Général Zia accueillit près de deux millions de réfugiés afghans dans des camps proches de la frontière. C'est par le territoire du Pakistan que transita la majeure partie des armements modernes fournis par les Etats-Unis aux insurgés, notamment les missiles sol-air Stinger qui firent des ravages parmi les hélicoptères soviétiques.

La ligne de démarcation entre les deux pays avait été tracée par le Britannique Mortimer Durand à la fin du XIXe siècle, tracé que le colonisateur avait fait approuver par les souverains afghans successifs, mais qu'il considérait, lui-même, comme provisoire.

Or c'est la « ligne Durand » qui servit, faute de mieux, à la délimitation de la frontière lors de l'indépendance du Pakistan. Mais, elle n'a jamais été acceptée par l'Afghanistan qui s'opposa pour ce motif, à l'ONU, en 1947, à la reconnaissance de l'indépendance du Pakistan.

L'aide apportée par le Pakistan aux Talibans répondait aussi à une logique tribale : les deux parties de l'ethnie pashtoune, qui avait été arbitrairement divisée, par la ligne Durand, en deux groupes d'à peu près la même importance numérique (7 millions en Afghanistan, 6 millions au Pakistan) ont une propension naturelle à s'unir contre les mêmes adversaires, qu'il s'agisse des envahisseurs soviétiques ou des seigneurs de la guerre originaires du Nord. On estime que la population pachtoune a triplé depuis 1947.

Kaboul n'a jamais totalement abandonné, à travers ses gouvernements successifs, le projet de création d'un grand « Pachtounistan », qui regrouperait l'ensemble de l'ethnie. Dans le même temps, Islamabad contribuait, à la fois par conviction anticommuniste et par intérêt national, à la constitution en Afghanistan de réseaux de combattants, entraînés sur son sol, dont la maîtrise lui conférait une « profondeur stratégique » face à l'Inde. Cette profondeur stratégique lui apportait des atouts non négligeables : le contrôle d'un vaste territoire, une possibilité de repli de ses forces armées en cas d'attaque indienne, l'appui du peuple pachtoune au nationalisme islamique du Pakistan et aux juntes au pouvoir à Islamabad, fournisseuses d'aide, d'appuis et de protection.

* 4 Le Pakistan ne sera suivi que par l'Arabie Saoudite, et les Emirats Arabes Unis