Allez au contenu, Allez à la navigation



Regards sur l'enseignement supérieur et l'action culturelle des Etats-unis : l'autonomie au service de la diversité

 

3. Les autres acteurs publics

A l'image de l'Etat de New-York, qui a été le premier à créer une agence culturelle en 1960 (soit cinq ans avec la création du NEA fédéral), les autres Etats américains se sont progressivement dotés, dans le courant des années 70, d'agences publiques, très diverses par leurs statuts, leur organisation et leurs moyens. Ainsi, par exemple, en 2004, leur budget variait de 50 millions de dollars pour l'Agence de l'Etat de New-York, à 20 millions de dollars pour celles de l'Illinois, 6 millions de dollars pour celle du Texas, et 5 millions de dollars pour celle du Kentucky15(*).

Les villes ont aussi, à leur tour, créé des agences culturelles. Il en existerait aujourd'hui environ 4 000, et leur budget global était évalué à 770 millions de dollars en 2005.

Il faut également citer deux politiques transversales, très répandues aux Etats-Unis :

- les programmes « per cents for the arts » qui consistent à réserver un pourcentage donné (généralement 1 %) du budget de toute nouvelle construction publique au financement de l'art ;

- les festivals, souvent gratuits, et de grande qualité, qui fleurissent pendant la période estivale dans les parcs d'un très grand nombre de villes.

* 15 Frédéric Martel, op. cité, p. 193.